Saints de Glace : une réalité cette année ?
1
0
ACTUALITES - France & Étranger

Saints de Glace : une réalité cette année ?

Actualités - Publiée le lundi 13 mai 2013 par La Chaîne Météo

Des jardiniers comme des frileux, les Saints de Glace sont craints pour leur coup de froid légendaire. Sur

Réagir
17
Actualités France - France - Climat
Crédit : La Chaine Météo
Des jardiniers comme des frileux, les Saints de Glace sont craints pour leur coup de froid légendaire. Sur notre communauté et la page Facebook de La Chaîne Météo, certains d'entre vous s'inquiètent déjà de leur possible apparition...


Une légende avec de véritables fondements

Issus d’une vieille croyance populaire européenne du deuxième millénaire, les Saints de glace sont fêtés chaque année les 11, 12 et 13 mai. Les régions les plus septentrionales (notamment l'Alsace, où les gelées sont généralement plus tardives) ont ajouté également les 19, 20 et 25 mai. Les agriculteurs des régions du Nord de la Méditerranée imploraient Saint Mamert, Saint Pancrace et Saint Servais de protéger les plantations de la baisse de température et du gel qui survenaient généralement à cette époque. Il pouvait en effet arriver que les récoltes subissent un gel destructeur, survenant de manière plus ou moins brutale, dans les zones montagneuses jusqu’à fin mai. Au-delà de cette période, à partir du 26 mai, on considère généralement que les jardiniers peuvent commencer à semer et planter sans craindre un coup de froid fatal. De là découle toute une série de proverbes et dictons régionaux tels que « Saints Pancrace, Servais et Boniface apportent souvent la glace », « quand il pleut à la Saint Servais, pour le blé, signe mauvais. », « quand la Saint Urbain est passée, le vigneron est rassuré » ou encore « Saint Servais, Saint Pancrace et Saint Mamert font à trois un petit hiver ».

Cette légende prend sa source au début du deuxième millénaire alors que la mini-vague de froid printanier apparaissait réellement au cours du mois de mai dans certaines régions du monde. Les populations du Nord de la Méditerranée avaient observé une chute des températures nocturnes et matinales une fois tous les deux ans à cette époque. Les astrophysiciens expliquent l’origine de cette croyance par le fait que vers mi-mars l’orbite de la Terre traverse une zone de l’espace chargée de poussières (constituées de résidus de planètes) qui représente un obstacle aux rayons du soleil. Les effets du soleil sur la Terre seraient alors diminués, ce qui conduirait à une baisse significative des températures. De nos jours, il semblerait que celle-ci ait été avancée d’au moins un mois, plutôt dans le courant du mois de mars. Il n’est pourtant pas impossible qu’une vague de froid se produise au mois de mai. En effet, des courants froids venus des hautes latitudes envahissent parfois la France. Ils engendrent une baisse marquée des températures. Sous un ciel dégagé et sans vent, des gelées tardives peuvent alors se développer. La légende des Saints de Glace a donc bien un fond de vérité, même si les observations basées sur les dernières années tendent à montrer que le mois de mai s’avère être de moins en moins une période à risque pour les plantations.



En 2013 : les Saints de Glace au rendez-vous ?

Si la période de 11-13 mai correspond à un temps frais sur l'ensemble de l'hexagone, le risque de gelées est néanmoins très limité en raison deux 2 facteurs :

- la couverture nuageuse qui reste assez dense et si des éclaircies parviennent à se développer, elles ne sont pas en nombre suffisant pour provoquer une baisse des températures au niveau des gelées à l'aube.

- la présence du vent d'ouest à nord-ouest sensible ; ce vent brasse l'air la nuit et contribue à limiter la baisse de la température à l'aube autour de 5 à 9°C (les nuits de vendredi/samedi, samedi/dimanche et dimanche/lundi étant les plus exposées aux températures minimales les plus basses).

Néanmoins, très localement, on pourrait approcher les 0°C à l'aube, mais cela restera anecdotique et ne devrait pas avoir d'impacts sur les floraisons en cours.
Fraicheur : quand pourrons-nous éteindre le chauffage pour de bon ?

Malgré quelques jours de chaleur ponctuels, le mois d'avril n'a pas permis d'éteindre définitivement les chauffages en toutes régions. Parfois, il a même fallu les rallumer pour le 1er mai, notamment sur les régions du Centre-Est sous la neige ! A ce sujet, les dépenses des ménages concernant l'énergie étaient encore en hausse de près de +3% en mars (INSEE), conséquence de l'hiver tardif que nous avons connu.

La question qui se pose est de savoir quand nous pourrons définitivement éteindre les chauffages désormais. Au vu de la courbe moyenne prévisionnelle des températures en France pour ce mois de mai, on constate que des coups de fraicheur pourront encore se produire jusqu'aux alentours du 10 mai (période des Saints de glace), voire même jusqu'au 15 pour les régions situées au nord de la Loire. Notre deuxième carte indique la probabilité de devoir chauffer pour maintenir une température de 18°C (indice officiel de référence) : cette zonation ne tient pas compte des régions de montagne, où le froid est plus durable. On constate que les régions du sud peuvent désormais se passer de chauffage. Au nord-ouest et sur le bassin parisien, quelques jours de chauffage semblent probables, tandis que le tiers nord-est risque d'en avoir besoin.

Selon nos prévisions, on estime qu'à partir du 20 mai, cette année, il n'y aura plus besoin de chauffer en plaine. C'est assez tardif mais nous avions déjà connu une situation comparable l'année dernière (après un mois de mars historiquement chaud où le chauffage n'était plus nécessaire).


Jardinez avec nos prévisions météo en composant le 3201* sur votre téléphone.
  • Reporters - Bourg-de-Visa 82190 - Froid
    Crédit : hotentotfig
  • Actualités France - France - Climat
    Crédit : La Chaine Météo
  • Actualités France - France - Froid
    Crédit : lachaînemétéo
    Retrouvez les prévisions météo pour votre ville, par téléphone, au 3201*
    Réagir
     

    prévisions France

    mar
    23
    matin
    SERVICES PARTENAIRES
    SERVICES PARTENAIRES

    C'ÉTAIT IL Y A UN AN

    SERVICES PARTENAIRES
    SERVICES PARTENAIRES
    --title--
    --content--