Actualités Météo
Pluies verglaçantes : comment se forment-elles ?

Par Florent SCHINDLER

Dans certaines situations, comme celle qui touche ce vendredi le Centre-Ouest, la présence d’un air plus froid dans les basses couches de l'atmosphère que dans les couches supérieures en altitude favorise la formation de pluies verglaçantes.

Crédit : La Chaîne Météo

Rappel sur la formation de la pluie

La pluie est le type de précipitation le plus commun. Elle se forme à partir de la condensation de la vapeur d’eau dans l’atmosphère. Cela se traduit par la formation de gouttes d’eau autour de noyaux de condensation. Les gouttes d’eau, en s’agglomérant entre elles, finissent par tomber sous l’effet de la gravité lorsqu’elles deviennent trop lourdes pour rester en suspension dans l’air.

L’intensité et la durée sont variables et mènent à des dénominations différentes : on parle d’averse lorsqu’elle survient de manière brutale sur une courte période et de bruine lorsque le diamètre des gouttes d’eau n’excède pas 0,5 millimètre. Lorsque la pluie rencontre une couche de l’atmosphère aux températures négatives, elle peut se transformer en neige, grêle ou pluie verglaçante. Enfin lorsque la pluie traverse une couche d’air très sec, il arrive que la pluie s’évapore et disparaisse avant de toucher le sol : on parle de virga.

Comment se forment les pluies verglaçantes ?

Actualités France
Crédit : La Chaîne Météo

Ces précipitations suivent un scénario en plusieurs étapes :

- La neige se forme tout d’abord en haute altitude.

- Lors de sa descente, elle rencontre au cours de sa chute des couches d’air dont les températures sont légèrement positives. Durant ce contact, la neige fond et se transforme en pluie.

- Cette pluie continue sa descente et rencontre cette fois-ci des températures négatives avant d’arriver sur un sol froid.

- Au contact d’un sol froid, la pluie gèle instantanément et forme alors une couche de verglas plus ou moins épaisse en fonction de l’intensité des précipitations.

Ce type de situation est assez rare et délicat à prévoir. Sa survenue est toujours redoutée, car elle rend les chaussées très glissantes et les conditions de circulation particulièrement dangereuses car le verglas surprend toujours. Le poids accumulé de la glace sur les câbles aériens et les branches d’arbres peut également les faire céder.

Un exemple caractéristique ce vendredi

C’est ce scénario qui s’est produit jeudi et ce vendredi. Dans l'Anjou par exemple on observait ce matin le profil de températures suivant, caractéristique du processus de formation des pluies verglaçantes.

- A 3000 mètres d’altitude, la température était de -6°C avec de la neige.

- A 1500 mètres, elle était devenue positive autour de +1°C. Lors de sa descente, la neige s’est alors transformée en pluie.

- A 500 m du sol, la température a augmenté jusqu’à 2°C. La pluie a persisté.

- A son approche du sol, la température a ensuite baissé jusqu’à -3°C. Elle est arrivée sur un sol froid et a gelé instantanément.

Cette situation va persister encore plusieurs heures avant de se décaler vers le nord de l'Auvergne et le Lyonnais jusqu'à ce soir,  la plus grande prudence est donc recommandée si vous devez circuler dans les zones concernées par notre alerte.

À lire aussi

Notre communiqué spécial neige et verglas

Météo des vacances scolaires jusqu'au 7 mars : un temps calme et doux suivi d'un temps plus mitigé

Météo des vacances scolaires jusqu'au 7 mars : un temps calme et doux suivi d'un temps plus mitigé

L'actualité météo

Articles les plus lus