Actualités Météo
Prévisions saisonnières pour le printemps et le début de l'été

Par Regis CREPET, météorologue

L'actualisation des prévisions saisonnières est valable pour le printemps, jusqu'aux portes de l'été (mois d'avril, mai et juin ), et met en évidence des températures toujours supérieures aux moyennes de saison et une pluviométrie s'affaiblissant. Une sécheresse printanière est probable avant un été chaud mais possiblement plus orageux que les précédents.

Ces prévisions saisonnières, mises à jour chaque 10 du mois, concernent les mois d' avril, mai et juin, premier mois de l'été météorologique. Le printemps devrait présenter des températures globalement supérieures aux moyennes de saison en France métropolitaine (de l'ordre de +0,5°C à +1°C sur le trimestre), avec des précipitations devenant plus faibles, voire déficitaires. Une incertitude concernait le mois de mai, qui pouvait être possiblement plus maussade, mais il semblerait que la tendance sèche et douce se poursuive. L'hexagone pourrait donc connaître un beau printemps, avec comme conséquence, une sécheresse printanière de surface.

Prévisions saisonnières avril 

Prévisions Saisonnières
Crédit : La Chaîne Météo

La configuration globale anticyclonique, entamée en deuxième quinzaine de mars, pourrait se prolonger avec un temps calme et sec dominant et du beau temps en avril. Les perturbations océaniques réussiraient à passer sur l'hexagone très occasionnellement, de telle sorte que les précipitations risquent d'être très inférieures aux moyennes de saison de l'ordre de 40%. Les températures resteraient supérieures aux moyennes de saison de +0,5°C à +1°C, ce qui n'est pas négligeable. Le ressenti pourrait donc être très agréable pour les vacances scolaires de printemps. A noter une possible variabilité provisoire des températures lorsque, au grè de l'évolution de l'anticyclone, les vents pourront tourner temporairement au nord, apportant possiblement quelques nuits fraîches.

Prévisions saisonnières mai

Prévisions Saisonnières
Crédit : La Chaîne Météo

Au sein d'un beau printemps, la France pourrait profiter d'un joli mois de mai. Les conditions anticycloniques devraient rester majoritaires avec un flux dominant orienté au sud. Il pourrait donc faire assez assez chaud, avec déjà les premières ondées orageuses dans le sud et en montagne, tandis que les zones de plaine et du nord-est de l'hexagone risquent de connaître encore un déficit de pluviométrie.

Prévisions saisonnières juin

Prévisions Saisonnières
Crédit : La Chaîne Météo

Le premier mois de l'été météorologique resterait marqué par des températures plus chaudes que les normales sur l'hexagone, et d'une manière assez générale, à l'échelle de l'Europe, surtout sur les hautes latitudes où se positionneraient les hautes pressions. Dans ce contextes, des petits minimums dépressionnaires pourraiient commencer à se former aux basses latitudes, trahissant une légère tendance orageuse sur la péninsule ibérique et sur les reliefs du pourtour méditerranéen. En France, les orages remontant d'Espagne en direction du nord-est pourraient commencer à s'organiser, rétablissant ainsi une pluviométrie dans les moyennes de saison, mais souvent inégales.

En conclusion, le printemps 2020 pourrait être plus chaud et plus sec que les moyennes, ce qui pourrait nous valoir un ressenti agréable. La sécheresse printanière n'aurait alors que des effets de surface, étant donné le bon taux de remplissage des nappes phréatiques après une saison hivernale bien arrosée sur notre territoire.

A l'échelle de l'Europe :

Un déficit pluviométrique pourrait caractériser une bonne partie du continent européen, de la France à la mer Noire jusqu'en avril, avant un mois de mai possiblement plus orageux, notamment sur l'Afrique du Nord. Pour les pays du Maghreb, notons une sécheresse hivernale actuelle préoccupante en prévision de l'été, surtout du coté du Maroc : cette situation ne sera pas vraiment améliorée par les orages de mai et de juin qui n'éclateront qu'en montagne, pouvant conduire à un été critique. Les températures resteront globalement supérieures aux moyennes de saison en Europe pour ce printemps : la fraîcheur, initialement prévue pour le mois de mai en France, disparaît désormais, ainsi que l'éventuel froid tardif pressenti un moment pour la Russie. Le schéma de températures chaudes et de conditions anticycloniques sur les hautes latitudes semble devoir se répéter pour cet été.

À lire aussi

Comment sont réalisées les prévisions saisonnières ?

Météo à 4 semaines : tendance jusqu'au 10 mai

Bilan de l'automne 2019 : doux et très arrosé

L'actualité météo

Articles les plus lus