Actualités Météo
Prévisions saisonnières jusqu'en décembre

Par Regis CREPET, météorologue

L'actualisation des prévisions saisonnières est valable pour le trimestre automnal et le début de l'hiver en France métropolitaine et en Europe, concernant les mois d'octobre, novembre et décembre. Pour cette saison, deux signaux émergent : le risque d'épisode méditerranéen en ce mois de septembre et un temps plus sec pour octobre.

Prévisions saisonnières jusqu'en décembre

Alors que ce mois de septembre semble conforme aux prévisions, plus chaud que les moyennes de saison et propice aux épisodes orageux dans le sud de la France, le mois d'octobre devrait être plus anticyclonique et plus sec sur l'hexagone. A contrario, notre modélisation envisage un mois de novembre doux et perturbé sous l'effet d'une circulation océanique. Le mois de décembre, premier mois de l'hiver pourrait nous plonger dans des températures de saison avec des précipitations possiblement excédentaires, ce qui serait synonyme de l'arrivée de la neige sur nos montagnes.

À noter que les effets de la Nina restent très aléatoires en Europe. La Nina a laissé place à une période "neutre" cet été dans l'océan Pacifique (c’est-à-dire sans anomalie), mais elle a repris, comme prévu, depuis ce mois de septembre. Les effets de la Nina sont propices à des températures plus basses à l'échelle de la planète, mais ne sont pas toujours synonymes d'hiver froid à l'échelle de la France.

Prévisions Saisonnières
Crédit : La Chaîne Météo

Prévisions saisonnières octobre

Les conditions anticycloniques devraient être prédominantes sur les hautes latitudes européennes, pouvant protéger la moitié nord de la France pour ce mois d’octobre. C’est donc un beau temps d’arrière-saison qui dominerait avec des périodes de temps calme et sec et un assez bon ensoleillement. Les précipitations seraient déficitaires en moyenne sur les deux tiers nord de la France, avec toujours cette différence nord-sud, le pourtour méditerranéen étant plus soumis aux pluies. Là encore, il faut y voir le maintien d'un risque orageux sur nos régions du sud-est, en raison de la persistance de dépressions circulant de la péninsule ibérique vers l'Italie du Nord. Sur le reste du pays, avec des flux orientés au nord ou au nord-est, les températures pourraient se rafraîchir notamment les nuits avec les possibles premières gelées blanches et un mois qui finalement serait légèrement déficitaire de -0,5°C en moyenne sur le pays.

Prévisions saisonnières novembre

Ce mois de novembre présente une nette différence par rapport à notre précédent bulletin. Cette fois, les systèmes dépressionnaires circuleraient des îles britanniques vers la Scandinavie, entraînant de fréquents flux d'ouest à sud-ouest océanique. Cette configuration est habituelle en automne, avec des passages pluvieux, de possibles coups de vent, et de la douceur. Les premières neiges de novembre seraient à haute altitude sur nos massifs. Mais, dans toute cette agitation, des coulées d'air froid pourront se produire, susceptibles d'entraîner de brefs refroidissements par vent du nord : ainsi, des coups de neige à basse altitude sont possibles. Il faut noter, en effet, que la prévision saisonnière donne une moyenne à l'échelle mensuelle, ce qui masque des épiphénomènes.

Prévisions saisonnières décembre

Ce premier mois de l'hiver serait de saison sur la France, c'est-à-dire assez froid, sans anomalie de température à ce jour, mais restant perturbé. Les conditions resteraient donc agitées sur la France et, d'une manière générale, sur l'Europe de l'Ouest. Au gré des perturbations, les flux oscilleraient du secteur sud-ouest au secteur nord. Des coups de neige à basse altitude semblent probables si cette configuration venait à se confirmer. Nos massifs seraient donc plutôt bien enneigés malgré des variations parfois marquées de température. En plaine, de brefs épisodes de neige seraient également probables.

À l'échelle de l'Europe, cette saison automnale sera certainement placée sous le risque des épisodes orageux sur la péninsule ibérique et l'Afrique du Nord. Les pays continentaux et nordiques bénéficieraient de conditions plus calmes avec des déficits de précipitations jusqu'en octobre. Dès le mois d'octobre, les températures deviendraient légèrement inférieures aux moyennes par le nord de la Scandinavie et la Russie. Cette anomalie froide pourrait s'intensifier en novembre et décembre. À l'inverse, des vagues de chaleur tardives se feraient sentir sur l'Afrique du Nord et la péninsule ibérique, à l'avant des dégradations orageuses.

En conclusion, concernant les trois mois d'octobre, novembre et décembre, il n'y a pas de signal fort concernant une anomalie de température sur la France, ni même réellement en Europe, ce qui se traduirait par des températures assez proches des moyennes statistiques au total pour le trimestre. Même chose pour les précipitations : moyennées à l'échelle des trois mois, les précipitations semblent devoir se situer dans les normales, avec un signal fort vers le sud-est de la France : il faut sans doute y voir une indication relative aux épisodes pluvio-orageux caractéristiques de cette saison. Bien sûr, cette moyenne masque les disparités mensuelles évoquées ci-dessus. Pour le début de l'hiver, l'Europe pourrait renouer avec des conditions météorologiques de saison, donc hivernales, avec tout de même une fiabilité restant limitée sur cette évolution.

A lire aussi :

Tendance météo pour les 4 prochaines semaines

Le climat du mois d'octobre en France

Le climat du mois de novembre en France

L'actualité météo

Articles les plus lus