Actualités Météo
Bilan octobre 2020 : entre tempêtes, orages, fraîcheur et neige en montagne

Par Gilles MATRICON, météorologue

Ce mois d'octobre 2020 rompt une série de 16 mois plus doux que la moyenne. Il faut en effet remonter à mai 2019 pour retrouver un mois "frais" en France ! Explications :

Bilan octobre 2020 : entre tempêtes, orages, fraîcheur et neige en montagne

Dès la fin du mois de septembre, des masses d'air froid se sont détachées du pôle et sont venues s'installer sur la France. Malgré quelques gros coups de douceur, comme celui de la fin du mois, ces coups de douceur n'ont pas pu inverser la tendance durablement fraîche débutée fin septembre.

Actualités France
Crédit : La Chaîne Météo

Fraîcheur remarquable

Ces masses d'air polaire étaient la plupart du temps liées à des basses pressions. Ce système de basses pressions surmonté d'air froid en altitude a été l'origine d'un temps plus frais que la normale en France, et plus particulièrement sur le sud du pays qui accuse le déficit de température le plus important. A l'échelle nationale, le déficit est de 0,5°C.

Actualités France
Crédit : La Chaîne Météo

Neige précoce dès la moyenne montagne

Début octobre (les 3 et 4), une offensive hivernale a touché tous les massifs, avec des hauteurs dignes d'un début d'hiver. Ainsi, la couche de neige fraîche a atteint 50 cm vers 1800 mètres sur l'ouest de la chaîne pyrénéenne. La neige est même tombée en abondance sur le Massif central, avec 30 cm au Puy de Sancy à 1886 mètres d'altitude. Plus bas, des flocons ont été observés dès 700 mètres. Après le redoux spectaculaire qui a tout fait fondre dans les Pyrénées juste au moment de l'arrivée de la tempête Barbara par effet de foehn, de nouvelles et abondantes chutes de neige se sont produites entre les 26 et 27 octobre, avec 20 à 30 cm de neige fraîche mesurés au-dessus de 1800 mètres dans les Alpes et les Pyrénées.

Beaucoup de pluies

Ce mois d'octobre figure parmi les plus humides depuis le début des années 2000. Dans le sud de la France, des orages spectaculaires ont dévasté les Alpes-Maritimes : 500 mm de pluies ont été relevés à Saint-Martin-Vésubie le 3 octobre, soit un nouveau record tous mois confondus en 24, 48 ou 72 heures à l'échelle départementale. En Aquitaine, Biarritz, avec 306 mm de pluies, a connu un mois d'octobre particulièrement arrosé, au 6ème rang des plus humides depuis 1945. En Bretagne, Saint-Brieuc (22) a pulvérisé un record avec 251 mm de pluies : il s'agit du mois d'octobre le plus humide depuis l'ouverture de la station.

Malgré quelques inondations, ces pluies ont été bénéfiques pour les nappes phréatiques qui voient leurs niveaux remonter très rapidement. Ces pluies survenant à des températures basses, il n'y a plus d'évapotranspiration. Ces pluies sont dites "efficaces". La sécheresse en surface a désormais disparu.

Peu de soleil et deux tempêtes

Avec ces basses pressions persistantes et une importante masse nuageuse, l'ensoleillement s'est montré déficitaire sur la France. Au passage des perturbations les plus fortes, deux tempêtes ont concerné une grande partie du pays, Alex (le 3 octobre) et Barbara (le 20 octobre), avec des rafales qui pour les plus violentes ont atteint plus de 200 km/h dans les Pyrénées-Atlantiques (216 km/h à Iraty à 1400 mètres d'altitude) et 186 km/h à Belle île en mer (86)

 

À lire aussi

Météo à 4 semaines : tendance jusqu'à Noël

Prévisions saisonnières pour l'hiver 2020/2021

Climat : la Niña, synonyme d'intempéries, est de retour

L'actualité météo

Articles les plus lus