ACTUALITES - France & Étranger

Tempêtes en Europe ces prochains jours

Actualités - Publiée le vendredi 02 décembre 2011 par La Chaîne Météo

Depuis le début du mois de novembre la situation dans l'hémisphère nord a lentement évolué. Nous nous dirigeons

Réagir
19
Crédit : La Chaine Météo
Depuis le début du mois de novembre la situation dans l'hémisphère nord a lentement évolué. Nous nous dirigeons à présent vers une situation propice au développement de tempêtes pour le début du mois de décembre.


L'explication du spécialiste de METEO CONSULT :



Variabilité naturelle du climat


Pour mieux comprendre cette évolution, il est nécessaire de se placer dans un contexte plus général. En climatologie, il existe plusieurs indices ou indicateurs climatiques qui quantifient les anomalies de pression, de vent ou de températures dans certaines régions du globe (pour l'atmosphère mais aussi pour l'océan). Ces anomalies sont associées à des oscillations naturelles dont la périodicité peut varier de quelques mois à quelques dizaines d'années, voire parfois près d'un siècle. Ce sont ces variabilités naturelles (dont l'activité solaire fait également partie) qui sont responsables du "changement" climatique tel qu'il est qualifié à tord dans la plupart des médias. Le climat n'a en effet jamais été stable par le passé. Il est passé par des phases de réchauffement (comme l'Optimum Médiéval entre le Xème et le XIVème siècle) puis par des phases de refroidissement (comme le Petit-Âge Glaciaire entre la fin du XVIème siècle et le XIXème siècle).


Depuis le début de cet automne, les températures de l'atmosphère dans la stratosphère (entre 20 à 50 km d'altitude) ont commencé à chuter au-dessus du pôle Nord. Cette baisse est tout à fait habituelle en cette saison : de même que le vortex polaire s'affaiblit en été, il se reforme ensuite en hiver à mesure que l'influence du soleil s'amenuise. Toutefois, les températures actuelles sont passées en-dessous de leur moyenne climatique, signe d'un profond renforcement du vortex.


On a coutume de quantifier l'intensité du renforcement du vortex polaire par un indice climatique appelé Oscillation Arctique (AO), qui mesure la différence de pression entre le Groenland et les moyennes latitudes (environ 45°Nord). Plus la valeur de l'AO est élevée (valeurs positives donc) plus le vortex est puissant et inversement. Or l'intensité du vortex polaire détermine en partie la position du courant jet.


Le courant-jet est ce courant de vent d'altitude très rapide circulant à l'interface entre la troposphère et la stratosphère (entre 9 et 12 km sous nos latitudes). C'est lui qui influe sur la trajectoire et l'intensité des dépressions circulant aux moyennes latitudes. En phase positives l'AO est associée à un courant jet puissant dont la position oscille autour du 50ème parallèle nord. De ce fait, les dépressions circulent à des latitudes plutôt élevées entre le nord du Canada et l'Europe du Nord, apportant un temps doux mais perturbé en hiver, tandis que le sud de l'Europe et la Méditerranée connaissent un temps plus sec (hormis les phénomènes orageux). C'est ce cas de figure qui prévaut actuellement, avec une oscillation arctique en phase positive durable et assez marquée (valeur voisine de 3 actuellement).


Renforcement du vortex polaire au-dessus de l'Arctique


Inversement, en phase négative, l'AO est associée à un courant jet affaibli, plus variable en direction et dont la position descend autour du 40ème parallèle nord. Les hivers sont alors particulièrement rigoureux en Amérique du Nord et en Europe, avec un temps plus perturbé sur les régions méditerranéennes.


D'autres indices comme l'Oscilation Nord-Atlantique (NAO) ou l'oscillation quasi-biennale (QBO) ont un impact sur l'évolution tu temps à moyen et long terme, voire à plusieurs mois (comme le phénomène ENSO auquel est associé El Nino et La Nna) d'où leur prise en compte dans le cadre de la prévision saisonnière.

