Actualités Météo
Comment le changement d'heure affecte-il notre santé ?

Par Quentin PERCEROU, rédacteur

C’est reparti pour un tour : nous passons à l’heure d’été ce week-end. A 2 heures du matin, il sera 3 heures. Cette mesure, qui devrait prendre fin l'année prochaine, est reconnue pour avoir des répercussions sur la santé.

Dans la nuit du samedi 28 au dimanche 29 mars, nous passerons à l’heure d’été. Autrement dit, à deux heures du matin, il sera trois heures. Nous perdrons au cours de cette nuit une heure de sommeil.

Selon de nombreux spécialistes de la santé, les changements d’heure nous affectent et particulièrement les personnes fragiles, comme les personnes âgées et les enfants.

Pourquoi le changement d’heure affecte notre santé ?

Notre organisme est régulé, entre autres, par notre horloge interne qui fonctionne sur 24 heures et est basée sur l’alternance veille-sommeil. En langage scientifique, on parle de rythme circadien. Cette horloge orchestre la sécrétion d’hormones comme la mélatonine, hormone si impliquée dans la régulation de la veille/sommeil qu’on lui a donné le nom d’hormone du sommeil.

Ce rythme circadien est réglé par la quantité de lumière reçue, le jour, et l’obscurité, la nuit. Lorsqu’il y a obscurité, notre cerveau se met à sécréter la fameuse hormone du sommeil, la mélatonine.

C’est en raison de ce mécanisme biologique que le changement d’heure peut affecter notre santé : en changeant d’heure, on modifie la quantité quotidienne de lumière reçue, ce qui entraîne une désynchronisation momentanée de notre horloge interne. Cette désynchronisation peut provoquer des problèmes de santé.

Conséquences : de la perte d’appétit aux troubles du sommeil

Aujourd’hui, on estime que le changement d’heure nous affecte de bien des manières. Notre système immunitaire se trouve fragilisé. Le décalage horaire provoque également des heures différées pour le repas. Cela peut s’accompagner d'une sensation de faim alors qu’il n’est pas encore l’heure de manger, ou l’inverse, de ne pas avoir faim alors qu’il conviendrait de manger. Un autre trouble est recensé : celui du sommeil. Là encore, on peut être atteint d’insomnie ainsi que de somnolence.

C’est ce dernier trouble qui peut avoir des répercussions assez importantes. Il peut provoquer des troubles de l’humeur, comme l’irritation ou des états dépressifs.

Manque de vigilance, accident de la route et risque d'infarctus

Les conséquences de ces troubles du sommeil ne s’arrêtent pas là : on recense une recrudescence des accidents de la route après le changement d’heure, qu’on peut imputer au manque de concentration ou encore à la somnolence. Enfin, une augmentation des risques d’infarctus du myocarde est aussi notée la semaine suivant le passage à l'heure d'été.

Qu’on se rassure : notre organisme met quelques jours à se synchroniser à ce nouveau rythme. Toutefois, cette adaptation n'est pas si aisée pour les personnes fragiles, comme celles âgées et les enfants en bas âge. Il existe quelques astuces pour habituer notre organisme en douceur.

Comment se préparer ?

Si vous êtes particulièrement sensible au changement d’heure, voici quelques conseils :

-Décalez l’heure de votre réveil d’un quart d’heure à trente minutes deux à trois jours avant le changement d'heure. -Faites des courtes siestes de 15 à 30 minutes après le déjeuner, vous arriverez plus facilement au soir sans avoir envie de somnoler. -Mangez sain et évitez les aliments à base de mauvaise graisse. -Mangez peu le soir et deux heures avant d’aller dormir afin de ne pas trop solliciter votre système digestif dans la nuit. -Au matin, prenez un bain de soleil pour aider vos cycles à se synchroniser. -Faites du sport.

À lire aussi

Météo du week-end : du printemps à l'hiver pour le passage à l'heure d'été

Coronavirus COVID-19 : comment la météo influence la pandémie ?

Coronavirus COVID-19 : comment la météo influence la pandémie ?

L'actualité météo

Articles les plus lus