Actualités Météo
Climat d'août en France : entre canicules et orages

Par Regis CREPET, météorologue

Chaque début de mois, La Chaîne Météo vous présente les principales caractéristiques climatiques qui règnent à cette époque de l'année en France métropolitaine. Le mois d’août est le mois typique de l’été, synonyme de grandes vacances. Il est réputé pour ces orages souvent récurrents ainsi que par quelques canicules, dont la plus forte observée en France en 2003. Voici ce que peuvent vous réserver les mois d’août en France.

Climat d'août en France : entre canicules et orages

Le mois d’août est globalement le 2ème mois le plus chaud de l’année en France métropolitaine derrière juillet, et marque parfois le retour des perturbations océaniques en deuxième quinzaine avec une impression de « fin d’été ». C’est pourtant le mois préféré des vacanciers qui choisissent traditionnellement août pour les « grandes vacances ». Ce mois est marqué par une diminution déjà sensible de la durée du jour. Les chaleurs torrides sont souvent déjà passées, et pourtant, le mois d’août subi parfois des canicules tardives. Il est également marqué par la canicule historique et meurtrière de l’année 2003, la plus forte jamais observée en France depuis 1900.

Températures d’août : presqu’aussi chaud qu’en juillet

Actualités France
Crédit : La Chaîne Météo

A l’échelle de l’hexagone, le mois d’août est quasi à égalité avec juillet malgré la diminution rapide de la durée du jour, et donc de l’ensoleillement. L’inertie de l’atmosphère agit en retenant la chaleur accumulée, de telle sorte que le jour le plus chaud statistique est situé autour du 3 août. D’ailleurs, le mot « canicule » trouve son origine du latin « canicula », qui signifie " petite chienne ", qui est l'autre nom de l'étoile Sirius, la plus brillante de la constellation du Grand Chien. Comme Sirius se lève et se couche avec le Soleil à la période des fortes chaleurs, entre le 22 juillet et le 22 août, le terme de « canicula » a été utilisé pour désigner ces jours de grosses chaleurs qui se produisent statistiquement à cette période de l’été.

A ce jour, les deux jours les plus chauds relevés en France (moyenne des températures minimales et maximales d’une journée) sont le 25 juillet 2019 et le 5 août 2003.

Il faut noter que certains mois d’août voient des canicules tardives, c’est-à-dire de fortes vagues de chaleur survenant en deuxième quinzaine, voire en toute fin de mois. Ces chaleurs tardives se produisent souvent dans un contexte d’été plutôt standard, comme en 1991, 2012 et 2016, où la barre des 40°C est atteinte fin août dans le sud de la France.

Les records de chaleur du mois d’août ont été battus lors de la grande canicule historique de 2003, avec 44,1°C à Conqueyrac (Gard), qui détenait le record national de chaleur jusqu’à la fin juin 2019. A Paris, il avait fait 39,5°C et on avait également relevé 40,7°C à Bordeaux. Les records de fraîcheur sont proches de 0°C en campagne avec de petites gelées blanches dans les campagnes du nord-est (0,4°C à Charleville-Mézières) et du Centre (0,3°C à Nevers).

Valeurs extrêmes principales relevées en août

Actualités France
Crédit : La Chaîne Météo

Min                                                                              Max

-4,4°C à Mouthe (25), 26 août 1966                     44,1°C à Conqueyrac (30), 12 août 2003

0,2°C à Luxeuil (70), 13 août 1949                       42,5°C à Mt-de-Marsan (40), 01 août 1947

0,3°C à Nevers (58), 31 août 1986                       41,9°C à Carcassonne (11), 14 août 2003

0,4°C à Charleville (08), 30 août 1993                  41,8°C à Montauban (82), 04 août 2003

0,7°C à Bar le Duc (55), 28 août 1974                  41,2°C à Romorantin (41), 05 août 2003

 

