Actualités Météo
Prévisions saisonnières pour l'hiver

Par Regis CREPET, météorologue

L'actualisation des prévisions saisonnières est valable pour la fin de l'automne et la première moitié de l'hiver en France métropolitaine et en Europe, concernant les mois de novembre, décembre et janvier. Pour la suite de l'automne, il semble que l'intensité maximale des épisodes méditerranéens touche à sa fin en novembre. Puis, pour la suite, il apparaît que le mois de décembre soit un peu plus froid que la normale au sein d'un hiver qui s'annonce un peu plus doux que la moyenne dans sa globalité.

Prévisions saisonnières pour l'hiver

Le bulletin de prévisions saisonnières du 10 septembre dernier avait bien mis l'accent sur le risque d'épisodes méditerranéens fréquents pour les mois de septembre et d'octobre. Ceux-ci sont restés dans l'ensemble conformes à la saison en termes de nombre, d'intensité et d'extension spatiale. Le mois de septembre a été plus doux de +2 °C au-dessus des normales pour la France métropolitaine. Quant à ce mois d'octobre, il semble aussi conforme à la prévision, qui l'envisageait plutôt sec sur notre pays (hormis le pourtour méditerranéen) avec des températures qui seront probablement assez proches des moyennes.

Pour les mois à venir, un changement de prévision est à noter pour le mois de novembre. Celui-ci pourrait en effet rester assez sec sur notre pays avec des températures de saison, voire légèrement supérieures. Cependant, à la faveur de conditions anticycloniques, des journées froides par phénomènes d'inversions de température sont à prévoir.

Le mois de décembre présente une légère anomalie froide, ce qui en ferait un mois hivernal avec de la neige à basse altitude. Il pourrait ainsi s'agir du mois le plus froid de notre hiver 2021-2022, puisque janvier est prévu doux par notre modèle numérique. Le mois de février, qui fera l'objet de la prochaine actualisation du 10 novembre, présente à ce jour une incertitude avec une possibilité qu'il soit également froid.

Prévisions Saisonnières
Crédit : La Chaîne Météo

À noter que le phénomène océanique la Niña est à nouveau émergent dans l'océan Pacifique, conformément aux prévisions. Pour rappel, si les effets de la Niña sont propices à des températures plus basses à l'échelle de la planète, elles ne sont pas toujours synonymes d'hiver froid à l'échelle de la France. Les répercussions sont plus directes pour le continent américain, où l'hiver s'annonce froid sur le Canada et le nord des États-Unis.

Prévisions Saisonnières
Crédit : IRI-ENSO

Ci-dessus : probabilité d'occurrence de La Nina (en bleu), El Nino (en rouge) ou de période neutre (en gris) par trimestres (SON = septembre, octobre, novembre). On constate que La Nina est majoritaire jusqu'au trimestre JFM, laissant suite à une phase neutre.

Prévisions saisonnières pour le mois de novembre

Prévisions Saisonnières
Crédit : La Chaîne Météo

Ce mois de novembre présente à nouveau une nette différence par rapport à notre précédent bulletin du 10 septembre, où nous envisagions le retour d'un flux perturbé océanique. À ce jour, les conditions météorologiques s'annoncent à l'opposé et majoritairement anticycloniques sur le pays, notamment après une première décade possiblement assez perturbée. Les hautes pressions se positionneraient entre la France et les îles britanniques, avec des fluctuations. Au gré de celles-ci, la masse d'air serait tantôt un peu rafraichie (éventuellement autour du 15), puis radoucie (après le 20). D'une façon générale, les températures devraient rester proches des moyennes, voire légèrement au-dessus, tandis que les précipitations seraient légèrement déficitaires pour cette période de l'année. Le risque d'épisode d'intempérie en Méditerranée est en nette baisse par rapport à octobre. Cela n'exclut pas la formation sporadique d'orages, potentiellement violents, mais leur prévision est rendue difficile car la prévision saisonnière donne une moyenne à l'échelle mensuelle et masque ainsi des épiphénomènes.

À noter qu'une première vague de froid hivernale est possible pour la fin du mois de novembre, avec une invasion d'air en provenance de Scandinavie.

Prévisions saisonnières pour le mois de décembre

Prévisions Saisonnières
Crédit : La Chaîne Météo

Ce premier mois de l'hiver sera probablement assez froid avec une légère anomalie négative des températures. Il pourrait s'agir du mois le plus froid de l'hiver (avec possiblement le mois de février, que nous évoquerons dans notre prochaine mise à jour). Le contexte météorologique dominant serait marqué par des flux de nord majoritaires, canalisés entre les hautes pressions sur l'Atlantique nord et des basses pressions près de la mer Baltique. C'est la signature typique d'une phase négative de l'oscillation nord atlantique (appelée NAO), dans une situation qui ne sera pas figée pendant un mois entier. Elle entraînera des variations hebdomadaires avec des perturbations pouvant apporter de la neige à basse altitude, voire en plaine. Les périodes de temps calme et sec seront tout de même majoritaires, aboutissant à un déficit de précipitation pour la saison sur l'hexagone. Les températures pourraient être de saison, voire très légèrement en dessous (-0,5 °C) avec une fin de l'année possiblement froide. Concernant la neige en montagne, elle serait présente à basse altitude en raison du froid, mais en assez faible quantité.

Prévisions saisonnières pour le mois de janvier 2022

Prévisions Saisonnières
Crédit : La Chaîne Météo

Un changement de configuration météorologique par rapport à décembre est envisagé pour le mois de janvier 2022. À ce jour celui-ci est prévu doux et humide, mais aussi très perturbé sur l'ensemble de l'Europe de l'Ouest, incluant la France. Les anomalies de pression atmosphérique seraient les suivantes : des dépressions très creuses circuleraient de l'Atlantique vers la péninsule ibérique et la France, ce qui est plutôt bas en latitude, tandis que les anticyclones seraient prédominants entre la Scandinavie et la Russie. La France serait donc le plus souvent soumise à un flux doux de sud-ouest avec des pluies et des coups de vent, mais aussi d'abondantes chutes de neige en haute montagne. Les températures seraient de +0,5 °C à +1 °C au-dessus des moyennes.

En conclusion, concernant la fin de l'automne on notera la diminution assez rapide du risque d'épisodes méditerranéens en France au profit d'un temps souvent calme et déficitaire en précipitation. La neige en montagne aura donc du mal à s'accumuler en ce début de saison. Pour la première moitié de l'hiver, il y a un signal assez sensible en faveur d'un mois de décembre assez froid, avec des précipitations peu abondantes. Mais cela n'empêche pas le risque d'épisode neigeux en plaine, lequel dépend du niveau des températures. Les massifs devraient donc s'enneiger lentement, mais surement, en raison du froid qui se maintiendrait jusqu'en fin d'année. Pour la suite, le mois de janvier serait bien différent, doux et humide sur notre pays. La tendance ultérieure, qui sera abordée dans la mise à jour du 10 décembre, montre à ce jour un mois de février possiblement assez froid, mais cette évolution lointaine restera à préciser.

Prévisions Saisonnières
Crédit : La Chaîne Météo

À lire aussi

Tendance à 4 semaines : météo pour les vacances de la Toussaint

Climat de novembre : l'entrée dans l'hiver

L'actualité météo

Articles les plus lus