Actualités Météo
Fortes chaleurs et canicule : ce qui vous attend cette semaine

Par Florent SCHINDLER

Alors que l'été météorologique a démarré depuis le 1er juin, l'été calendaire aura lieu avec le solstice, le 21 juin, jour de la fête de la musique. Dans les faits, il est déjà bien en avance, avec une période de fortes chaleurs et de canicule qui se prépare pour la fin de la semaine. Eléments de précisions avec le responsable de la prévision chez Météo Consult.

Crédit : La Chaîne Météo

La Chaîne Météo - Vous annoncez une canicule cette semaine. À quoi faut-il s'attendre ?

Pascal Scaviner - Vos lecteurs doivent s’attendre à une canicule qui va commencer dès mardi après-midi sur le sud-ouest, avec des températures souvent supérieures à 35°C, comme à Bordeaux et Toulouse, avec des pics pouvant atteindre jusqu’à 38-39°C sur le sud de la Nouvelle-Aquitaine. La soirée sera ensuite chaude avec plus de 30°C et la nuit suivante les températures resteront encore élevées autour des 20°C. Cette période marque le début de la canicule.

De très fortes chaleurs (> 35°C) s’observeront sur le sud-ouest mercredi, tandis que de fortes chaleurs (30 à 35°C) commenceront à se généraliser, notamment en direction des Pays-de-la-Loire, du Centre, du bassin parisien et vers le Grand Est. Elles continueront de toucher les régions du Roussillon à la Provence, comme c’est le cas depuis dimanche. Cette situation persistera jeudi, avec des pics possibles jusqu’à 41°C en Nouvelle-Aquitaine et Languedoc. Vendredi pourrait ensuite être la journée la plus chaude de cette période, avant une baisse progressive des températures par l’ouest. Cette baisse demande néanmoins confirmation dans la précision et particulièrement la chronologie.

- Il vous arrive de vous tromper à 3 jours. Quelle est la fiabilité de cette situation ?

La fiabilité générale est de 80 % jusqu’à vendredi. Des variations départementales ou locales pourront certes s’observer en fonction de la nébulosité, du risque d’averses ou d’orages, de la direction des vents, mais la fiabilité reste élevée. Elle baisse par contre à partir de samedi, car des doutes subsistent sur l’évolution générale sur l’Atlantique Nord, qui conditionnera l’évolution sur l’Europe de l’Ouest. Il conviendra de suivre en particulier l’évolution de la goutte froide qui remontera du Portugal, et celle de la dorsale (axe de hautes pressions) au milieu de l’atlantique.

- Vous parlez d'une canicule exceptionnelle. Est-ce exagéré de dire qu'elle sera historique ?

Elle pourra être qualifiée d’historique compte tenu de sa précocité. Jamais le pays n’avait connu une telle canicule à cette époque de l’année. En revanche, concernant sa durée, compte tenu des incertitudes indiquées pour l’évolution de la fin de semaine, il est encore trop tôt pour y répondre, mais la question mérite d’être posée. Elle pourra être qualifiée d’historique si la situation générale reste bloquée ce week-end et pour le début de semaine prochaine, mais la probabilité est très faible.

- Comment expliquer ces fortes chaleurs, est-ce lié au réchauffement climatique ?

Ces fortes chaleurs sont liées à la remontée d’une masse d’air très chaud venue du Maroc et d’Espagne, elle-même pilotée par l’évolution de la dorsale au milieu de l’Atlantique nord. Dans un premier temps, c’est cet air chaud avec des températures jusqu’à 28°C à 1500 m d’altitude sur l’Espagne qui va doper les températures. Elles passeront par exemple de 31 à 37°C sur Bordeaux et Toulouse entre lundi et mardi, et augmenteront de 11°C en 48 h sur Clermont-Ferrand entre lundi et mercredi.

À l’approche du week-end, c’est la dorsale qui, en s’étendant du sud des Açores à l’Islande, fera remonter rapidement la goutte froide actuelle près des Canaries, en direction du golfe de Gascogne. Cette évolution favorisera la généralisation des fortes chaleurs, mais également l’instabilité de la masse d’air, avec potentiellement de violents orages pour le week-end.

Les vagues de chaleur sont des manifestations du réchauffement climatique. Elles sont plus fréquentes, précoces, mais aussi tardives. Celle de ce mois de juin 2022 est amplifiée par la sécheresse.

- Cette canicule prendra fin avec des orages - présentent-ils un risque de phénomènes violents (vent/ grêle) comme ceux d'il y a 15 jours ?

On ne peut exclure ce risque à ce jour, même si l’échéance est lointaine. Il n’est pas certain, par ailleurs, qu’autant de régions soient touchées.

- Doit-on redouter un été brûlant ?

L’été sera chaud, avec des températures au-dessus des normales, et sec dans de nombreuses régions. Avec des anomalies moyennes de températures entre +1 et +1,5°C, la probabilité de subir des canicules est élevée. Reste qu’il s'avère difficile de prévoir à ce jour leur intensité, leur durée et leur extension géographique.

- Les températures que vous annoncez sont sous abri. À combien pourra-t-on monter au niveau du ressenti ?

Rappelons que le calcul des températures ressenties que nous effectuons n’est pas uniquement basé sur la prévision de la température sous abri, mais tient compte d’autres paramètres tels que l’ensoleillement, la nébulosité, l’humidité, et le vent. Des températures ressenties autour de 45°C sont envisagées, notamment en régions Nouvelle-Aquitaine et Occitanie. Ailleurs, le vent de nord-est ou de nord sera un facteur limitant.

Actualités France
Crédit : La Chaîne Météo

À lire aussi

Météo week-end : fin possible de la canicule et risque de violents orages

Tendance à 4 semaines : météo des vacances d'été jusqu'à fin juillet

Canicule exceptionnellement précoce cette semaine : jusqu'à 40°C !

L'actualité météo

Articles les plus lus