Actualités Météo

Prévisions saisonnières : vers un automne très sec

Par Regis CREPET, météorologue
mis à jour le

L’actualisation de ce 10 août concerne l'automne météorologique avec les mois de septembre, octobre et novembre. Dans le contexte de sécheresse historique que la France connait cet été, la prévision des précipitations prend une importance cruciale car il faudrait des pluies efficaces en automne. Malheureusement, le modèle numérique développé par Météo Consult prévoit un automne encore largement déficitaire en pluie.

La configuration météorologique de cet été 2022 reste exceptionnelle en raison de la persistance des anticyclones en juillet et août. La récurrence des vagues de chaleur et la rareté des orages aboutit à une sécheresse comparable à celles de 1976 et 1983 par exemple. Dans ce contexte, les pluies seraient nécessaires en automne et en hiver afin de s'infiltrer dans les sols et d'alimenter les nappes phréatiques. Mais à ce jour, la récurrence des hautes pressions semble prédominante pour ces trois prochains mois.

Septembre : un mois plutôt sec et chaud

Les prévisions élaborées le 10 juillet dernier restent d'actualité, ce qui est le signe d'une bonne fiabilité. Le mois de septembre pourrait être beau et chaud, apprécié des vacanciers d'arrière-saison. Les hautes pressions resteraient à nouveau prédominantes sur les îles britanniques et la mer du Nord, tandis que des dépressions orageuses se formeraient sur l'Espagne. Les orages resteraient relativement passagers, avec une pluviométrie déficitaire à l'échelle de l'hexagone. Les orages méditerranéens sont prévus, plutôt du côté Languedoc-Roussillon, avec des précipitations excédentaires dans ce secteur. Compte tenu de la température élevée de la Méditerranée, ces épisodes pourraient être particulièrement forts, bien que les températures de l'eau ne soient pas le seul facteur propice à la violence de ces intempéries. Les températures seraient supérieures de l'ordre de +1°C à la normale et les précipitations seraient inférieures aux normales de saison de l'ordre de 30 à 40% avec des disparités au sud-est.

Octobre : vers un mois d'automne sec et frais

Là aussi, les prévisions élaborées déjà en juillet sont confirmées, avec la persistance des hautes pressions sur le proche Atlantique, ce qui est synonyme du maintien d'une tendance sèche. En bordure de l'anticyclone atlantique, la France serait soumise à des courants de nord, secs mais frais, avec des températures légèrement inférieures aux moyennes. Dans ce contexte, on peut s'attendre aux premières gelées précoces sur notre pays. Au sud-est, le flux de nord serait propice au mistral dominant, limitant le risque d'épisodes méditerranéens. Cela ne signifie pas qu'il n'y en aurait pas en octobre, mais possiblement de façon isolée. À cet égard, le déficit pluviométrique prévu pour octobre est proche de 50%, surtout dans l'ouest, au plus proche de l'anticyclone. Pendant ce temps, des dépressions apporteraient un temps froid et pluvieux en Europe centrale.

Novembre : un mois encore déficitaire en pluie

Les anomalies de hautes pressions seraient encore présentes sur la France en novembre, tandis que des dépressions circuleraient plutôt au large de la Méditerranée. Dans ce contexte, le temps resterait généralement calme et sec, ce qui n'exclut pas le passage de perturbations tout de même, mais avec des cumuls de pluie inférieurs de 30% aux moyennes statistiques. Le flux dominant orienté au sud-ouest ou au sud pourrait apporter de nouveaux épisodes méditerranéens, surtout sur la côte espagnole d'ailleurs, mais pouvant concerner le sud de la France. Les températures seraient supérieures de l'ordre de +1°C aux moyennes.

En conclusion, nos prévisions saisonnières confirment un été chaud sur la France, avec un excédent proche de +1,5°C à +2°C au-dessus des moyennes sur les trois mois. À ce sujet, et en fonction de l'écart que présentera au final ce mois de juillet, notre été 2022 s'inscrira probablement dans le top 3 des plus chauds observés en France depuis 1900, avec 2003 et 2018.

Mais le véritable signal qui se dégage de ces prévisions à trois mois est la persistance d'une tendance de fond sèche jusqu'en automne. Les épisodes cévenols et méditerranéens pourraient débuter en septembre, mais notre modélisation semble envisager une saison pluvieuse plus active en novembre et décembre alors qu'octobre serait plutôt sec. Ce déficit pluviométrique persistant constitue un véritable sujet d'inquiétude car notre pays subit la sécheresse depuis l'hiver. Si les nappes phréatiques ne se remplissent pas pendant la saison froide à venir, l'année 2023 s'annoncerait alors particulièrement critique sur le plan de la gestion de la ressource en eau.

Partagez cet article
À lire aussi
logo VIP
  • Un site plus rapide
  • Plus d'info météo
  • Sans pub
  • Accès au TV Live

L'actualité météo

  • Bilan des orages du dimanche 14 août Bilan des orages du dimanche 14 août
  • Vers une nouvelle vague de chaleur fin août ? Vers une nouvelle vague de chaleur fin août ?
Articles les plus lus