Actualités Météo
Volcan aux Canaries : voici pourquoi le nuage de soufre ne présente pas de risque en France

Par Regis CREPET, météorologue

L'éruption volcanique se poursuit sur l'île de la Palma aux Canaries. Cette éruption provoque des coulées de lave sur les flancs du volcan ainsi que l'émission d'un nuage de cendres soufrées. Poussées par les vents d'altitude, ces particules pourraient survoler également la France. Mais le risque de pollution reste très faible. Voici pourquoi.

Crédit : La Chaîne Météo

L'île de la Palma, aux Canaries, connait une éruption volcanique inédite qui ne s'était pas produite depuis 50 ans. Il s'agit de la formation d'une "bouche volcanique littérale" qui s'est formée sur les flancs du volcan principal du Cumbre Vieja. Cette éruption, de type effusif, est nettement moins dangereuse que les éruptions explosives telles les volcans d'Indonésie par exemple, très dévastatrices. Mais elles provoquent des coulées de lave qui peuvent engloutir des maisons et entrainent l'émission d'un panache de cendres soufrées. Peut-on alors parler de nuage toxique ?

Un nuage de soufre craché par le volcan

Les Autorités craignent que la coulée de lave atteignent la mer, ce qui est une probabilité étant donné que la coulée descend le long des pentes du volcan. Au contact de l'eau de mer, la lave se refroidirait brutalement, provoquant une vapeur acide, par réaction chimique. Dans ce cas, il conviendrait d'élaborer une zone d'exclusion pour éviter que les habitants inhalent cet air acide, très irritant pour les voies respiratoires. Le sens du vent déterminera la zone circonscrite.

La deuxième source d'inquiétude provient du nuage émis par l'éruption. Ce nuage de cendre est chargé de dioxyde de soufre, potentiellement dangereux pour les populations. Ce nuage de soufre s'élève dans l'atmosphère vers 5000 m d'altitude, crachant ainsi quotidiennement entre 6 000 et 11 500 tonnes de dioxyde de soufre (SO2). Ce soufre est ensuite dilué dans la haute atmosphère puis porté par les vents dominants.

Ce nuage de soufre se dirige vers la France : que craindre ?

Il faut savoir raison garder. Les quantités de soufre ainsi émises dans la haute atmosphère se diluent et perdent en concentration. Même s'il est possible de modéliser sa progression en fonction des vents d'altitude, les effets resteront très minimes, voire inexistants sur de longues distances. Cependant, il est probable que les secteurs les plus proches des Canaries, sous le vent dominant, subissent une dégradation de la qualité de l'air, comme le Maroc et le sud de l'Espagne. À ce sujet, les vents dominants entraineront ces particules de soufre vers les Baléares puis vers la France ce week-end. Cependant, on attend de fortes pluies d'orage sur notre pays dans la nuit de samedi à dimanche : le soufre retombera au sol et sera lessivé par les précipitations. On estime que la "pollution de l'air" liée à ce nuage de soufre sera à peu près l'équivalent de la pollution habituelle liée aux activités humaines (industries).

On retiendra que les quantités de soufre ne sont pas suffisantes pour présenter un risque quelconque en France. Ainsi, on ne sentira aucune odeur particulière et cela restera invisible. Le terme de "pluies acides" n'est donc pas approprié pour qualifier cet épisode sur notre pays. Cela ne constitue donc pas une source d'inquiétude particulière.

À lire aussi

Météo semaine prochaine : temps très changeant et rafraîchi

Tendance à 4 semaines : météo jusqu'au 21 novembre, vacances de la Toussaint incluses

Prévisions saisonnières

L'actualité météo

Articles les plus lus