Actualités Météo
Pollen et allergies : le risque d'allergies faiblit progressivement

Par Cyril BONNEFOY, météorologue

Nez encombré, yeux qui démangent, gorge qui gratte ? Vous êtes peut-être allergique aux pollens, qui font leur retour chaque année au printemps. En cette fin de mois de juillet, les conditions météo à nouveau plus instables avec des averses et des orages permettent une amélioration de la situation avec des concentrations de pollens moins élevées que ces dernières semaines. Le risque d'allergies est faible ou moyen sur un très grand nombre de départements.

Pollen et allergies : le risque d'allergies faiblit progressivement

Chaque vendredi, nous vous proposons un tour d'horizon des prévisions météo et du risque allergique, les deux étant fortement liés.

Retour d'un temps plus instable après quelques jours de grand beau temps

Le beau temps généralisé de ces derniers jours a été favorbale à l'émission de pollens mais la saison avance et les concentrations en pollens sont moins importantes qu'à la fin du printemps. En dehors des graminées, le risque d’allergie ne dépassera pas le niveau faible pour les autres pollens présents dans l’air à savoir les urticacées, les châtaigniers, les tilleuls et les plantains. A noter que c’est la fin de la floraison des chênes et des oliviers.

Risque modéré d'allergies liées aux pollens de graminées ces prochains jours

Actualités France
Crédit : La Chaîne Météo

Selon le RNSA  "Les pollens de graminées restent les plus nombreux et susceptibles de gêner les allergiques avec un risque de niveau modéré sur la plus grande partie du pays. Le risque d’allergie ne dépassera pas le niveau faible pour les autres pollens présents dans l’air à savoir les urticacées, les châtaigniers, les tilleuls et les plantains. C’est la fin de la floraison des chênes et des oliviers."

Retrouvez ces prévisions polliniques du RNSA sur le site www.pollens.fr

Le saviez-vous ?

Pendant cette période des vacances, il est important que l’allergie d’un enfant soit prise en compte dans le choix du lieu de vacances, qu’il s’agisse du logement ou des moyens de transports. Le camping n’est par exemple pas toujours adapté aux enfants sensibles aux pollens. En revanche, les vacances en bord de mer et à la montagne présentent a priori moins de risques spécifiques pour l’enfant allergique, sous réserve de bénéficier d’un logement et d’un environnement favorables. Même si les vacances sont synonymes de détente, il est primordial qu’un enfant allergique poursuive son traitement où qu’il soit.

À lire aussi

Rentrée scolaire : une bonne note pour la météo ?

Eté 2021 : août ne s'annonce pas meilleur que juillet

Tendance à 4 semaines : météo jusqu'au 24 octobre

L'actualité météo

Articles les plus lus