Alerte météoFortes chaleurs dans le sud-ouest

Par Cyrille DUCHESNE, météorologue

Les prévisions météo complètes en direct par téléphone au
3201*
Du jeudi 17 septembre à 12:00 au vendredi 18 septembre à 18:00.
Situation

Les journées les plus chaude de la vague de chaleur sont passées, avec de nombreux records battus lundi après-midi. Avec une moyenne des températures maximales proche de 33°C, ce lundi a été la journée de septembre la plus chaude depuis 1949, probablement au niveau des grandes vagues de chaleur de 1911 et de 1947.
A l'heure actuelle, la chaleur se maintient sur les régions au sud de la Loire, alors qu'un vent de secteur nord-est plus sec mais plus frais s'installe au nord du fleuve. Ce jeudi et ce vendredi les maximales atteindront encore 32 à 36°C sur les départements en alerte jaune.

 Voici les caractéristiques principales de cette vague de chaleur tardive :

- la durée de cette vague de chaleur tardive est de 3 à 6 jours en moyenne avec des températures maximales entre 32 et 35°C les après-midi, et des pointes entre 36 et 38°C, soit 10 à parfois 15°C au-dessus des normales saisonnières.
- à la faveur de l'augmentation de la durée des nuits, les températures minimales se situent entre 17 et 20°C dans les grandes villes, raison pour laquelle nos services ont placé de nombreux départements en alerte de niveau de Risque Important (Alerte Jaune, 1er niveau d'alerte) et non pas en Alerte de niveau Orange.
- cette vague de chaleur accentue la sécheresse de surface actuelle sur de très nombreuses régions, et augmentera d'autant plus le risque d'incendies.
- elle favorise une dégradation de la qualité de l'air avec un pic de pollution à l’Ozone assez important, notamment dans les grandes villes.

Observation

Jeudi

A 17h00, 
les températures maximales les plus élevées concernent la partie sud-ouest du pays avec le seuil de très fortes chaleurs atteint sur quelques stations comme Bordeaux-Paulin (33) avec 35°C, Saintes (17) 35°C, Aicirits (64) 35,1°C et Biscarrosse 35,2°C. Les 30°C sont dépassés sur toute la façade ouest du pays avec 31°C à Nantes, 32°C à La Roche-sur-Yon, 33°C à Bordeaux et 34°C à Toulouse. Au nord et au nord-est le vent de nord-est a fait baisser les températures avec 21°C à Lille, 26°C à Paris et Nancy.

A 11h30, les températures grimpaient rapidement en cette fin de matinée du sud-ouest au centre-est avec 26°C à Bordeaux, 25°C à Chateauroux, et jusqu'à 28°C à Pau. Comme prévu au nord de la Loire, la hausse est déjà plus limitée en raison du flux de nord-est qui s'est mis en place la nuit dernière. On relevait 16°C à Lille, 18°C à Evreux et jusqu'à 22°C à Saint-Dizier. 

A 9h, la nuit a été encore très douce notamment sur les Pays de la Loire avec 17 à 19°C, en Nouvelle-Aquitaine avec jusqu'à 20,4°C à Biscarosse. La palme de la douceur revient à Nice avec 22,2°C. En revanche il fait nettement plus frais dans les plaines et vallée d'Auvergne-Rhône-Alpes avec 11,4°C à Saint-Etienne et 13°C à Clermont-Ferrand. Il a fait également plus frais la nuit dernière au nord de la Seine avec 12 à 15°C en général, en raison du vent de nord-est qui s'est levé. 

Résumé des jours précédents :

Mercredi :  les températures étaient un peu moins élevées que mardi dans le nord et le nord-est. Nous n'avons pas observé de records mensuels de températures mais les valeurs sont restés très élevées en Grand Est avec 32,5°C à Besançon, 33°C à Metz et Troyes, 33,6°C à Nancy, 33,7°C à Saint-Dizier et 34°C à Esternay (51). A noter aussi dans le centre-est 33°C à Macon et 33,5°C à Lyon. En Nouvelle-Aquitaine, les températures sont repartis à la hausse avec 33,6°C à Bergerac et jusqu'à 34,5°C dans les Landes à Bélis.

Mardi : de très nombreux records mensuels de températures ont été battus dans le nord et le nord-est du pays. Ce sont parfois des records vieux de plus de 70 ans qui sont tombés comme à Nancy (34,4°C contre 33,7°C en 1947), Lille 34,6°C (33,8°C en 1949), Beauvais 34,2°C (33,9°C en 1949) et Pontoise 34,9°C (33,9°C en 1949). Localement les records sont battus de plus de 3°C dans le Nord-Pas-de-Calais comme à Douai 35,1°C (32°C en 2013) et Roubaix 35,4°C contre 31,5°C en 1973).

Lundi : ce fut la journée la plus chaude de la vague de chaleur, et figure parmi les plus chaudes pour un mois de septembre depuis 1900, et la plus chaude depuis 1949 avec une moyenne des maxi de 33°C l'après-midi :de très nombreux records mensuels de températures ont été battus de nombreux records mensuel de chaleur sont tombés sur les régions situées entre la Seine et la Loire. Voici quelques records mensuels observés : 32,5°C à Langres (52), 33,0°C à Evreux (27), 33,8°C à Laval (53), 33,9°C à Roissy (95), 34,0°C à Chartres (28), 34,2°C à Melun (77) et Orléans (45), 34,4°C à Blois (41), 34,6°C à Troyes (10), 34,9°C à Saint-Dizier (52), 35,0°c à Nevers, 35,4°C (58) à Poitiers (86).

Dimanche, la chaleur était déjà exceptionnelle en Nouvelle-Aquitaine, et notamment sur le sud de la région avec 37°C relevés à  Aïcirits (64), 36,9°C, à Saint-Gladie (64), 36,8°C à Navarrenx (64), 35,7°C Orthez (64), 35,6°C à Dax (40), 34,4°C à Toulouse (31) et 33,2°C à Bordeaux (33). Ces températures sont supérieures de 10°C aux normales de saison.

Evolution

Evolution de cette vague de chaleur tardive : 

A partir de ce jeudi, cette vague de chaleur tardive touchera lentement à sa fin au nord de la Loire, mais les températures resteront encore de 3 à 5°C au dessus des normales de saison. Les fortes chaleurs se maintiennent surtout sur un tiers sud-ouest de la France. Ainsi, la Nouvelle-Aquitaine conserve jusqu'à vendredi après-midi des températures très élevées pour la saison, proches de 20° la nuit et entre 32° et 35°C les après-midi.


Voici les caractéristiques principales de cette vague de chaleur tardive :

- durée : elle est de 3 à 6 jours en moyenne avec des températures maximales entre 32 et 35°C les après-midis et des pointes entre 36 et 38°C, soit 10 à parfois 15°C au-dessus des normales saisonnières, amorçant désormais une lente baisse au nord de la Loire.
- chaleur nocturne : à la faveur de l'augmentation de la durée des nuits, les températures minimales se situent entre 15 et 18°C dans les grandes villes,
- pollution : elle favorisera une dégradation de la qualité de l'air avec une pollution à l’Ozone assez importante, notamment dans les grandes villes lundi prochain.
- sécheresse et feux : elle accentuera la sécheresse de surface actuelle sur de très nombreuses régions et augmentera d'autant plus le risque d'incendies.

Liste des départements concernés

L'actualité météo

Articles les plus lus