Actualités Météo
Coup de froid en première décade d'avril : est-ce rare ?

Par Regis CREPET, météorologue

Un brusque refroidissement se produit sur la France cette semaine. Survenant après une vague de chaleur précoce fin mars, ce retour du froid peut surprendre. Et pourtant, les coups de froid ne sont pas rares en avril, surtout en première décade, où l'on considère qu'il peut neiger, statistiquement, jusqu'au 10 avril en plaine.

Crédit : PIXABAY

Le coup de froid de cette semaine est costaud. Il s'agit d'une "invasion arctique" issue directement du pôle et plongeant vers la France en raison d'un flux de nord-ouest très rapide. La masse d'air n'a pas vraiment eu le temps de se réchauffer en survolant l'Atlantique Nord, occasionnant une baisse drastique des températures. Si, en journée, la durée du jour et le soleil déjà haut dans le ciel permettent aux températures d'avoisiner les 6° à 10°C en plaine, le froid est notable en montagne et les nuits peuvent être très froides si le ciel se dégage, favorisant ainsi le rayonnement nocturne.

Vagues de froid tardives en avril : plus rares depuis 2000

Le terme de vague de froid n'est plus réellement adapté en avril car les températures sont positives en journée, et les chutes de neige, si elles peuvent tenir au sol les matinées, fondent en plaine dès le retour des éclaircies. Néanmoins, certains mois d'avril ont pu connaître par le passé des épisodes de froid notables. Cependant, la tendance au réchauffement climatique en France est très net au printemps depuis les années 2000, de telle sorte que depuis 20 ans, les mois d'avril sont quasiment tous au-dessus des moyennes statistiques de référence (1981-2010) sur l'hexagone.

Froid et neige : quelques mois d'avril mémorables

Actualités France
Crédit : La Chaîne Météo

Avant les années 2000, les mois d'avril étaient majoritairement frais, avec comme conséquence, une lente avancée de la végétation, alors que désormais, la floraison des fruitiers a gagné une bonne quinzaine de jours et se manifeste dès la fin mars. Cela la rend donc plus vulnérable au gel tardif.

Les mois d'avril les plus froids, en France depuis 1900, sont ceux de 1911, 1917 ainsi que 1986, qui reste le dernier mois d'avril le plus froid de notre époque contemporaine, avec des coups de neige en plaine et des températures maximales ne dépassant pas 2° ou 3°C en journée. En 1989, le début avril est marqué par un coup de froid et de la neige (4 cm en Ile de France), survenant après un pic de chaleur fin mars, à l'image de ce que nous venons de connaître cette année.

Plus proche de nous, on a pu observer des coups de froid et de neige en plaine en première décade d'avril en 1998 (10 cm de neige étaient tombés dans le Nièvre le 12 avril). La mi-avril 1999 voit un épisode de neige des Hauts-de-France jusqu'en Ile-de-France puis vers l'Auvergne-Rhône-Alpes (5 cm à Lyon et 14 cm à Grenoble). En avril 2003, l'année de la grande canicule, le mois d'avril a battu de nombreux records de froid avec de fortes gelées liées aux nuits dégagées (on avait relevé jusqu'à -8°C à Grenoble, -8,5°C à Charleville-Mézières (08) et -10°C au Puy en Velay (43) entre le 8 et le 10 avril.

En 2008, un important épisode de neige tardive concernait les Hauts-de-France et l’Ile-de-France du 8 au 10 avril. On relevait jusqu’à 30 cm de neige sur le Boulonnais et 10 cm sur le nord de la région parisienne. 

La première décade d'avril 2013 est également froide avec plusieurs épisodes neigeux en plaine. Il tombe 4 cm à Rouen le 5 avril. Puis, le gel est assez rigoureux avec quelques records : -5,4°C à Beauvais (60), battus par les -6,9°C de ce 6 avril 2021, ainsi que -4,7°C à Calais (62) et -5°C à Flers (61) dans les collines normandes.

Le dernier mois d'avril frais date de 2016. Les flocons tombaient en région parisienne le 26 avril, ce qui était très tardif puis le gel (jusqu’à -4°C) endommagea des vignobles en Bourgogne, Touraine et dans l’Aude.

Une végétation plus sensible au gel en raison du réchauffement climatique

Si les conditions météo sont très variables d'une année à l'autre, on constate que les périodes de grande douceur sont de plus en plus fréquentes au cours de l'hiver et au début du printemps. On observe donc une végétation qui tend à démarrer de plus en plus précocement. Comme cela n'exclut pas des descentes d'air polaire au cours du printemps, le risque de gelées destructrices est d'autant plus important sur une végétation qui a démarré de bonne heure.

En conclusion, on s'aperçoit que les mois d'avril froids étaient fréquents avant les années 2000. Mais ils s'inscrivaient dans des contextes d'hivers froids et durables. Depuis 2000, une nouvelle tendance est observée : des coups de froid et de neige tardifs se produisent encore, mais ils surviennent désormais bien souvent après des hivers très doux. Ainsi, la neige d'avril 2008 fut le seul épisode en plaine de toute la saison. Cela soulève donc le problème de la végétation, qui, en avance, souffre davantage de ces coups de gel tardifs (1).

(1) Lire à ce sujet

À lire aussi

Climat d'avril : les premières chaleurs estivales

Jusqu'à quand peut-il encore geler?

Tendance à 4 semaines : météo jusqu'au 6 juin

L'actualité météo

Articles les plus lus