Actualités Météo

Prévisions saisonnières : vers un été chaud et orageux

Regis CREPET

Par Regis CREPET, météorologue
mis à jour le

Nos prévisions saisonnières vous proposent le scénario prédominant pour les mois de juin, juillet et août en France et en Europe, pour l'été 2024. Une tendance plus chaude que la normale se confirme, mais il subsiste des incertitudes sur le niveau des précipitations, qui pourraient se produire sous forme d'orages. Cette évolution limiterait une sécheresse de surface et de trop fortes chaleurs durables.

L'évolution climatique de cette année 2024 sera conditionnée partiellement par la fin rapide du phénomène El Nino dans l'océan Pacifique, tandis que son inverse, la Nina, est prévue prendre le relai dès le début de l'été. Cette configuration d'une transition rapide en été n'est pas très fréquente, et complexifie l'élaboration des prévisions météorologiques à long terme.

Si la Nina a tendance à rafraichir le climat planétaire, cela ne se produira pas de façon instantanée compte tenu de l'inertie de l'atmosphère et surtout des océans. Ainsi, il semble assez probable que cette année 2024 soit presque aussi chaude que 2023 selon l'Organisation météorologique Mondiale, avant une possible baisse plus globale des températures l'hiver prochain liée, justement, à La Nina.

D'autre part, le retour de la Nina pendant l'été pourrait être un facteur dynamisant de l'activité cyclonique dans l'Atlantique Nord, qui pourrait être 70% plus intense que la normale statistique. L'effet serait inverse dans l'océan Pacifique avec moins de cyclones que de coutume.

La Nina désigne un refroidissement cyclique des eaux de surface de l'océan Pacifique. Cela influence le climat de toute la bande intertropicale planétaire. Mais, dans le même temps, les modèles climatiques envisagent à contrario des températures de l'océan Atlantique nord supérieures de 1 à 2°C aux normales, ce qui devrait favoriser un été chaud sur ces secteurs, dont l'Europe de l'Ouest.

Les impacts climatiques de la Nina en été © La Chaîne Météo

À l'échelle du trimestre juin-juillet-août, les températures prévues en France devraient rester supérieures aux moyennes de saison (basées sur les 30 dernières années) avec un écart proche de +1 à +1,5°C, ce qui serait moins élevé que l'été dernier. Il convient de noter que l'anomalie chaude est légèrement minimisée par certains modèles numériques par rapport à l'actualisation précédente. Les précipitations seraient assez proches des moyennes, avec une tendance orageuse marquée surtout du sud-ouest au Nord-Est, avec des excédents sur l'axe orageux.

Juin : instable et orageux

Les modèles numériques semblent assez concordants en faveur d’un mois de juin devenant progressivement plus chaud pour la mi-juin, sur la France, sous l’effet de la remontée des hautes pressions subtropicales et des dépressions situées au large Atlantique agissant comme des « pompes à chaleur », faisant remonter des bouffées chaudes vers notre pays. Toute l’Europe serait concernée par des températures supérieures aux normales de 1 à 2°C. Mais la mise à jour de nos prévisions montre une tendance orageuse assez marquée persistante, surtout du sud-ouest au nord-est, ce qui pourrait retarder et limiter l'arrivée de la chaleur.

À retenir : le mois le plus orageux de l'été. Une incertitude subsiste à propos des gouttes froides qui pourraient maintenir un temps souvent instable tout le mois.

Juillet : plus chaud que la normale, et parfois orageux

Les températures devraient rester supérieures aux moyennes de saison sur la France, de l'ordre de +1 à +1,5°C, ainsi que sur la plus grande partie du continent européen. Les précipitations seraient en diminution après les orages de juin, malgré la persistance d'un axe orageux ponctuel remontant du sud-ouest et centre-ouest au nord-est de façon classique. La fiabilité reste encore assez limitée pour juillet car d'autres modèles numériques (tel le modèle ECMWF par exemple) envisagent un temps plus dépressionnaire sur l'Europe du Nord, pouvant apporter quelques perturbations sur la moitié nord de notre pays.

À retenir : un beau mois estival chaud mais ponctué d'orages sur l'axe habituel du sud-ouest au nord-st ainsi que sur les reliefs du sud. La fiabilité reste assez limitée pour la moitié nord de notre pays où le temps pourrait être plus variable.

Août : un mois possiblement plus mitigé avec une fiabilité limitée

La tendance globale assez chaude de l'été devrait se poursuivre, mais il semblerait, au vu des modèles numériques, que l'instabilité redevienne plus fréquente sur notre pays. L'axe orageux est modélisé du Sud-Ouest au nord-est, mais un temps plus dépressionnaire est envisagé également par certains modèles (le NCEP américain par exemple) au nord-ouest de notre pays.

À retenir : un mois peu fiable à ce jour, et possiblement moins beau que juillet en raison d'une activité orageuse plus marquée, avec des températures globalement supérieures aux moyennes de saison.

Synthèse : l'été 2024 s'annonce assez chaud et orageux sur la France avec des températures de l'ordre de +1 à +1,5°C au-dessus des moyennes de saison, malgré une légère atténuation des chaleurs par rapport aux prévisions initiales. Cet été pourrait être cependant moins sec que les précédents en raison d'une évolution orageuse récurrente. La fiabilité est jugée "moyenne" concernant les températures, mais plus limitée concernant les précipitations. En effet, certains modèles numériques envisagent pour juillet un temps plus mitigé sur la moitié nord de la France en raison d'un système dépressionnaire qui se situerait sur la Scandinavie. De même, il est difficile d'estimer, à cette échéance, l'ampleur des dégradations orageuses.

Dans un contexte actuel de bonne recharge des nappes phréatiques, la situation hydrique de l'été n'est plus préoccupante. Les orages prévus devraient également apporter des arrosages ponctuels pour limiter une sécheresse de surface, toujours possible même si les nappes sont bien remplies. La typologie de l'été 2024 s'annonce donc différente des derniers, marqués par les sécheresses.

Comparaison des principaux modèles saisonniers © La Chaîne Météo

* Ces prévisions à long terme reposent sur une analyse des anomalies vues par le modèle développé par METEO CONSULT. Il existe de nombreux autres modèles de prévisions saisonnières qui peuvent présenter des scénarios parfois assez différents.

Partagez cet article
À lire aussi
logo VIP
  • Un site plus rapide
  • Plus d'info météo
  • Sans pub
  • Accès au TV Live
Articles les plus lus