Actualités Météo
Dépression, perturbation, dégradation… quelle différence ?

Par Quentin PERCEROU, rédacteur

Lors des bulletins météo, vous entendez souvent des termes annonçant le mauvais temps. Parmi eux, on retrouve notamment dépression, perturbation et dégradation. Bien qu'assez proches, ces termes météorologiques ont leur propre signification.

Difficile de passer à travers les pluies et les averses avec le passage de plusieurs perturbations liées à des dépressions qui circulent sur l'Europe occidentale ! On démêle pour vous la signification de ces trois mots utilisés dans ce bulletin météo.

La dépression, celle par qui le mauvais temps arrive

Actualités France
Crédit : La Chaîne Météo

Une dépression est une zone de basse pression (inférieure à 1013 hPa, pression moyenne au niveau de la mer). En météo, on parle de centre d’action car la dépression pilote les masses d’air, à savoir que les vents circulent dans le sens inverse des aiguilles d’une montre dans l’hémisphère nord. Plus la dépression est creuse et plus le gradient de pression est important autour du coeur dépressionnaire, plus les vents soufflent fort. Elle est donc souvent associée au temps très agité et pluvieux. 

Actualités France
Crédit : La Chaîne Météo

Aux latitudes tempérées, les dépressions se forment généralement au coeur des conflits de masses d’air, entre l’air polaire qui descend des hautes latitudes et l’air subtropical qui remonte des basses latitudes. Elles donnent alors naissance aux perturbations.

La perturbation, celle par qui la pluie arrive

Actualités France
Crédit : La Chaîne Météo

Il s’agit d’une zone de mauvais temps (nuages et précipitations) associée à la circulation des dépressions. A l’approche d’une perturbation, on observe donc une baisse de la pression atmosphérique. Le ciel se charge à l’approche d’un premier front, le front chaud, qui s’accompagne de précipitations faibles ou modérées. Vient ensuite le secteur chaud de la perturbation, avec un ciel couvert et de petites pluies éparses. Enfin, le front froid se traduit par la formation de nuages à développement vertical (cumulus et cumulonimbus) qui s’accompagnent de précipitations soutenues et parfois de fortes rafales de vent et d’orages. Après le passage du front froid, la pression atmosphérique remonte et le ciel s’éclaircit dans une masse d’air rafraîchie.

La dégradation, quand le beau temps s'en va

Pour finir, la dégradation indique le passage d’une période de beau temps calme vers une période de temps beaucoup plus perturbé avec des précipitations et du vent. Cette dégradation du temps est donc généralement provoquée par l’arrivée des perturbations qui accompagnent une dépression dans son déplacement.

À lire aussi

Quel est le lien entre la pression atmosphérique et le temps qu'il fait ?

L'actualité météo

Articles les plus lus