Actualités Météo
Crue de la Seine à Paris : évolution actuelle

Par La Chaîne Météo

Depuis plusieurs jours, il ne pleut plus sur le bassin parisien. Cependant, en raison de la lente propagation de l'onde de crue sur les affluents

Crédit : La Chaine Météo

Depuis plusieurs jours, il ne pleut plus sur le bassin parisien. Cependant, en raison de la lente propagation de l'onde de crue sur les affluents amont de la Seine, le fleuve a atteint son pic de crue à Paris le jeudi 9 mai : avec une côte de 3,34 m au Pont d'Austerlitz, il s'en est fallu de peu que les voies sur berge ferment (la fermeture devient effective à 3,45 m).

Si le pire est passé, le retour à la normale sera lent notamment en raison de la saturation des sols, de la remontée des nappes phréatiques et des lacs de retenue qui sont pleins à ras bord. L'inquiétude est de mise pour la semaine prochaine avec le retour prévu de nouvelles fortes pluies sur l'est de la France...


Le niveau des eaux baisse sensiblement dans le bassin de la Seine. Il faut rappeler qu'elle compte dans son bassin versant la Marne, le Serein et l'Armançon, eux-mêmes à des niveaux remarquables mardi dernier. La ville de Troyes a connu son pic de crue jeudi, avec des niveaux proches de la crue de 2001. Heureusement, le niveau de référence, datant d'avril 1983, ne sera pas atteint


Cette aggravation est liée à la cote maximale atteinte par le lac de la forêt d'Orient, réservoir permettant de réguler les crues de l'Aube et de la Seine. En conséquence, des largages sont rendus obligatoires.

A la confluence de l'Armançon et du Serein, l'Yonne pose aussi problème. Si la décrue est amorcée sur les deux cours d'eau précédents, la crue se propage en direction de Sens, puis de Montereau qu'elle a atteint ce jeudi.

Bien que remarquables, ces crues ont une durée de retour de l'ordre de 5 à 10 ans. En Côte-d'Or le week-end dernier, il s'agissait d'un épisode centennal, lié aux précipitations exceptionnelles durant une dizaine de jours sur l'ensemble d'un bassin versant.


Hausse des niveaux à Paris : les voies sur berge sont restées ouvertes !


En aval de ces crues se trouve le bassin parisien, et son célèbre zouave du pont de l'Alma, emblématique des inondations dans la capitale. Mais c'est l'échelle du Pont d'Austerlitz qui sert de référence officielle. Le niveau a atteint 3,34 m jeudi matin, il commence à baisser malgré la saturation du lac du Der et de la propagation de l'onde de crue.

Les voies sur berge étaient donc à deux doigts d'être fermées à la circulation automobile (la limite étant située à 3,45 m, hauteur de la Seine au pont d'Austerlitz au-delà de laquelle les voies sur berge ferment).

Le niveau de la Seine reste donc largement en-dessous de quatre mètres, bien loin du record de 8,62 m enregistré lors de la crue historique de 1910 qui avait donné lieu à des inondations catastrophiques dans la capitale.


Nouvelles pluies menaçantes pour la semaine prochaine

Côté météo, la persistance d'un temps instable tout au long du pont du 8 mai apporte de faibles quantités de pluie supplémentaires. Il tombe en moyenne 5 mm sur l'ensemble des bassins versants concernés (notamment celui de la Seine). Le retour à la normale est donc rallenti, mais la décrue s'amorcera plus franchement ce week-end. En revanche, de nouvelles fortes pluies orageuses vont concerner l'est de la France dès mercredi prochain : d'importants cumuls sont attendus, pouvant faire remonter le niveau des cours d'eau, qui auront à peine eu le temps de décroître.


Retrouvez les prévisions météo pour votre ville, par téléphone, au 3201*

L'actualité météo

Articles les plus lus