Actualités Météo
Dôme de très hautes pressions sur la France : vers des records de durée

Par Cyril BONNEFOY, météorologue

Vous l’avez remarqué, la météo est au calme plat depuis le 10 janvier en raison d’un puissant anticyclone durable et qui a bien décidé à ne pas flancher ces prochains jours, voire au-delà. Cette situation de temps sec, sous des pressions très élevées entre 1035 et 1040 hPa sur le nord, pourrait avoir des conséquences à terme sur la sécheresse de certains sols si elle devait persister. Cette situation est-elle exceptionnelle par sa durée ? Pourrait-on battre des records de pression moyenne d’ici à la fin du mois ?

Dôme de très hautes pressions sur la France : vers des records de durée

Depuis plusieurs mois, les situations de blocage anticyclonique se sont succédées

Le mois d’octobre 2021 s’est par exemple avéré particulièrement sec, doux et ensoleillé. Des records d’ensoleillement étaient d’ailleurs tombés dans de nombreuses villes du centre-ouest de la France. Après une période plus perturbée début novembre, l’anticyclone a ensuite rapidement repris ses droits pour le reste du mois avec cette fois-ci son lot de grisailles. Le dernier blocage anticyclonique de l’année 2021 s’est produit les 15 derniers jours de décembre, avec notamment un épisode de douceur exceptionnelle à la clé entre Noël et le jour de l’an. C’est dans ce contexte que ce mois de janvier réitère avec un nouveau blocage qui pourrait se prolonger jusqu’à début février, voire au-delà. On pourrait se diriger vers une situation remarquable et possiblement préoccupante concernant la sécheresse.

Actualités France
Crédit : La Chaîne Météo

Blocage anticyclonique : un anticyclone positionné trop au nord

Vous l’avez sans doute remarqué, la météo est très calme depuis une dizaine de jours avec l’alternance de journées plus ou moins grises en plaine et vallée, mais bénéfique en montagne avec la persistance de conditions ensoleillées. Ce sont des conditions typiques que vous rencontrez sous un anticyclone d’hiver. Cet anticyclone évolue le plus souvent entre l’ouest des îles britanniques et le nord de l’Allemagne, faisant obstacle à toute perturbation qui tenterait sa chance sur notre pays. Ces dernières n’ont alors d’autre choix que de le contourner, et lorsqu’elles arrivent à s’infiltrer dessous, elles restent très atténuées en raison des hautes pressions. C’était le cas en milieu de semaine dernière avec le passage d’un front froid de faible activité qui a occasionné quelques bruines verglaçantes et flocons dans l’est, le tout sous une pression voisine de 1030 hPa. Cette situation de blocage est due à un jet très ondulant, provoquant deux décrochages polaires, l’un en Amérique du Nord et l’autre en Europe centrale. Entre les deux coulées froides, une pulsion anticyclonique est bloquée, favorisant une accumulation de pression de surface sur les Îles Britanniques et le nord de la France.

Actualités France
Crédit : La Chaîne Météo

 

Une situation similaire lors de la sécheresse de 1976

En saison hivernale, les basses pressions ou dépressions tendent à circuler aux moyennes latitudes, délimitant l’air doux aux basses latitudes (tropiques) et l’air beaucoup plus froid aux hautes latitudes (Scandinavie). Néanmoins, il arrive que des zones de hautes pressions regonflent sur l’Europe de l’ouest et figent en quelque sorte la météo pendant plusieurs jours, voire plusieurs semaines. C’est la situation que nous connaissons actuellement. Depuis l’après-guerre, nous avons déjà connu plusieurs périodes de blocage anticyclonique. L’hiver 1948-1949 fût particulièrement sec en particulier les mois de janvier et de février 1949, avec plusieurs semaines d'affilée sans pluie sur le pays. La situation était d’ailleurs similaire à celle que nous connaissons avec un anticyclone des Açores bien trop au nord par rapport à la normale en cette saison. La fameuse sécheresse de l’été 1976 avait en fait débuté durant l’hiver 1975-1976. En effet, les hautes pressions se sont installées pendant quasiment tout l’hiver sur le pays hormis quelques épiphénomènes durant le mois de janvier. Plus près de nous, l’hiver 2016-2017 a également connu une récurrence des hautes pressions, entrecoupée de périodes plus perturbées, un peu à l’image de ce que nous connaissons cet hiver 2021-2022. Cet hiver avait d’ailleurs été l’un des plus secs depuis plus de 60 ans.

Blocage prévu jusqu’à début février : vers des records de pression moyenne ?

Après étude de la pression moyenne sur 30 villes de référence en France, il ressort que ces deux premières décades de janvier présentent une anomalie significative de +5 hPa. Si le mois de janvier est en général plutôt dominé par les hautes pressions avec une normale de 1020 hPa, ce début de mois a connu une moyenne plus basse et autour de 1017,4 hPa. Ce résultat est principalement dû à un régime de temps dépressionnaire (inondations au sud-ouest notamment). Cependant, fait remarquable, avec le retour d’un puissant anticyclone sur les îles britanniques, un régime de très hautes pressions s’est installé sur le pays en seconde décade. La pression moyenne durant cette période et à partir des 30 villes de référence est ainsi montée à 1032,9 hPa, soit près de 13 hPa de plus que la normale. Ce niveau est particulièrement élevé sur le nord du pays avec de fréquentes pressions entre 1035 et 1041 hPa. Si nous prenons en compte les prévisions pour la dernière décade, il est fort probable que les hautes pressions se maintiennent. La pression moyenne sur ces 30 villes pourrait égaler celle de la seconde décade et in fine, faire de ce mois de janvier un des mois où la pression moyenne serait une des plus élevées depuis 40 ans avec quelques possibles records à la clé. Cet épisode se caractérise surtout par sa durée et non par les valeurs de pression, certes très élevées, mais qui n’atteindront pas celles des nombreux records du 20 janvier 2020.

 

À lire aussi

A quand la fin de la grisaille et le retour de la neige ?

Tendance à 4 semaines : météo jusqu'au 26 juin

Prévisions saisonnières : vers un été chaud et orageux

L'actualité météo

Articles les plus lus