Abonnez-vous à La Chaîne Météo à partir de 1,50€ le mois
Actualités Météo

Comment se forme la pluie verglaçante ?

Florent SCHINDLER

Par Florent SCHINDLER,
mis à jour le

Dans certaines situations, la présence d’un air plus froid dans les basses couches de l'atmosphère qu'en altitude favorise la formation de pluies verglaçantes. Un phénomène redoutable et redouté.

Pluie verglacante © La Chaîne Météo

Rappel sur la formation de la pluie

La pluie, qui est le type de précipitation le plus commun, se forme à partir de la condensation de la vapeur d’eau autour de noyaux de condensation, formés par de petites particules en suspension dans l'air. En s’agglomérant entre elles, et lorsqu’elles deviennent trop lourdes pour être maintenues en suspension par les courants ascendants, les gouttes finissent par tomber sous l’effet de la gravité.

L’intensité et la durée de la pluie sont variables et mènent à des dénominations différentes :

- on parle d'averse lorsqu’elle survient de manière brutale sur une courte période

- on parle de bruine lorsque le diamètre des gouttes n’excède pas 0,5 millimètre

- on parle de virga lorsqu'elle traverse une couche d’air très sec et s’évapore avant de toucher le sol

Quand la pluie rencontre une couche de l’atmosphère aux températures négatives, elle peut se transformer en neige, en grêle ou en pluie verglaçante.

Pourquoi neige ou pluie verglaçante ?

La neige est une forme de précipitations qui tombe à l'état solide, lorsque la température est proche ou inférieure à 0°C.

La pluie verglaçante se produit en général après un épisode froid, quand de l’air doux s’infiltre en altitude. Les flocons de neige qui tombent à haute altitude rencontrent dans leur chute cette couche d’air doux et redeviennent des gouttes d'eau. En poursuivant leur chute, cette eau traverse à nouveau une couche d’air plus froid (< 0°C) et entre en surfusion, c'est-à-dire qu'elle reste liquide alors que sa température est inférieure à son point de congélation (0°C). Dans cet état très instable, le moindre contact avec une surface (sol, parebrise, arbres …) la fait se solidifier instantanément.

© La Chaîne Météo

Pluie verglaçante et conduite

La pluie verglaçante est toujours redoutée et reste assez rare en France et délicate à prévoir. Le verglas surprend toujours, car il est très difficile à détecter. Il rend les chaussées très glissantes et les conditions de circulation particulièrement dangereuses. Lors des épisodes de pluie verglaçante et des alertes météo liée au verglas, il est toujours déconseillé de circuler. Malgré cela, s’il vous arrive de conduire sur une plaque de verglas et que vous dérapez, il est recommandé de contre-braquer : si vos roues arrière dérapent vers la droite, tournez le volant vers la gauche et inversement si elles dérapent vers la gauche. Il est fortement déconseillé de lâcher le volant, ou de freiner, ce qui peut entraîner un blocage des roues.

Quelle est la différence entre les pluies verglaçantes et les bruines verglaçantes ?

La différence réside dans la taille des gouttes d'eau. La bruine est présente en général dans des nuages ayant peu d’extension verticale, type stratus. Les mouvements verticaux au sein de ces nuages ne sont pas assez puissants pour permettre aux gouttes de s'agglomérer et de grossir. Si la température dans toute l’épaisseur du nuage est inférieure à 0°C, mais supérieure à -10°C, la bruine ne peut congeler du fait du manque de noyau de congélation ; elle entre donc en surfusion et se transforme en verglas au moindre contact avec un obstacle, tout comme le fait la pluie verglaçante.

Quelques épisodes importants de pluies verglaçantes en France et dans le Monde

Le dernier épisode de pluie verglaçante le plus notable en France s’est produit en février 2021. Malgré le salage des routes, les régions du centre-ouest à la Bretagne ont cumulé jusqu’à 1 cm de verglas au sol entre le 11 et le 12 février. Une alerte rouge fut d’ailleurs déclenchée par nos services pour la Vendée, les Deux-Sèvres, la Vienne et l’Indre. D’autres épisodes marquants ont touché le pays, comme en décembre 2005, fin janvier 2006, fin novembre 1993 et janvier 1982.

En Amérique du Nord, ces épisodes sont beaucoup plus fréquents, notamment en raison de contrastes thermiques plus importants. L’un des épisodes les plus marquants reste celui de janvier 1998 où, durant cinq jours consécutifs, plusieurs perturbations remontèrent vers l’est du Canada et la Nouvelle-Angleterre. En quatre jours, les cumuls de janvier furent dépassés. Environ 10 % des forêts du Vermont furent endommagées. Le verglas atteignit plus de 10 cm d’épaisseurs, entrainant des pannes de courant généralisées et d'importants dégâts.

Partagez cet article
À lire aussi
logo VIP
  • Un site plus rapide
  • Plus d'info météo
  • Sans pub
  • Accès au TV Live
Actualités Météo en France
  • Hausse du thermomètre : vers un retour de la douceur la semaine prochaine Hausse du thermomètre : vers un retour de la douceur la semaine prochaine
  • Météo du mercredi 8 février : soleil généreux mais gelées plus marquées Météo du mercredi 8 février : soleil généreux mais gelées plus marquées
  • Météo prochain week-end : temps calme mais grisaille tenaces au nord samedi Météo prochain week-end : temps calme mais grisaille tenaces au nord samedi
  • Neige au sud-est mardi jusqu'en plaine : à quoi s'attendre ? Neige au sud-est mardi jusqu'en plaine : à quoi s'attendre ?
  • Météo des vacances de février : une première semaine froide Météo des vacances de février : une première semaine froide
  • Météo montagne : du soleil et quelques chutes de neige par retours d'est Météo montagne : du soleil et quelques chutes de neige par retours d'est
  • Tendance à 4 semaines : temps sec pour les vacances, et aggravation de la sécheresse Tendance à 4 semaines : temps sec pour les vacances, et aggravation de la sécheresse
  • Voici pourquoi on ne parle pas de vague de froid pour la semaine prochaine Voici pourquoi on ne parle pas de vague de froid pour la semaine prochaine
Articles les plus lus