Actualités Météo

Episode de pollution à l'ozone : restrictions de circulation en Ile-de-France

Regis CREPET

Par Regis CREPET, météorologue
mis à jour le

Avec l'ensoleillement, la chaleur et l'absence de vent, la qualité de l'air se dégrade avec une pollution à l'ozone qui concerne le nord du pays à nouveau ce vendredi, notamment en Ile-de-France, où des restrictions sont mises en place.

La qualité de l'air est mauvaise dans le nord en raison d'un pic d'ozone © La Chaîne Météo

En cette fin de semaine, le nord du pays, et notamment l'Ile-de-France, est concerné par un pic de pollution à l'ozone, polluant typiquement estival, car il faut de la chaleur et un fort ensoleillement pour la provoquer. Les autres régions du nord n'échappent pas à cette qualité de l'air dégradée. Cette situation a incité la préfecture de Police à mettre en place des restrictions de circulation avec une vitesse maximale autorisée abaissée sur les routes. En Ile-de-France, il faut réduire votre vitesse de 20 km/h. La vitesse maximale est également abaissée de 130 à 110 km/h sur autoroute, 110 à 90 km/h sur les voies rapides à chaussée séparée, et à 70 km/h sur celles habituellement limitées à 80 km/h ou 90 km/h. Des interdictions concernent également les opérations de brûlage à l’air libre.

Pollution à l'ozone © La Chaîne Météo

Comment se forme la pollution à l’ozone ?

Pollution à l'ozone © La Chaîne Météo

En été, la pollution à l’ozone se forme à partir de plusieurs composantes : la première que l’on nomme les précurseurs, qui sont les composés organiques volatils (comme la dégradation des végétaux et les rejets des ruminants sous forme méthanique) et les polluants (comme l’oxyde d’azote et les hydrocarbures), et la deuxième, qui repose sur une situation météo particulière.

En été, la pollution à l'ozone est favorisée par l’ensoleillement, la chaleur et des conditions anticycloniques. L’absence de vent, des températures voisines de 30°C, et un fort ensoleillement sur plusieurs jours, permet la formation et la concentration d’ozone dans l’air. C’est notamment le cas dans les agglomérations où des quantités importantes d’oxyde d’azote sont émises par l'industrie et du trafic routier. Mais cela ne signifie pas que l'air est toujours plus pollué en ville qu'à la campagne. En effet quand la pollution à l’ozone des agglomérations est repoussée dans les campagnes voisines, elle se mêle aux nombreux composés organiques volatiles. S’ensuit alors une réaction photochimique importante avec ces composés qui décuplent la pollution à l’ozone sur l zone concernée.

Ne pas confondre le polluant ozone avec celui de la couche d'ozone

La pollution à l'ozone ne doit pas être confondue avec la couche d’ozone qui se trouve en altitude. Cette couche, qui sépare la troposphère de la stratosphère à quelques 20 km d’altitude, nous protège notamment des rayons UV en provenance de l’espace.

Partagez cet article
À lire aussi
logo VIP
  • Un site plus rapide
  • Plus d'info météo
  • Sans pub
  • Accès au TV Live
Articles les plus lus