Actualités Météo
Bilan météo de l'été 2021 : le plus frais et humide depuis 2014

Par Cyrille DUCHESNE, météorologue

L’été météorologique (juin-juillet-août) vient de se terminer. Pour la plupart d’entre nous, le ressenti de cet été 2021 est maussade, certains allant même jusqu’à parler d’été pourri. Revenons en détails sur la météo de cet été et remontons dans le passé pour voir si un tel été est si exceptionnel que cela…

Bilan météo de l'été 2021 : le plus frais et humide depuis 2014

Aussi surprenant que cela puisse paraître, cet été 2021 a été légèrement plus chaud que la normale calculée sur la période 1981-2010 avec un excédent proche de 0,5 °C.  Toutefois, cette moyenne est tirée vers le haut par un mois de juin qui a été chaud (+2 °C). Les mois de juillet et août ont été quant à eux légèrement plus frais que la normale avec un déficit respectif de -0,1 °C et -0,5 °C.

Actualités France
Crédit : La Chaîne Météo

Un été qui marque le pas après une série d’étés très chauds

Si certains d’entre vous ont eu l’impression de connaître un été frais, c’est surtout parce que les derniers étés ont été très chauds. Les étés 2018 et 2019 arrivent en 2ᵉ et 3ᵉ position des plus chauds jamais enregistrés depuis 1900. L’été 2020 se place quant à lui en 6ᵉ position. Des périodes de canicule ont concerné la majeure partie du pays au cours de ces 3 dernières années. On se souvient notamment des records de chaleur pulvérisés sur de nombreuses régions lors des mois de juin et juillet 2019 avec jusqu’à 46 °C localement en Languedoc. Cette année seul l’extrême sud a connu une courte période de canicule entre le 10 et le 15 août. La barre des 40 °C à l’ombre a été franchie par endroits avec jusqu’à 41,2 °C à Trets dans les Bouches-du-Rhône.

Actualités France
Crédit : La Chaîne Météo

En dehors des régions méditerranéennes, la plupart des régions ont subi des périodes de fraîcheur assez durables. La première quinzaine du mois de juillet a manqué de chaleur puisqu'on a observé un déficit de températures de l'ordre de -1,3 °C en moyenne sur la France.  À noter aussi une période bien fraîche du 27 juillet au 9 août avec un déficit de l’ordre de -1,8 °C.

Actualités France
Crédit : La Chaîne Météo

Au final, il faut remonter à 2014 pour retrouver un été un peu plus frais que celui-ci. On reste cependant très loin de la série d’étés très frais observée au début des années 1980. La tendance à connaître des étés chauds plus fréquents et des étés frais plus rares qu’auparavant met en évidence le réchauffement climatique qui s’observe depuis plusieurs décennies.

Un été bien arrosé sauf sur les régions proches de la Méditerranée

Contrairement aux derniers étés très secs, cet été 2021 a été bien arrosé avec un excédent de l’ordre de 25% en moyenne sur la France. Au cours de cette période estivale, les anticyclones n’auront pas réussi à s’installer durablement sur la France. Ce sont plutôt les régimes dépressionnaires associés à des gouttes froides (poches d’air froid en altitude) qui auront dominé apportant un temps souvent perturbé et instable sur le pays, exception faite des régions méditerranéennes.

Actualités France
Crédit : La Chaîne Météo

Le mois de juin a connu une activité orageuse très importante se plaçant en deuxième position des mois de juin les plus foudroyés depuis 30 ans. Les orages ont été localement très violents s’accompagnant de grêle, de pluies intenses et de fortes rafales de vent. Des inondations ont touché des villes comme Reims, Cholet ou Beauvais.  Quelques records mensuels de pluie ont d’ailleurs été battus en juin à Cholet (Maine-et-Loire), Villacoublay (Yvelines), Saint-Quentin (Aisne) ou Cognac (Charente).

Juillet a été, lui aussi, copieusement arrosé, notamment dans l’est et le nord-est. Un retour d’est très actif a donné lieu à des pluies durables et abondantes en Grand Est et Franche-Comté avec parfois jusqu’à un mois et demi de pluie en quelques heures. Suite à cet épisode de pluie, des crues et inondations se sont produites sur ces régions du nord-est, mais sans commune mesure avec les inondations meurtrières de Belgique et d’Allemagne.

À noter que la période juin-juillet arrive en 3ᵉ position des deux premiers mois d’été les plus arrosés depuis 1959. Le mois d’août se démarque nettement avec le retour de conditions météo plus stables et d’un déficit pluviométrique de l’ordre de 30% sur le pays.

Épisodes de vent, sécheresse marquée et feux de forêts en Méditerranée

Chaleur et sécheresse font partie intégrante du climat méditerranéen, mais cette année, le manque de pluie a été encore plus marqué que d’habitude. Nos régions méditerranéennes se sont retrouvées en bordure des remontées d’air très chaud et sec venues d’Afrique du Nord qui ont provoqué des températures durablement élevées du sud de l’Espagne et sur toute la partie sud-est de l’Europe (Italie, Balkans, Grèce et Turquie). Un record de température à l’échelle du continent européen a même été enregistré avec 48,8 °C en Sicile. D’importants feux de forêts ont touché la Grèce et la Turquie du fait de la combinaison des fortes, températures, du vent et de la sécheresse.

En France, des feux de forêts ont touché le Languedoc-Roussillon, PACA et la Corse. Le Massif des Maures a été le plus touché avec 7000 hectares partis en fumée. La sécheresse a été sévère en Provence cet été même si quelques fortes averses orageuses. À Toulon, il n’est tombé que 15 millimètres sur l’ensemble des 3 mois d’été soit un déficit de précipitations de plus de 70%. La Corse est également touchée par une sécheresse sévère. À Ajaccio, il n’est tombé que 3 millimètres depuis le 1er juin soit un déficit de 94%.

Un soleil peu généreux cet été

Actualités France
Crédit : La Chaîne Météo

Vous l'aurez surement remarqué, le soleil s'est souvent fait désirer pendant vos vacances estivales. Avec un flux océanique d'ouest à nord-ouest dominant, les nuages ont souvent occupé le terrain et le soleil a eu bien du mal à se montrer durablement. Sur l'ensemble de l'été le déficit est proche de 10% à l'échelle nationale, mais cela masque des disparités entre un bassin méditerranéen très ensoleillé et certaines régions du nord où le soleil a très peu brillé.

Après un été humide et un peu frais, nos prévisions saisonnières envisagent plutôt un début d'automne plutôt doux et sec, sauf près de la Méditerranée où des épisodes cévenols pourraient se manifester rapidement.

À lire aussi

Retour de la Nina : quel impact pour cet hiver?

Ouragans : sont-ils plus nombreux avec le réchauffement climatique ?

L'actualité météo

Articles les plus lus