Actualités Météo
Prévisions saisonnières : automne et début de l'hiver 2019

Par Regis CREPET, météorologue

Les prévisions saisonnières pour la France métropolitaine et l'Europe sont actualisées le 10 de chaque mois. Cette réactualisation du 10 septembre concerne l'ensemble de l'automne météorologique et le début de l'hiver : octobre, novembre et décembre. Ces prévisions à long terme vous permettent d'anticiper les périodes de vacances, ainsi que l'activité touristique et agricole. Elles permettent aussi de prévoir les périodes à risque d'intempéries.

Les prévisions saisonnières sont présentées dans cette actualisation par notre météorologue Régis Crépet avec les cartes mensuelles de prévisions européennes pour l'automne et le début de l'hiver. La mise à jour du 10 septembre présente le scénario météo le plus probable pour ces trois prochains mois : octobre, novembre et décembre, avec en ligne de mire le début de la saison hivernale en montagne.

Le mois de septembre présente donc un double aspect : plutôt frais en première décade puis souvent plus chaud en deuxième quinzaine. Mais l'inquiétude reste de mise avec la persistance de la sécheresse.

La tendance pour notre automne 2019 est à la poursuite d'un déficit pluviométrique malgré la perspective d'un mois d'octobre plus perturbé au sud de la France et sur l'ensemble des pays riverains de la Méditerranée. Mais les conditions anticycloniques domineraient souvent au nord-ouest de l'Europe avec des précipitations déficitaires. Le mois de novembre pourrait être marqué par un temps globalement doux mais avec une pluviométrie encore déficitaire sauf au sud-est de la France.

En conclusion, on retiendra que la sécheresse se maintient en cet automne 2019. En dépit des quelques dégradations pluvio-orageuses au sud-est, la pluviométrie pourrait présenter un déficit de l'ordre de 30% en moyenne sur la France. On surveillera aussi le risque d'épisodes méditerranéens marqués en octobre en raison de dépressions souvent calées sur l'Italie. D'une manière globale, les pays riverains de la Méditerranée, jusqu'au Maghreb, seront "à risque" cet automne.

Les perspectives pour l'hiver laissent apparaître, à ce jour, une situation globalement standard sur la France : il n'y a pas d'anomalie particulière concernant les températures, tandis qu'un déficit de précipitation et de neige semble toujours récurrent, ce qui serait très inquiétant pour l'année prochaine. Les températures devraient être inférieures aux moyennes sur la Russie et l'Europe de l'est. Cette configuration pourrait être propice à des épisodes de froid sec sur notre pays avec les conditions anticycloniques. Il est donc possible que l'hiver soit plus froid qu'attendu dans cette actualisation, mais il faut savoir que les indices relativement fiables pour les prévisions des hivers n'apparaissent véritablement qu'à partir du mois d'octobre.

Comment sont réalisées les prévisions saisonnières ?

Méthodologie utilisée pour la réalisation de ces prévisions à long terme

Les données sont issues de l'un des plus puissants modèle numérique spécialisé au monde : le modèle américain CFS (Coupled Forecast System), dont METEO CONSULT réanalyse les résultats sous forme d'une interprétation développée par nos physiciens de l'atmosphère. Les résultats peuvent alors être sensiblement différents du modèle américain mais apportent des nuances pertinentes souvent justifiées.

De plus, les prévisions décadaires vous sont proposées sur le site METEO CONSULT. Cette formule est particulièrement adaptée aux professionnels "météo-sensibles", c'est-à-dire dont les activités dépendent étroitement des tendances climatiques (tourisme, agriculture, énergie, finance, prêt-à-porter...).

Comment intérpréter les prévisions saisonnières?

Ces résultats mettent en évidence des particularités climatiques qu'il faut savoir interpréter : dans cette vidéo, nous vous présentons les paramètres les plus usuels : températures, précipitations et pression atmosphérique (centres d'action). Notez bien qu'il s'agit, pour l'ensemble de nos paramètres, de prévisions d'écart à la normale, ou : anomalies. Cette nuance est importante : ainsi, une anomalie "froide" modélisée sur l'Espagne ne signifie pas qu'il fera aussi froid qu'en Islande, mais que les températures y seront inférieures aux moyennes du climat du pays. Dans le même ordre d'idée, des précipitations excédentaires dans le Sahara ne signifient pas qu'il y pleuvra davantage qu'en France : tout est une question de rapport.

Prévisions Saisonnières
Crédit : La Chaîne Météo

Prévisions Saisonnières
Crédit : La Chaîne Météo

Prévisions Saisonnières
Crédit : La Chaîne Météo

À lire aussi

Météo à 4 semaines : tendance jusqu'à la mi-octobre

Bilan de l'été 2019 : le 3e le plus chaud depuis 1900

L'actualité météo

Articles les plus lus