Actualités Météo
Pollen et allergies : attention aux pollens de graminées!

Par Cyril BONNEFOY, météorologue

Nez encombré, yeux qui démangent, gorge qui gratte ? Vous êtes peut-être allergique aux pollens, qui font leur retour chaque année au printemps. En ce début mai, avec l’arrivée des premières chaleurs et de conditions plus ensoleillées, les risques polliniques restent élevés.

Pollen et allergies : attention aux pollens de graminées!

Chaque vendredi, nous vous proposons un tour d'horizon des prévisions météo et du risque allergique, les deux étant fortement liés.

 

Météo : coup de chaud suivi d'orages

Les fréquentes pluies de ces derniers jours sur les 2/3 nord du pays ont plaqué les pollens et divers aérosols au niveau du sol, ce qui amené un peu de répit pour les allergiques. En effet, l'air a pu être nettoyé, ce qui a diminué le risque de développer des réactions allergiques.

Au cours du week-end, un anticyclone vient se positionner sur l’Europe centrale et ramène le soleil et la chaleur sur le pays durant 48h. Le vent bascule au sud et devient parfois fort sur la moitié sud. Tous ces paramètres font que le risque pollinique augmentera sur le pays.

A partir de dimanche soir et surtout lundi, une forte dégradation pluvio-orageuse se mettra en place du sud-ouest au nord-est. Ceci pourrait être une bonne nouvelle mais il faut savoir que les orages ont tendance a augmenté les risques allergiques et les crises d’asthme. En effet, contrairement à la pluie qui plaque le pollen au sol, l’orage entraîne la libération de particules polliniques responsables des réactions allergiques qui se diffusent dans l’air de manière intense et rapide à cause des rafales de vent. “L'orage projette sur le sol les pollens ce qui les fractionne en petites particules allergéniques qui vont pouvoir atteindre les bronches”, expliquait alors au Figaro, le Dr Mégret-Gabeaud médecin allergologue et membre du Réseau national de surveillance aérobiologique (RNSA).

Ainsi, le RNSA indique, dans son bulletin, que le week-end s’annonçant estival avec des températures nettement au-dessus des moyennes, cela favorisera l’émission de fortes concentration de pollens dans l’air.

Le bulletin hebdomadaire du RNSA indique que le risque d’allergie sera moyen à élevé lors des journées plus ensoleillées pour les pollens de graminées. Le risque d’allergie sera faible à moyen pour les pollens de chêne qui sont peu allergisants mais très abondants dans l’air. Les pollens de pariétaire (urticacées) et d’olivier montent en puissance autour de la Méditerranée. Ils pourront gêner les allergiques avec un risque d’allergie de niveau faible à localement moyen. Les pollens d’oseille et de plantain sont en augmentation mais le risque d’allergie ne dépassera pas le niveau faible. Quant aux bouleaux, platanes, frênes, charmes, cyprès, hêtres et saules, ils sont en fin de floraison.

Actualités France
Crédit : La Chaîne Météo

Le RNSA prodigue quelques conseils pratiques pour les allergiques : "Suivez vos traitements et consultez votre médecin en cas de symptômes, consultez régulièrement la carte de vigilance des pollens, rincez vos cheveux le soir, aérez au moins 10 min par jour avant le lever et après le coucher du soleil, évitez de faire sécher le linge à l’extérieur, gardez les vitres des voitures fermées pour éviter que les pollens ne rentrent dans l’habitacle, évitez les activités sportives à l’extérieur qui entraînent une surexposition aux pollens. Attention aussi à la pollution atmosphérique qui pourra exacerber les allergies aux pollens".

Les graminées, le saviez-vous ?

70% des allergiques réagissent au  pollen de graminées. Les éviter est très difficile car ces plantes sont omniprésentes et dispersent d’énormes quantités de pollen, souvent très allergisant. Cette plante assez commune peut se trouver un peu partout : dans les prairies, les pelouses cultivées comme le gazon, les rochers, en forêt, les bacs à fleurs, sur les bords de route ou les dunes de sable.

L’allergie aux pollens de graminées génère des symptômes bien identifiés : éternuements en salves, nez bouché, conjonctivite, maux de tête, inflammation du pharynx avec sensation de démangeaisons et de l’asthme dans les cas graves.

Une allergie aux pollens de graminées peut se traiter avec des médicaments antihistamiques. Il existe aussi des traitements locaux s’appliquant dans le nez (spray), les yeux (collyre) ou les bronches (bronchodilateur).

Un travail de désensibilisation peut également être pratiqué pour habituer progressivement l’organisme à l’allergène, sous forme de gouttes ou de comprimés et s’étale généralement sur plusieurs années. Parlez-en à votre médecin.

Retrouvez les prévisions polliniques du RNSA sur le site www.pollens.fr

À lire aussi

Tendance à 4 semaines : météo jusqu'au 6 juin

Prévisions saisonnières pour l'été

Sécheresse de surface : en voie d'amélioration...

L'actualité météo

Articles les plus lus