Evolution climatique : un réchauffement en dents de scie

Actualités France
Crédit : La Chaîne Météo

A l’image des étés dans leur globalité en France, les mois d’août ont connu un réchauffement climatique notable depuis l’année 1990. Mais, à la différence des autres mois de l’année, les mois d’août présentent une grande variabilité et la tendance au réchauffement est plus chaotique, évoluant en dents de scie. Après la hausse amorcée en 1990, deux pics s’individualisent de façon très nette : août 1997 puis août 2003, dont la canicule historique a écrasé l’hexagone sous une chaleur torride pendant 12 jours : ce fut le mois le plus chaud depuis le début des relevés en France métropolitaine avec un excédent thermique de +4°C, hissant cet été au premier rang des plus chauds. Après ce mois d’août exceptionnel, la France a retrouvé des mois d’août plus frais que les moyennes entre 2005 et 2008, puis en 2014. Quant aux mois d’août les plus frais, ils ont été observés en 1924, 1941, puis entre les années 1950 et 1985, à tel point que les vacanciers d’août semblaient réellement défavorisés par rapport aux juilletistes.

Ensoleillement en août : plus de nuages au nord et en montagne

Actualités France
Crédit : La Chaîne Météo

A l’image des mois de juillet, les mois d’août présentent le fameux dégradé nord-sud, qui se creuse un peu avec davantage de passages nuageux sur nos régions septentrionales, en liaison avec le retour timide de quelques perturbations circulant sur les îles britanniques. En revanche, l’ensoleillement est meilleur en août qu’en juillet sur les régions atlantiques. Pour le reste du territoire, le pourtour méditerranéen détient toujours la palme du meilleur ensoleillement mensuel, mais il faut noter la diminution assez rapide de la durée du jour, ce qui affecte par conséquent le nombre d’heures de soleil. La montagne retrouve assez souvent un temps plus orageux en deuxième quinzaine, avec une nébulosité parfois plus importante qu’en juillet.

Précipitations en août : de gros orages

Actualités France
Crédit : La Chaîne Météo

Les précipitations en août redeviennent légèrement plus importantes qu’en juillet, mais pas partout. En effet, les dégradations orageuses de fin d’été ont souvent une ampleur plus marquée, et d’autre part, quelques perturbations océaniques d’ouest commencent – certaines années – à revenir le long des côtes de la Manche après la trêve de juillet. Mais quelques régions bénéficient d’un climat plus sec en août qu’en juillet, en particulier la Bretagne et les Pays de la Loire. Enfin, quelques épisodes cévenols particulièrement précoces peuvent déjà se produire sur le pourtour du Golfe du Lion en fin du mois, comme en 2015 (inondations à Montpellier), et en 2018, ce qui reste peu fréquent. Depuis 2010, les mois d’août ont été nettement plus arrosés que les mois de juillet, notamment en 2010, 2014 et 2015, où la France subissait à la fois des pluies océaniques circulant sur la moitié nord, et de violents épisodes orageux au Centre et au sud du pays. Les cumuls pluviométriques mensuels s’établissent autour de 40 à 60 mm en général, avec des pics proches de 90 mm au Pays basque et sur les reliefs, tandis que le pourtour méditerranéen reste au sec avec de 15 à 25 mm.

Principaux évènements météo survenus en août depuis 1900

Vagues de chaleur et canicules

Les mois d’août sont moins propices aux canicules que les mois de juillet, statistiquement, malgré celle, historique, de 2003, et des canicules tardives certaines années, survenant en deuxième quinzaine.

1911 : le mois d’août est l’un des plus chauds du XXème siècle. C’est la fournaise du 5 au 20 août, où l’on mesure 37°C à Paris, 38°C à Lyon et 39°C à Toulouse. On atteint un nombre record de jours où la température est supérieure à 30°C sur de nombreuses villes, comme à Paris.

1947 : au sein de l’été le plus chaud du siècle, le début et le 10 août sont caniculaires avec 40°C à Toulouse et Bourges par exemple. On relève le record de 40,4°C à Paris, qui sera battu le 25 juillet 2019 avec 42,6°C !

1976 : c’est l’été de la grande sécheresse. Le mois d’août reste chaud et sec, mais il n’y a pas véritablement de records battus à cette occasion. Il fait souvent de 30° à 33°C tous les jours en de nombreuses régions.

1990 : l’été est très chaud, avec  plusieurs vagues de chaleur jusqu’au 12 août. On relève 39°C au Mans le 4 août, et 37°C à Paris.

1998 : canicule du 7 au 12 août, avec 40°C dans la Nièvre, 39°C à Metz.