En particulier, on observe une anomalie persistante des vents dans la stratosphère équatoriale depuis l'hiver dernier. Cette anomalie est associée à l'oscillation quasi-biennale mentionnée précédemment qui, comme son nom l'indique, à une périodicité d'environ 24 à 30 mois. Durant cette période, les vents dans la moyenne stratosphère présentent tantôt une accélération vers l'ouest (on parle d'une Q.B.O en phase d'ouest), tantôt une accélération vers l'est (QBO en phase d'Est).


Bien que la Q.B.O soit un phénomène tropical, il affecte le courant stratosphérique d'un pôle à l'autre en modulant l'intensité du vortex polaire et donc indirectement l'intensité du courant jet et le le type de temps prédominant pour l'hémisphère nord.


Avis de tempête en Europe ces prochains jours


En phase d'ouest, la QBO favorise l'établissement d'un puissant vortex polaire (c'est qu'on observe actuellement) tandis qu'en phase d'est, elle favorise son affaiblissement.


On comprend donc mieux pourquoi la situation de ses prochains jours va favoriser le développement de fréquentes dépressions. Celui-ci est d'autant plus rapide et intense que le courant-jet est puissant : dans les cas extrêmes, on parle de "bombe météorologique" pour qualifier ces tempêtes qui explosent brutalement quelques heures avant de toucher terre, générant d'importantes destructions matérielles et parfois des victimes. Ce fut le cas des tempêtes Lothar et Martin survenues en décembre 1999.


La tempête Zafer a touché les îles britanniques

Dans ce contexte, une forte tempête, nommée "Berit", a déjà balayé le week-end dernier la Norvège, faisant plusieurs millions d'euros de dégâts. Les vents avaient alors soufflé à près de 140-150 km/h, levant une mer très forte avec des vagues de 6 à 10 mètres qui avaient emporté plusieurs personnes près de la côte. Enfin, les cumuls de pluie ont atteint jusqu'à près de 100 mm par endroit.


Une seconde tempête s'est produite cette nuit entre l'Islande et les Iles Britanniques. Baptisée "Zafer" par les services météorologiques allemands, elle a concerné l'Irlande et le Royaume-Uni avant de faiblir aujourd'huien direction de la mer de Norvège. Elle a généré des vents proches des 140-150 km/h sur les hauteurs des Highlands (nord-ouest de l'Ecosse) et plus généralement 70 à 100 km/h sur le reste du Royaume-Uni et de l'Irlande. La mer est démontée avec des creux de 5 à 8 m rendant les conditions encore plus dangereuses près des côtes.


Nouvelles tempêtes pour le week-end

Puis les pressions repartiront temporairement à la hausse demain avant un nouvel affaissement pour le week-end. Un rail très perturbé se mettra en place entre le sud de l'Islande et l'Europe Centrale. Le long de ce rail (matérialisé par le courant jet), de nouvelles dépressions devraient voir le jour, se creusant en un lapse de temps très court et aboutissant à de vraies petites bombes météorologiques. Ces tempêtes, plus violentes que Zafer, affecteront samedi et dimanche les régions de l'Europe du Nord allant des Iles Britanniques, le Benelux, l'Allemagne, la Pologne et un certains nombres d'autres pays frontaliers qu'il est difficile d'énumérer pour le moment en raison de l'incertitude encore importante quant à la trajectoire de ces tempêtes. De même la violence exacte de ces phénomènes demandera à être précisée ces prochains jours. D'autres dépressions très creuses sont attendues pour la semaine prochaine mais devraient concerner des régions aux latitudes plus nord.

La situation en Europe du Nord s'annonce très agitée ces prochains jours avec de fréquents avis de coup de vent et de tempête, avec des conditions de mer très dégradées (mer forte à très forte) en Atlantique Nord, en Mer du Nord et en Mer de Norvège. Les pluies seront localement soutenues. L'air froid déboulant à l'arrière de ces perturbations occasionnera des chutes de neige parfois abondantes entre le nord de l'Irlande, l'Ecosse, la Scandinavie et la Russie, avec également des chutes de neige en montagne que ce soit en France ou en Europe Centrale. Bref, un temps davantage de saison.

