Actualités Météo
Prévisions saisonnières pour l'Automne / Hiver

Par Regis CREPET, météorologue

L'actualisation des prévisions saisonnières est valable pour la fin de l'automne et la première moitié de l'hiver (novembre, décembre et janvier 2021). Ces prévisions mettent en évidence une tendance à long terme sans anomalie particulière sur la France métropolitaine. Selon ces tendances à long terme, les précipitations permettront une bonne recharge des nappes phréatiques, tandis que l'enneigement s'annonce particulièrement bon en montagne cette année.

Prévisions saisonnières pour l'Automne / Hiver

Ces prévisions saisonnières, mises à jour chaque 10 du mois, concernent la suite de l'automne et le début de l'hiver, de novembre à janvier. Alors que la modélisation n'avait pas anticipé le retour du flux perturbé et d'abondantes précipitations sur notre pays en ce mois d'octobre, les tendances envisagent désormais un flux modérément perturbé pour tout l'hiver, dans un flux souvent orienté à l'ouest et au nord-ouest : cette configuration n'apporterait pas d'anomalie particulière de température mais permettrait la poursuite de précipitations au moins dans les normales (voire davantage en décembre et janvier) avec la perspective d'un très bon enneigement sur nos massifs à basse altitude.

Situation générale pour la France métropolitaine:

Notre pays serait plutôt marqué en novembre par la proximité de l'anticyclone atlantique, dans une situation dite de "bordure anticyclonique". Avec un flux s'orientant périodiquement au nord, des coups de fraîcheur maintiendraient des températures de saison. En décembre et janvier, un flux plus perturbé devrait circuler sur l'Europe de l'ouest. Plutôt orienté à l'ouest en décembre, ce flux pourrait être davantage orienté au nord-ouest à nord en janvier, induisant un temps "de saison", dans les moyennes climatiques. Ce serait donc un hiver standard, à la différence du dernier, particulièrement doux sans épisode de froid. On retiendra surtout la perspective de précipitations efficaces pour la recharge des nappes phréatiques, et un enneigement qui s'annonce abondant en montagne, dès la basse altitude.

Prévisions saisonnières novembre

Les conditions de bordure anticyclonique pourraient prédominer, avec des pressions plus élevées que la normale sur le proche atlantique et l'ouest de la France. Les précipitations pourraient faiblir après le mois d'octobre copieusement arrosé, au profit d'un temps de saison, souvent calme et anticyclonique, favorisant le temps sec, brumeux le matin, ensoleillé en journée, avec de probables gelées matinales assez fréquentes. Les conditions météo seraient plus mitigées et plus proches des moyennes sur le flanc est de la France. Il n'y a pas d'indicateur d'une saison pluvieuse marquée au sud-est de notre pays malgré des marqueurs de précipitations sur les reliefs (Pyrénées-orientales et Alpes du sud). Les températures de novembre seraient alors proches des moyennes de saison avec possiblement les premières gelées dès le début du mois. La marge d'incertitude concerne les précipitations, qui pourraient circuler plus fréquemment sur l'hexagone si le flux s'oriente davantage à l'ouest.

Prévisions saisonnières décembre

La situation synoptique, c'est à dire la configuration générale des centres d'action, devrait à nouveau changer, avec une forte anomalie dépressionnaire sur les îles britanniques et la mer du Nord. La dominante serait un temps très perturbé avec le défilé des perturbations océaniques balayant tout le pays. Le flux serait orienté à l'ouest, voire parfois au sud-ouest, ce qui laisse apparaître des températures proches des normales. Mais même en considérant des températures de saison, cette nouvelle synoptique serait synonyme de chutes de neige abondantes en montagne, à moyenne ou relativement basse altitude. La marge d'incertitude concerne les précipitations, qui pourraient être plus faibles que prévu en cas de blocage anticyclonique plus durable sur la période.

Prévisions saisonnières janvier 2021

Avec toutes les réserves qu'il convient d'apporter à cette échéance, le mois de janvier ne présente pas d'anomalie particulière sur la France, avec des températures qui seraient globalement proches des moyennes, éventuellement légèrement inférieures, dans un contexte restant très perturbé. Un flux majoritairement orienté au nord-ouest et ouest devrait être favorable à un très bon enneigement en basse montagne, voire à quelques épi-phénomènes de neige en plaine au passage des perturbations. La pluviométrie serait alors supérieure aux moyennes. La marge d'incertitude concerne cette fois-ci les températures, qui pourraient être plus froides que prévu en cas de flux de nord ou de nord-est lié à l'anticyclone scandinave.

En conclusion, le mois de septembre a été chaud et relativement sec. Ce mois d'octobre sera, au final, nettement plus humide que prévu, avec des températures à priori assez proche des normales mais un excédent de précipitation de l'ordre de 50% à 60% par rapport à la normale. L'automne 2020 renouera probablement avec des valeurs de saison concernant les températures et les précipitations sur notre pays. Ce changement de prévision est probablement lié à l'émergence de la Nina dans l'océan Pacifique, dont l'un des effets, assez limités en Europe de l'ouest, est de dynamiser les flux océaniques humides et perturbés venant de l'ouest. Quant à l'hiver, on note qu'aucune anomalie particulière ne semble se dessiner, bien que la prévision de bonnes pluies et de neige abondante en montagne constitue une excellente nouvelle pour recharger les nappes phréatiques et faire disparaître la sécheresse de surface.

À lire aussi

Comment sont réalisées les prévisions saisonnières ?

Météo à 4 semaines : tendance jusqu'au 29 novembre

Climat de novembre : l'entrée dans l'hiver

L'actualité météo

Articles les plus lus