Actualités Météo
Orage magnétique : pluie de satellites chez Space X

Par Florent SCHINDLER

La société SpaceX à la tête de laquelle se trouve le milliardaire Elon Musk, vient de connaître un revers dans le lancement d’une constellation de satellites. La raison de cet échec : un orage magnétique en provenance du soleil. Car oui, sur le soleil aussi on parle d’orages et de tempêtes.

Crédit : La Chaîne Météo

Le soleil a sa météo et comme sur notre planète, cette météo a ses caprices. C’est la douloureuse expérience que vient de connaître la société SpaceX avec ses satellites Starlink. Une quarantaine d’entre eux, lâchés à 210km d’altitude début février, ont été détruits par un orage magnétique, provoqué par une éruption solaire.

Qu’est-ce qu’un orage magnétique ?

Les éruptions solaires s’accompagnent habituellement de l’éjection de flux de plasma. En arrivant au contact de notre planète, ces flux de plasma, composés d’ions et d’électrons, perturbent le magnétisme de la terre, et les différentes couches qui l’entourent, dont l’ionosphère, elle-même composée d’ion et d’électrons. Les perturbations que subit l’ionosphère peuvent modifier sa densité. Or une densité plus importante induit des frottements plus important pour les satellites, ce qui peut ralentir leur vitesse lors de leur lancement. C’est ce qu’il s’est passé lors du lancement de cette grappe de satellites, dont plus de 2000 de ce type ont déjà été placés en orbite. Certains satellites ont été désorbités, les autres finirons désintégrés en entrant dans l’atmosphère.

Des orages qui touchent le personnel des avions

Le nuage magnétique qui accompagne les éruptions met entre 3 et 4 jours pour atteindre notre planète, située à environ cent cinquante millions de km du soleil. Lorsqu’elle atteint la terre, la tempête géomagnétique peut entraîner des perturbations des communications (radio, téléphone), des satellites, mais aussi des centrales électriques. Les avions et bateau se retrouvent privés de systèmes de navigation. Ces orages peuvent perturber les tirs de missiles, mais aussi toucher les personnes à bord des avions. Selon le CRNS, « lors d’une grosse éruption, le personnel des avions et les astronautes sont exposés à de fortes doses de rayonnement qui peuvent nuire à leur santé. À bord de la station spatiale internationale, les astronautes peuvent se réfugier dans des parties de la station qui résistent mieux aux rayonnements, mais dans les avions, il n’y a nulle part où se cacher. »

Ces éruptions, qui se produisent habituellement au niveau des taches solaire, varient selon l’activité du soleil, ce dernier fonctionnant par cycle de 11 ans. Les six premières années, son activité augmente avant de redescendre les six années suivantes. Ces éruptions solaires, et les orages qui les accompagnent, se traduisent au niveau des pôles par les fameuses aurores boréales, et sont très difficiles à prévoir et à suivre en raison du manque de données dont nous disposons, et de la technicité de telles prévisions.

À lire aussi

Tendance à 4 semaines : météo jusqu'au 26 juin

Prévisions saisonnières

L'actualité météo

Articles les plus lus