Cette situation pourrait se maintenir ensuite une partie de la semaine prochaine en raison du blocage engendré par le maintien de l'anticyclone au-dessus de l'Atlantique Nord et la persistance d'un puissant vortex polaire au-dessus de l'Arctique.


Retrouvez les conditions dans le monde, heure par heure, sur votre téléphone au 32.64**
  • Crédit : Basile86-92
  • Crédit : RMK
  • Crédit : louis.metivet
    Retrouvez les prévisions météo pour votre ville, par téléphone, au 3201*
    Réagir
     
    Rubis
    merci pour cet article fort intéressant pour une fois qui parle en termes techniques et explique bien le climat et d'ou vient l'anomalie ou les anomalies eventuelles et le climat actuel...

    Rubis
    très intéressant article bien explicite qui parle de l'évolution du climat,du vortex polaire,de l'oscillation quasi biennale,de sa durée,des variations..Merci c'est très intéressant.

    Lenticulus50
    Enfin une très bonne analyse qui tranche avec des prévisions saisonnières plutôt fantaisistes destinées à je ne sais quelles fin commerciales!

    Monsieur météo
    Je comprends enfin mieux la difficulté a effectuer des prévisions saissonniéres quel travail! en tout cas votre article était trés instructif pour ma part,merci.

    Himura
    " Ce sont ces variabilités naturelles (dont l'activité solaire fait également partie) qui sont responsables du "changement" climatique tel qu'il est qualifié à tord dans la plupart des médias. "Est-on bien sur un site de meteo sérieux ou sur une plateforme de propagande "sceptique"??

    Phil63
    le premier choix évidemment: parler de changement climatique c'est comme parler d'eau mouillée: le climat "change" par définition !(ps: la théorie officielle du "réchauffement climatique" est une vaste escroquerie (gros sous en jeu, nouvelle idéologie etc): c'est cette théorie qui est de la propagande !!)
    30/11/2011Signaler

    La Chaîne Météo
    Comme vous le citez justement nous précisons qu'il s'agit de "la plupart des médias"
    30/11/2011Signaler

    Jcb222
    Ce genre d'analyse vous dérange? Pourquoi? Parcequ'elle permettent de prendre conscience qu'on nous fait du tapage médiatique sur des sujets pseudos-scientifiques, sans prendre le soins de vous donner toutes les clefs de lecture d'un phénomène qui ne se résume pas en disant: humain = CO2 = réchauffement = changement climatique? Eh oui les choses sont un peu plus complexes dans la réalité, et les activités de l'homme ne sont pas responsables de la totalité des évolutions du climat. Réveillez-vous et arrêtez de boire ce flot de concepts simplistes. Pour une fois, grâce à LCM ont peut prendre du recul.
    30/11/2011Signaler

    Jcb222
    C'est justement ici que l'analyse est sérieuse. La propagande est à l'inverse tout ce que l'on entend à longueur de journée comme discours culpabilisant absurde. Mais les médias raffolent de ce genre de trucs, souvenez-vous que le mot "canicule" a été inventé en 2003, à croire qu'il n'avait jamais fait chaud auparavant!
    30/11/2011Signaler

    Jcb222
    Oui Phil, tout à fait d'accord avec vous!
    30/11/2011Signaler

    Himura
    Bien sûr, le climat a toujours évolué. Mais le réchauffement actuel est inédit de par son ampleur et sa rapidité. Qu'on comprenne bien: lors de l'optimum médiéval par exemple, le réchauffement a été relativement rapide, mais beaucoup moins fort qu'actuellement. Les réchauffements et âge glaciaires de plus grande ampleur qui ont eu lieu auparavant prenaient place quant à eux sur des milliers d'années, pas quelques décennies. Alors oui bien sûr, c'est plus facile de se rassurer en se disant qu'on y est pour rien, et de se détourner des soi-disant discours "culpabilisants".
    02/12/2011Signaler

    Jcb222
    Je cite l'article "Ce sont ces variabilités naturelles (...) qui sont responsables du "changement" climatique tel qu'il est qualifié à tord dans la plupart des médias. Le climat n'a en effet jamais été stable par le passé. Il est passé par des phases de réchauffement (comme l'Optimum Médiéval entre le Xème et le XIVème siècle) puis par des phases de refroidissement (comme le Petit-Âge Glaciaire entre la fin du XVIème siècle et le XIXème siècle)."Merci de prendre enfin du recul sur les évolutions du climat, et de donner des arguments pour relativiser cette soif de sensationnalisme et de subjectivité aigüe que le grand public adore! Bravo pour cet article clair, précis et bien vulgarisé!

