Actualités Météo
Jusqu'à quand peut-il encore geler?

Par Regis CREPET, météorologue

Ces deux dernières années ont été marquées par des coups de gel tardif en France en avril. Ces gelées ont été particulièrement préjudiciables à certaines cultures qui avaient pris de l'avance en raison des hivers doux. Mais au fait, jusqu'à quand peut-il geler?

Jusqu'à quand peut-il encore geler?

Le gel tardif est redouté des jardiniers, des vignerons et des arboriculteurs. Ces derniers printemps ont été durement concerné par des épisodes de gel jusqu'en plein mois de mai.

Les fortes gelées de ce début avril sont-elles exceptionnelles à cette période de l’année ?

Les gelées en première quinzaine d'avril ne sont pas rares, mais celles-ci ont été particulièrement marquées, avec des températures s’abaissant entre -4°C et -9°C localement du nord au centre de la France. De telles valeurs ont souvent battu des records qui dataient souvent des mois d’avril 1978, 1986 et 2003. C’est donc un événement qui survient une fois tous les 20 ans dans cette intensité. Ponctuellement, on a battu ces records à Saint Etienne (42), Romorantin (41) et Mourmelon (51).

A cette époque de l’année, quelles sont les conséquences de ces gelées sur les cultures (vignes, fruits et légumes) ?

Climatologiquement parlant, ces gelées ne sont pas si tardives dans la saison, mais pour la vigne et les arbres fruitiers, ces dernières peuvent être très dommageables, d’autant plus si le début du printemps a été doux. En effet, lors d’années précoces, c’est-à-dire avec un démarrage de la végétation tôt dans la saison, les cultures sont d’autant plus exposées au risque de gel. Les bourgeons sont alors très fragiles et sont directement exposés à l’air ambiant et aux températures potentiellement négatives. Les dégâts engendrés par le gel causent  des pertes de rendement pour les agriculteurs durant l’année en cours, mais également l’année suivante.

De nouvelles gelées, même moins fortes, autour de 0°C, pourraient-elles être également préjudiciables ?

Les dernières gelées que nous venons de connaître ont été très marquées avec parfois -5/-6°C en Bourgogne ou Champagne. D’autres gelées tardives peuvent se produire jusqu’à la mi-mai environ, notamment dans les vignobles du nord de la France. Une température de 0°C sous abri suffit pour que du gel soit observé au niveau du végétal et que les bourgeons, les feuilles ou les fleurs soient détruits. Toute la profession des arboriculteurs et viticulteurs est donc sur le qui-vive jusqu’au milieu du printemps avant que tout risque ne soit finalement écarté.

Quelle est, en général, d’après les statistiques, la date moyenne des dernières gelées en France ?

Les dates moyennes des dernières gelées en plaine en France sont justement comprises dans la période actuelle, entre le 15 et le 20 avril, mais pratiquement jamais de façon aussi rigoureuse que le week-end dernier. Les régions du centre-est sont celles où les dates moyennes des dernières gelées sont les plus tardives (le 25 avril), alors que proche des littoraux, c’est plutôt à la mi-mars.

Quelle est la date des gelées les plus tardives jamais relevées en France ?   

Rappelons tout d’abord qu’en montagne, dès 1000 m d’altitude, il peut geler toute l’année pour peu que les conditions soient réunies (nuit claire, inversion thermique…). En plaine, des gelées survenant jusqu’en début mai se retrouvent en moyenne une fois tous les 5 ans. Dans des cas plus rares, les dernières gelées peuvent être très tardives, parfois jusqu’à fin mai (le 20 mai pour Strasbourg, le 22 mai pour Rennes, et même le 2 juin pour Lille). Dans les campagnes, des gelées blanches peuvent donc survenir jusqu’en juin, y compris dans l’intérieur de la Bretagne.

Notons que ces dernières années ont vu des épisodes de gel tardif à plusieurs reprises. Survenant sur une végétation bien avancée en raison d'hivers doux, ces gels tardifs sont d'autant plus redoutables pour les fruitiers.

À lire aussi

Tendance à 4 semaines : météo jusqu'au 24 juillet

Les Saints de glace

L'actualité météo

Articles les plus lus