Actualités Météo
Tempête Alex : risque de submersion littorale

Par Regis CREPET, météorologue

Le passage de la dépression Alex cette nuit va provoquer une élévation du niveau de la mer appelée surcote. Que faut-il craindre au moment de la marée haute ? Analyse de la Chaîne Météo.

Tempête Alex : risque de submersion littorale

Au passage d'une dépression très creuse, un phénomène mécanique se produit naturellement : il s'agit de l'élévation du niveau de mer au-dessus de sa cote normalement prévue en fonction des marées. Il est ainsi admis qu'une baisse de pression de 1 hPa induit une élévation de la mer de l'ordre d'un centimètre.

Le passage de la dépression Alex pendant la nuit provoquera une baisse brutale de pression atmosphérique entre 30 et 40 hPa en moins de 12 h : il s'agit d'une d'un développement "explosif" appelé "bombe météorologique". La pression devrait baisser autour de 965 à 969 hPa lorsque la dépression touchera le littoral du Morbihan vers 02 h du matin, induisant une surcote sur la zone maritime concernée.

La surcote : un phénomène dangereux d'élévation du niveau de la mer

Cette surcote mécanique n'agit pas seule : elle est combinée à la force et à la durée des vents, à leur orientation, qui pousse ou chasse les eaux des bords de mer, et la houle venue du large qui amplifie éventuellement le phénomène. Les coefficients de marée sont également un paramètre majeur à prendre en compte dans le calcul de la surcote et de son effet au littoral. Enfin, la nature du littoral touché (côte basse ou rocheuse) conditionnera l'impact final à la côte.

Tous ces paramètres permettent de calculer la surcote attendue pendant la nuit. Il en résulte une modélisation de près de 80 à 85 cm de hauteur d'eau au-dessus du niveau de la marée astronomique. On attend également de très fortes vagues liées aux rafales de vent, tandis que la marée haute se produira entre 05h et 06h vendredi matin, avec un coefficient de vive-eau de 87.

Des paramètres modérateurs

Des événements dévastateurs passés telle que la tempête Xynthia de février 2010 ont démontré le caractère catastrophique potentiel d'une submersion marine lorsque tous les éléments défavorables sont réunis. Pour Xynthia, le coefficient de marée était plus élevé qu'actuellement (102). D'autre part, la dépression, pourtant creusée à la même pression (968 hPa), venait de très loin et arrivait avec une énergie que n'aura pas Alex cette nuit, accompagnée aussi d'une très grande houle puissante. Enfin, le maximum de surcote s'est produit au moment même de la marée haute. Il a été ainsi calculé que la surcote liée à Xynthia était proche d'1,5 m à La Rochelle par exemple.

Cette fois-ci, il y aura un décalage de 2 heures entre le maximum de surcote (vers 02h du matin) et la marée haute (entre 05h et 06h du matin). D'autre part, la houle sera moins forte et moins énergique que lors de Xynthia, et les vents souffleront sur de moins grandes étendues de mer (le fetch), diminuant cette énergie.

Il n'en demeure pas moins que la nuit s'annonce dangereuse sur les portions plates du littoral compris entre le Golfe du Morbihan, l'estuaire de la Loire et même les Pertuis Charentais, pourtant assez éloignés des vents les plus forts. La période comprise entre 02h et 06h ce vendredi matin doit être considérée comme à "risque" sur cette zone littorale, située au niveau de la mer.

 

À lire aussi

Alerte météo

Le phénomène de surcote

Dossier tempête : les risques en France

Tempêtes du siècle : il y a 20 ans, Lothar et Martin dévastaient la France

Il y a 32 ans : l'ouragan de 1987 touchait la Bretagne et Normandie

L'actualité météo

Articles les plus lus