Actualités Météo
Blocage en oméga, plume de chaleur ou dôme de chaleur : ce qui vous attend la semaine prochaine

Par Cyril BONNEFOY, météorologue

La semaine prochaine, la France connaîtra sa deuxième vague de chaleur de l’année. Les températures seront caniculaires dans certaines régions. Plumes de chaleur, blocage en oméga ou dôme de chaleur : quels types de configurations météo peuvent mener à de telles situations ?

Blocage en oméga, plume de chaleur ou dôme de chaleur : ce qui vous attend la semaine prochaine

Une vague de chaleur est caractérisée par une succession d’au moins trois journées où les températures atteignent des niveaux anormalement élevés. On peut parler de canicule quand des seuils spécifiques à chaque département sont dépassés de jour comme de nuit. Depuis 2010, la France a connu 17 vagues de chaleur, ce qui est plus que sur la seule période 1947-2000. Ces vagues de chaleur étaient liées à différentes configurations météorologiques dont voici les principales caractéristiques :

Situation dynamique : la “plume de chaleur”

Cette situation synoptique qualifiée ainsi par certains météorologues correspond à la remontée d’air très chaud en provenance d’Afrique-du-Nord. Cet air d’origine subtropicale est aspiré par la circulation atmosphérique avec l’aide d’une dépression sur le proche Atlantique. Autour de cette dépression, les vents, généralement associés à de l’air froid en altitude (goutte froide), tournent dans le sens inverse des aiguilles d’une montre, ce qui a pour effet de jouer le rôle de pompe à chaleur. C’est ainsi que l’air chaud transite du Maghreb vers la Méditerranée puis la péninsule ibérique pour ensuite atteindre l’Europe de l’ouest.

Actualités France
Crédit : La Chaîne Météo

Cette situation dynamique (circulation de l’air en altitude) a été rencontrée lors de la dernière vague de chaleur du mois de juin dernier qui a eu lieu du 16 au 21 juin. La France a alors connu sa vague de chaleur la plus précoce jamais observée depuis le début des relevés avec de nombreux records de températures. Cet épisode de chaleur, comme souvent dans cette configuration, s’est terminé par une vague d’orages particulièrement violents, ayant conduit à de la grêle destructrice dans certaines régions.

Situation en oméga : le blocage anticyclonique

Ce deuxième type de configuration correspond à la remontée des hautes pressions (anticyclone) sur l’Europe de l’ouest alors que des basses pressions (dépressions) circulent sur l’Atlantique et en Europe de l’est. Cette configuration prend la forme de la lettre grecque Oméga (Ω), d’où son nom donné par les météorologues. C’est donc un flux de sud qui se met en place, faisant remonter de l’air très chaud d’Afrique du Nord. Cette situation peut perdurer plusieurs jours avant d’être balayée par les vents d’ouest océaniques.

Actualités France
Crédit : La Chaîne Météo

C’est cette situation qui a conduit à la pire vague de chaleur de l’histoire du pays lors de la canicule d’août 2003 avec une durée de 15 jours et des niveaux exceptionnels. Grands nombres de records de températures maximales datent encore de cet épisode caniculaire. 

Situation du dôme de chaleur

Le dôme de chaleur rejoint la situation de blocage anticyclonique. Ce terme a été longuement évoqué lors de la dernière vague de chaleur historique qu’à connu l’ouest américain en juillet 2021. Lors de la persistance de conditions de blocage pendant plusieurs semaines sur un même territoire, l’air chaud stagne et se réchauffe. En effet, la zone de haute pression associée favorise la descente de l’air, ce qui le compresse et le réchauffe. C’est un peu comme si l’on appliquait un couvercle sur cette masse d’air et que l’air chaud n’avait aucun échappatoire. La canicule de 2003 peut être associée également à cette situation particulière. Les températures ont monté ainsi crescendo pendant près de 15 jours, avant que l’air chaud ne soit enfin balayé par la circulation d’ouest.

Vague de la chaleur de la semaine prochaine : comment la qualifier ?

La France s’apprête à connaître une nouvelle vague de chaleur la semaine prochaine. La situation s'apparentera, au moins au début, à celle de la plume de chaleur. En effet, une goutte froide semble vouloir se positionner au large du Portugal, un peu comme lors de la vague de chaleur de juin dernier. De l’air très chaud remontera donc vers l’Espagne puis le sud du pays en début de semaine, puis cet air d’origine tropicale englobera tout le pays durant le pont du 14 juillet. C’est d’ailleurs durant le week-end du 16-17 juillet que l’on attend le pic d’intensité de cette vague de chaleur. Il semble ensuite que la goutte froide remonte vers le Golfe de Gascogne et soit susceptible de faire baisser les températures à l’ouest. Néanmoins, il faut rester prudent, dans ce type de configuration associée à une goutte froide, la prévision reste délicate, surtout à cette échéance. Les modèles ont souvent du mal à appréhender leur comportement au-delà de 3 à 5 jours.

 

La fréquence des vagues de chaleur va augmenter dans le cadre du réchauffement climatique, comme l'indique le Groupe Intergouvernemental des Experts sur le Climat (GIEC). Cette augmentation est déjà visible sur les relevés en France puisque 17 vagues de chaleurs ont eu lieu depuis 2010, ce qui est plus que sur la période 1947-2010. S’il est encore trop tôt pour qualifier celle de la semaine prochaine en raison de la persistance de nombreuse incertitudes concernant sa durée et son intensité, la pompe à chaleur sera bien en place et une période particulièrement chaude va concerner cette mi-juillet qui s’annonce caniculaire, au moins dans le sud et le sud-est.

 

À lire aussi

Canicule confirmée cette semaine par le sud

Quel temps pour les feux d'artifices des 13 et 14 juillet ?

Risque d'incendie maximal en Méditerranée jusqu'à vendredi

L'actualité météo

Articles les plus lus