Actualités Météo
Le mois d'août sera-t-il propice à de nouvelles canicules ?

Par Regis CREPET, météorologue

Alors que le mois de juillet restera marqué par une canicule remarquable, le mois d'août 2019 s'annonce bien différent sur la France. Un changement de configuration météo s'amorce lentement avec un temps qui s'annonce plus variable au nord de la Loire. Le sud du pays devrait cependant conserver majoritairement un temps durablement chaud. Dans ce contexte, le risque de canicule semble nettement plus faible.

A ce jour, cet été 2019 reste marqué dans les annales de la météo par deux canicules remarquables, en juin, puis en juillet. De durée relativement moyenne, elles se distinguent par une intensité historique. D'autre part, le beau temps à dominé surtout au nord-ouest, avec des records d'ensoleillement qui ont ravi les vacanciers, mais aggravé la situation de sécheresse. Désormais, le mois d'août devrait présenter un changement global, sans pour autant basculer vers le mauvais temps. La possibilité que le temps soit plus perturbé que prévu n'est pas exclue. Cela ne doit pas décourager les touristes, tandis que les pluies resteront de toute façon incapable d'enrayer la sécheresse.

Actualités France
Crédit : La Chaîne Météo

Un changement dans les centres d'action

La configuration météo du mois d'août sera différente de celle du mois de juillet. En effet, jusqu'à présent, les mois de juin et de juillet se sont caractérisés par une circulation "méridienne" des masses d'air, c'est-à-dire soit du nord vers le sud (synonyme de rafraîchissement) ou du sud vers le nord, faisant remonter de l'air brûlant en provenance du Sahara. Cette configuration atypique a provoqué des excès de températures. La cause de ce phénomène serait liée à une anomalie de pression atmosphérique au-dessus de l'Atlantique, appelée "oscillation nord Atlantique négative", ou NAO en anglais pour North Atantic Oscillation.

Actualités France
Crédit : La Chaîne Météo

Désormais, pour le mois d'août, un schéma plus classique devrait s'imposer, à savoir une circulation atmosphèrique "zonale", c'est-à-dire venant de l'ouest. Ce type de configuration est propice aux perturbations venant de l'Atlantique, ce qui apporterait la pluie tant attendue. Cependant, en été, les "flux zonaux" ne sont pas aussi actifs qu'en hiver, les pressions étant plus élevées sous l'effet de l'anticyclone des Açores qui ne sera pas loin. En conséquence, les perturbations océaniques circulent plutôt sur les îles britanniques mais peuvent tout de même concerner de temps en temps nos régions situées au nord de la Loire. Ce type de temps n'est pas permanent, et quelques belles et chaudes journées s'intercalleront entre les régimes perturbés, mais ces fluctuations devraient empêcher l'installation d'une canicule sur la moitié nord de la France.

Actualités France
Crédit : La Chaîne Météo

Pour la moitié sud, la problématique est différente : plus éloignées des perturbations, nos régions méridionales devraient conserver un temps majoritairement sec et chaud, avec du Mistral fréquent. Des orages continueront à arroser les régions montagneuses.

Finalement, si le temps devient plus changeant en ce mois d'août sur la France, on retrouvera alors le fameux "dégradé nord / sud", mais les pluies resteront insuffisantes pour enrayer la sécheresse. Dans ce contexte, le risque de canicule devient plus faible sur la moitié nord du pays, mais reste possible sur les régions du sud-est de la France. Un risque de "canicule tardive", survenant en fin du mois, est une possibilité à ce jour : ces vagues de chaleur après le 15 août sont statistiquement peu fréquentes, mais ont eu tendance à se multiplier ces derniers étés.

Actualités France
Crédit : La Chaîne Météo

À lire aussi

Prévisions saisonnières : suite de l'hiver 2019 - 2020

Sécheresse 2019 : atténuation de la sécheresse de surface

L'actualité météo

Articles les plus lus