Actualités Météo
Incendies dans le Var : chaleur, mistral et sécheresse responsables

Par Gilles MATRICON, météorologue

Depuis le 16 août, un violent incendie frappe le massif des Maures dans le département du Var. Près de 8.000 hectares ont brûlé, attisés par le mistral dans un contexte de sécheresse persistante sur l'ensemble des pays riverains de la Méditerranée depuis le début de cet été.

Incendies dans le Var : chaleur, mistral et sécheresse responsables

Alors que les trois quarts de la France subissent un été 2021 souvent humide, pour ne pas dire maussade, les régions méditerranéennes sont généralement à l'abri des pluies malgré quelques orages et connaissent une sécheresse persistante, se traduisant par d'importants incendies.

Un contexte propice au déclenchement des incendies et feux de forêts

Trois paramètres météo sont en partie responsable de ce risque exceptionnel d'incendies sur les régions proches de la Méditerranée. Le premier est la sécheresse qui s'est installée depuis début juin. Le second concerne les fortes chaleurs présentes entre les 10 et 18 août dernier avec des températures maximales entre 35 et 40 °C. Enfin le troisième est un épisode de mistral violent exceptionnel par sa durée (3 jours) alors que nous sommes au cœur de l'été. La conjonction de ces éléments a provoqué de nombreux incendies, dont le plus important s'est produit et se poursuit toujours dans le massif des Maures, brûlant près de 8.000 hectares de végétation, ce qui correspond à 75% de la superficie de Paris ou 12.000 terrains de football.

Nombreux incendies depuis lundi dernier

Depuis lundi, plusieurs feux de forêts ont été observés, détruisant des milliers d'hectares. Celui survenu dans le Var est le plus important depuis l'été 2003 où fin juillet et début août, sous l'effet des fortes chaleurs et du vent, le feu avait détruit des milliers d'hectares de végétation dans le Var. Cet incendie a précédé la terrible canicule du mois d'août 2003.

D'autres pays touchés meurtris par les incendies, la canicule exceptionnelle responsable

Le sud de la France n'est pas le seul pays impacté par les incendies de forêt. Tous les pays riverains du bassin méditerranéen sont touchés. Une situation liée à la formation d'un dôme de chaleur sur cette zone liée à la remontée d'air saharien qui s'est trouvé piégé sous cet anticyclone. Cette situation de blocage a provoqué une canicule exceptionnelle, d'abord en Turquie et sur les Balkans, puis cette canicule s'est étendue à l'Italie, à la Sicile, à la Tunisie et à l'Algérie avec des températures approchant les 50 °C. Des records absolus de chaleur ont d'ailleurs été enregistrés à cette occasion. Le thermomètre a atteint 50,3 °C à Kairouan en Tunisie et 48,8 °C en Sicile. En Algérie, la Kabylie a payé le plus lourd tribut à cette canicule, avec des milliers d'hectares de végétation calcinés et un bilan humain extrêmement lourd.

Nouveau risque d'incendies à partir de dimanche sur le sud de la France

Après une pause depuis jeudi, Mistral et Tramontane se lèvent à nouveau dimanche à cause de la formation d'une dépression sur le golfe de Gênes. Celle-ci va se maintenir jusqu'à mercredi prochain. Elle sera responsable d'un nouveau renforcement du vent, de moindre intensité que cette semaine. Les rafales les plus fortes ne devraient pas dépasser les 70 km/h. Néanmoins, en raison de la sécheresse ambiance et des températures encore élevées prévues (entre 30 et 33 °C), la situation reste sous très haute surveillance.

À lire aussi

Tendance à 4 semaines : météo jusqu'au 17 octobre

Prévisions saisonnières jusqu'en décembre

L'actualité météo

Articles les plus lus