Actualités Météo
Neige et verglas : comment fonctionne le salage des routes ?

Par La Chaîne Météo

Le sel est la solution la plus utilisée pour faire fondre la neige et la glace accumulées sur les chaussées. Des façons de faire précises entourent l'usage du sel et des moyens mis e oeuvre pour dégager les axes routiers.

Première chose à savoir, il est inutile de saler trop longtemps à l’avance, tout comme il est nettement moins efficace de réaliser un salage préventif quelques minutes avant la formation de glace. L’idéal est d’effectuer le premier salage juste après la pointe de congélation (c'est-à-dire lorsque les températures deviennent négatives).

Deuxième chose à savoir : l'action du sel est de courte durée et doit être renouvelée fréquemment car à mesure que la glace fond, la concentration de sel diminue. Ce processus fonctionne de façon efficace jusqu’à une température de –10°C. En-dessous la réaction chimique attendue est compromise. Ainsi, lorsque les températures deviennent encore plus basses, les engins déversent un mélange de sel et de pierres fines pour donner au sol une meilleure adhérence.

Le saviez vous ?

Ce que l’on appelle communément "sel" est bien souvent composé de mélanges de chlorure de sodium, de calcium, et de magnésium. Prédilués dans l’eau, l'ensemble de ces composant donne une solution spéciale utilisée comme fondant que l'on appelle le saumure. Cette solution saline peut être utilisée de manière préventive avant la formation de la glace, ou curative après son apparition. En absorbant l’humidité de l’air et de la neige, le sel abaisse le point de congélation de l’eau jusqu’à ce que sa température soit égale à celle de la solution saline.

Le cas des routes enneigées

Le salage n’est pas conseillé pour tous les types de neige. Dans le cas de neige  « froide », qui ne colle pas à la chaussée, ou de « neige mouillée », qui devient dure au point de pouvoir en faire des boules, le salage n’est pas utile. Le simple passage du trafic, et dans les cas les plus importants, le déneigement, suffisent. Le salage est en revanche recommandé dans les situation de neige « humide ». Il ne permet pas de faire fondre la neige mais d'éviter que le trafic ne la rende compacte et donc glissante. Une fois le produit mis en place, la solution la plus efficace est ensuite de la racler, ce dont vous avez déjà peut-être été spectateur s'il vous est arrivé de croiser un chasse-neige sur la voie opposée, ou de rester au pas derrière un véhicule au travail. Pour être plus efficace le salage doit se faire dés les premières chutes de neige, même faibles, afin de décoller la pellicule neige.

Le salage préventif contre la neige n'est pas recommandé et peut même aggraver la situation si les températures descendent en dessous de – 10°C. Dans ce cas, il provoque un refroidissement dû à la surfusion du produit (lorsque le produit reste liquide alors que sa température est plus basse que son point de congélation, il peut alors se solifier à la moindre petite perturbation) et peut conduire à la formation de verglas sur la chaussée. Dans une telle situation, seul le raclage est recommandé.

Routes verglacées : une efficacité tardive  

Le salage est efficace immédiatement sur une plaque de givre légère mais pour un verglas plus important, l’efficacité est effective au bout de 5 à 20 minutes selon les mélanges utilisés. Dans ces cas la solution saline est déversée sur toute la largeur de la chaussée.

 

À lire aussi

Alerte neige et verglas

Bilan de l'épisode de neige dans le nord-est : plus de 20 cm ce vendredi en plaine d'Alsace !

L'actualité météo

Articles les plus lus