2003 : la canicule qui sévit du 2 au 17 août est historique en raison de la persistance de températures comprises entre 35°C et 39°C sur les trois quarts du pays. L’été 2003 devient d’ailleurs le plus chaud enregistré en France depuis le début des relevés. On observe par exemple 44,1°C à Conqueyrac (Gard), record national de chaleur battu ensuite en juin 2019. 40,5°C à Lyon, 40,7°C à Bordeaux, 40°C à Rennes, et plusieurs jours à 39°C d’affilé à Paris (maximum 39,5°C). Les nuits restent suffocantes, entre 23°C et 25°C. Cette canicule provoque une surmortalité d’environ 20 000 personnes en France.

2015 : du 1er au 8 août, dans un contexte de grande sécheresse, la chaleur est intense avec par exemple 39°C à Lyon.

2016 : à la mi-août, les températures flambent notamment au sud-ouest avec 37°C à Cazaux (33) et 36°C à Bordeaux.

2017 : canicule tardive, notamment au sud-est à la fin du mois, avec 39°C en Corse, 38°C à Carpentras (84), ainsi que 36°C à Tours.

2018 : le début août subi une canicule sur les trois quarts de la France, dans un contexte d’été très chaud et sec. On relève notamment 40°C à Nîmes, 38°C à Vichy. Cette période chaude avait débuté le 24 juillet, ce qui en fait l’une des canicules les plus longues survenues en France depuis 1950.

2019 : canicule tardive fin août avec par exemple 36°C à Angers et Poitiers, 33°C à Paris, 32°C à Lille.

Orages et inondations

Les orages sont souvent violents en août, et plus nombreux qu’en juillet. Ils se produisent généralement dans des contextes de fortes chaleurs.

1947 : le 26 août, un orage diluvien s’abat sur Bastia (Corse), avec 300 mm tombés en une nuit !

1963 : du 1er au 6, une succession d’orages provoque de gros dégâts au sud-ouest, avec de fortes pluies, grêle et tornades.

1967 : le 9 août, des orages d’une rare violence accompagnés de pluies très intenses, de fortes rafales de vent et de grêle se sont abattus sur les sud de la France faisant plusieurs victimes et des dégâts considérables.

1983 : le mois d’août 1983 a été exceptionnellement pluvieux sur le Var, principalement du 23 au 25 où se produisent de nombreux orages accompagnés de pluies très intenses.

1983 : les 26 et 27 août, le pays Basque est frappé par de puissants orages qui provoquent des coulées de boue, faisant des dizaines de victimes.

1989 : le 5 août 1989, un puissant orage stationnaire déverse jusqu’à 200 mm sur Narbonne (11) et le Minervois.

1997 : dans la nuit du 4 au 5 août, orages très puissants en Ile de France, en particulier sur Magny en Vexin (95) où il tombe 125 mm en 1h30, inondant le bas de la ville.

2006 : du 12 au 14 août, des pluies durables s’abattent pendant plusieurs jours dans le nord de la France. Ces pluies interviennent dans le cadre d’un mois d’août très mauvais après un mois de juillet caniculaire. Il tombe près de 200 mm en deux jours dans le Pas de Calais. Saint Omer est inondé et on doit évacuer des campings.

2010 : le 15 août, une perturbation très active provoque de fortes pluies dans l’est de la France, avec jusqu’à 120 mm dans l’Aisne.

2015 : Le 23 août, de violents orages avec de très fortes précipitations touchent l’Hérault provoquant d’importantes inondations sur la ville de Montpellier. Il y tombe jusqu’à 170 mm en 6 heures dont 154 mm en 3 heures.

2018 : le 8 août, des orages particulièrement puissants avec de la grêle frappent les Alpes du Nord, avec des rafales de vent à plus de 100 km/h provoquant une tempête sur le lac d’Annecy et le lac Léman. Le 9 août, un orage produit une tornade à la frontière avec le Luxembourg. Cette situation se répète de façon semblable le 6 août 2019 au centre-est de la France.

      Tempête sur le lac d'Annecy provoqué par le passage d'un orage le 1er août 2020

 

À lire aussi

Dossier canicule

Prévisions saisonnières pour l'hiver 2020/2021

Météo à 4 semaines : tendance jusqu'à Noël

L'actualité météo

Articles les plus lus