    Alexisdu42
    Comment vous pouvez annoncer du 135-140 km/h dans votre carte des vents dimanche soir sur le nord de la France ?

    Alexis72l
    Merci pour précision sur le temps, je pense que l'on aura on hivers plutôt assez cours mais avec plus de neige que l'année dernière pour l'instant on remarque que la douceur l'emporte encore car sur le bassin méditerranéen des orages localement violents éclatent encore.L'arrivée de la neige en montagne nous confirme enfin que l'hivers semble arriver

    Acrid33
    Ha bah en voilà un bon article ! Merci d'avoir expliqué les définitions pas seulement théoriques mais aussi pratiques des termes de Vortex polaire, NAO, etc. Parce qu'en parcourant des forums où l'on traite de prévisions saisonnières, quand on est amateur on s'y mélange un peu les pinceaux.Alors si j'ai bien compris votre analyse, le vortex polaire étant puissant en ce moment, le rail de dépressions européen va continuer à circuler à peu près aux mêmes latitudes pendant un petit bout de temps, ce qui voudrait dire (toujours en reprenant ce qui est dit dans l'article) que le temps serait instable et doux pour les semaines à venir (à moyenne échéance) ? C'est cette même configuration qui vaut des hivers doux sur l'Europe de l'Ouest, comme par exemple l'hiver 2006-2007, non ? Je n'essaye pas moi-même de faire des prévisions saisonnières, simplement de comprendre si la tendance décrite dans l'article vaut pour le moyen terme (le mois de décembre en gros) ou simplement pour les prochains jours...

    Dumont
    Cet article est volontairement tronqué et partial, il parle de se replacer dans un contexte global et nous parle d'anomalie locale, pour info l'effet de serre à été complètement fractionné et décrit par le Godard Institute et c'est bien l'excès de CO2 qui est responsable de l'augmentation de la température moyenne de la planète :http://data.giss.nasa.gov/gistemp/

    Gallileo
    Avant de citer l'étude du GISS, sachez qu'il est dirigé par James Hansen, scientifique radical, activiste, carbocentriste pur et dur convaincu que le réchauffement climatique est d'origine anthropique et cela depuis près de 30 ans déjà.On peut légitiment douter de l'impartialité de cette étude comme tant d'autres du même style d'ailleurs. A ce niveau là, ce n'est d'ailleurs plus de la science mais de la religion :http://philippebrindet.chez.com/100521a.htmlEnfin, le Climategate a mis en évidence des manipulations de données manifestes par de nombreux auteurs de thèses réchauffistes. Si ça ce n'est pas de la mauvaise fois et de la malhonnêté scientifique...Alors un peu de sérieux et arrêtez d'avaler bêtement tout ce que vous entendez ou lisez dans les media qui régurgitent les propos de l'IPCC.
    01/12/2011Signaler

    Himura
    Galileo: Arrêtez donc cinq minutes! Le "climate gate" est une supercherie qui repose sur quelques mails tronqués qui ne prouvent rien dutout. L'extrême majorité des scientifiques a reconnu l'origine anthropique du réchauffement. La seul chose qui fait qu'on parle encore des sceptiques, c'est la recherche d'impartialité des journalistes, c'est tout!
    02/12/2011Signaler

    DURAMEN45
    Je croyais que tous les totalitarismes étaient oubliés, or je constate pour "Himura" que la propagande éhontée du GIEC et de nos pauvres politiques ignares continue de faire quelques prosélytes incapables de penser par eux-mêmes. D'ailleurs serait-ce une autre définition du prosélyte ?

    SERVICES PARTENAIRES
    SERVICES PARTENAIRES

    C'ÉTAIT IL Y A UN AN

    SERVICES PARTENAIRES
    SERVICES PARTENAIRES