Actualités Météo
Le retour de La Nina cet été : quels impacts sur le climat ?

Par Regis CREPET, météorologue

Le climat mondial est régulé par les flux atmosphériques mais surtout par les courants océaniques et leur température. De par leur superficie sur notre planète, les océans jouent un rôle prépondérant dans la machine climatique, en particulier dans la zone intertropicale, où se jouent de multiples variations cycliques. Ces cycles, appelés « ENSO » (acronyme pour El Nino et oscillation australe) alternent entre des anomalies chaude (El Nino), froide (La Nina) ou neutre. Dès à présent, on assiste à l’émergence de la Nina, qui devrait monter en puissance jusqu’à l’hiver : quels en seront les impacts possibles dès cet été ? Analyse de la Chaîne Météo.

Le retour de La Nina cet été : quels impacts sur le climat ?

L’océan Pacifique, de par son immensité, est capable de moduler une bonne partie du climat planétaire, ce qui explique pourquoi il est sous haute surveillance. La zone intertropicale est scrutée par les satellites qui mesurent sa température (par imagerie infrarouge). Lors de cette dernière décennie, on était habitué à des anomalies chaudes des températures de l’eau du Pacifique oriental (du côté de la côte américaine), ce que l’on appelle le phénomène El Nino. Mais, cette année, c’est l’inverse qui était attendu et qui commence déjà à se mettre en place (1) : un refroidissement de ces eaux de surface. C’est l’inverse d’El Nino, appelé « La Nina ». Ces cycles alternent tous les 3 à 7  ans.

Baisse rapide et marquée de la température du Pacifique

Actualités France
Crédit : La Chaîne Météo

Au large des côtes de l’Amérique centrale et du Pérou, les vents se sont inversés : les alizés soufflent de l’est vers l’ouest, repoussant les  eaux chaudes vers le grand large (Polynésie puis Australie et Indonésie), et provoquant la remontée des eaux profondes froides du côté américain (phénomène d’upwelling). La baisse actuelle est déjà proche de -0,5°C, ce qui constitue une faible Nina, mais la modélisation indique que le refroidissement pourrait plonger entre -1°C et -1,5°C à la fin de l’automne, ce qui constituerait alors une « Nina modérée ». Il pourrait s’agir de la Nina la plus forte depuis 2011.

Des conséquences climatiques autour du monde

Actualités France
Crédit : La Chaîne Météo

Ces variations de température océanique forment des interactions appelées couple océan-atmosphère. Cela influence l’humidité et la température de l’atmosphère, et cette interaction modifie aussi le sens des vents en haute altitude ainsi que du Jet Stream. Par « effet domino », des répercussions  se font sentir tout autour de la zone Pacifique, mais aussi de l’autre côté, sur l’océan Atlantique. Au final, toute la zone intertropicale est bouleversée avec des modifications dans le régime de pluies (mousson africaine et indienne) et des températures (2).

Une saison cyclonique plus marquée

Actualités France
Crédit : La Chaîne Météo

L’une des conséquences directes et visible de la Nina est de booster l’activité cyclonique dans l’océan Atlantique, par effet de vases communicants (3). En effet, si les eaux froides du Pacifique entraînent moins d’instabilité, et donc moins de formation de cyclones, cela amoindri le courant jet en haute altitude (ces vents qui font le tour de la planète). Ce facteur plus calme en haute atmosphère favorise à son tour le développement d’ouragans sur l’Atlantique, car il y a moins de cisaillement. En période El Nino, c’est l’inverse qui se produit, et il y a donc moins d’ouragans en Atlantique. Le nombre de phénomènes tropicaux en Atlantique est donc plus élevé en période "La Nina" que pendant El Nino (schéma ci-dessus). C’est la raison pour laquelle la saison des ouragans 2020 risque d’être active cet été, ce qui semble faire consensus auprès de tous les organismes de prévisions des ouragans. De 3 à 6 ouragans majeurs pourraient s’y développer (selon la NOAA). L’arc Caraïbes et les Antilles sont particulièrement menacés dans ce type de configuration, avec, en outre, de fortes pluies en prévision, ce qui marquerait la fin de la sécheresse actuelle en Martinique. Il est à noter que le réchauffement climatique joue éventuellement un rôle sur la fréquence des ouragans majeurs, mais pas sur le nombre total de phénomènes (6).

Quelles conséquences pour cet été en France ?

C’est peut-être la question qui préoccupe majoritairement les français pour cet été : quelles seront les conséquences de la Nina en Europe de l’ouest ? A l’instar de El Nino, La Nina a peu d’impact sur le continent eurasien, car situé trop loin, en bout de course des effets de l’ENSO (4). Selon les statistiques, on peut en déduire plusieurs conséquences possibles, mais elles restent très atténuées : les étés en période La Nina sont souvent caractérisés par une circulation perturbée océanique avec un flux d’ouest plus perturbé (donc synonyme d’un temps plus changeant en France), mais dans une autre proportion, les anticyclones peuvent aussi s’en trouver renforcés sur l’Europe centrale. Etant donné l’apparition tardive de la Nina cette année, qui ne fait que commencer, on peut penser que son effet sur notre été restera limité, ou alors en toute fin de saison. Cela ne devrait pas remettre en cause nos prévisions saisonnières, mais doit nous mettre en garde contre une fiabilité moins bonne pour le mois d’août.

Des conséquences plutôt en hiver

De fait, La Nina se fait surtout sentir en hiver (5), en refroidissant globalement l’hémisphère nord en raison des modifications des centres d’action (anticyclones polaires renforcés notamment). La Nina est généralement synonyme d’hiver précoce en France. Mais il faudra attendre la fin de l’été et surtout l’automne pour voir la tournure et l’ampleur de la Nina avant de pouvoir se prononcer sur la nature de l’hiver 2020-2021.

 Références :

  1. https://public.wmo.int/fr/info-ni%C3%B1oni%C3%B1a
  2. Are tropical SST trends changing the global teleconnection during La Niña?
  3. http://www.wikiwand.com/fr/Cyclog%C3%A9n%C3%A8se_tropicale
  4. https://www.semanticscholar.org/paper/Tropospheric-QBO%E2%80%93ENSO-Interactions-and-Differences-Hansen-Matthes/7dfd4629e6c71a2304c992f761a220e647912843
  5. https://sos.noaa.gov/datasets/el-nino-and-la-nina-seasonal-impacts/
  6. https://journals.openedition.org/echogeo/19141

 

À lire aussi

Vacances d'été 2020 : première tendance météo

Prévisions saisonnières pour l'hiver 2020/2021

HANNA : le 1er ouragan de la saison né dans l'Atlantique Nord frappe le Texas

L'actualité météo

Articles les plus lus