Actualités Météo
Noël : 9 années consécutives sans neige en plaine

Par Regis CREPET, météorologue

Depuis Noël 2011, les périodes de Noël se caractérisent par la douceur en France, notamment en 2015. Il faut remonter à 2010 pour retrouver de la neige le 25 décembre en plaine.

Crédit : La Chaîne Météo

Alors que la météo reste clémente en France en cette fin d'année 2019, on ne saurait évoquer les Noëls blancs dans nos villes et campagnes : cela fait partie de la magie de l’ambiance de Noël. Et pourtant, statistiquement, les Noëls sous la neige sont rares : environ 2% des nuits de Noël sont enneigées, alors que ce chiffres est légèrement plus élevé pour le Réveillon de la Saint Sylvestre. Depuis 2011, les fêtes de Noël sont caractérisées par la douceur en France. 

Actualités France
Crédit : La Chaîne Météo

Le mythe des Noëls blancs

Les dernières fêtes de fin d’année avec de la neige au sol remontent à décembre 2010 :  4 à 11 cm de neige ont recouvert un large quart Nord-est, de Limoges à Lille, en passant par Paris et Beauvais jusqu’en Auvergne-Rhône Alpes. A Strasbourg, l’épaisseur de neige atteignait 26 cm le 25 au matin et 15 cm dans le secteur de Nancy. La neige au sol était tombée à plusieurs reprises pendant ce mois de décembre remarquablement froid, et il subsistait des congères dans les campganes des Hauts de France. La période de Noël 2001 avait vue des conditions hivernales du 13 au 26 décembre, et des averses de neige avaient ponctuellement blanchi les sols en région parisienne ainsi qu'en Nouvelle-Aquitaine, ce qui est moins fréquent.

En remontant plus loin dans le passé, Noël 1996 a également été concerné par de fréquentes chutes de neige dans  l'Ouest. On avait relevé jusqu’à 12 cm à Angers et 7 cm au Mans. En 1986  près de 20 cm de neige ont été mesurés à Strasbourg le 24. En Rhône-Alpes, 16 cm de neige recouvraient les rues de Lyon. Il a même neigé dans la région de Montélimar avec une dizaine de centimètres. Ces chutes de neige avaient précédé le terrible mois de janvier 1987 où toute la France avait été ensevelie sous la neige. L’étang de Thau, dans la région de Sète, avait entièrement gelé et décimé une partie de la population des flamands roses. Enfin en 1962, c’est le sud du pays qui avait été frappé par un blizzard avec 32 cm de neige à Marseille, 20 cm à Perpignan et 10 cm à Carcassonne. Le réveillon de Noël 1962 a d’ailleurs été l’un des plus froids du 20eme siècle : le 25 au matin, on a relevé -15°C à Bordeaux,  -10°C à Biarritz. A cause de la durée et de l’intensité de cette vague de froid de la fin de l’année 1962, le Rhin, le Rhône et la Seine ont charrié de nombreux glaçons.

Des situations météo comparables

Ces Noëls sans dégel sont étroitement liés à des invasions d’air sibérien. La présence d’un air continental fait plonger la température, en particulier lorsque les sols sont enneigés, ce qui accentue la déperdition de chaleur. C’est ce qui s’est passé en 1962. Pendant la nuit du Réveillon de Noël, le ciel étoilé a favorisé un fort rayonnement et accentué la chute de la température d’autant que le sol était enneigé.

Actualités France
Crédit : La Chaîne Météo

Des Noëls printaniers

Les Noëls 1983 et 1997 se sont montrés très doux en France. Pendant la période de Noël en 1983, la température a atteint quotidiennement  plus de 20°C au pied des Pyrénées. A Pau, le mercure affichait 22,3°C le jour de Noël. A Biarritz, on a relevé 21,7°C où on se baignait dans une eau à 15°C. Cette douceur a également bénéficié au nord de la France avec une météo clémente et 14,2°C mesurés à Paris.

En 1997, un pic de douceur a de nouveau concerné l’ensemble du pays avec 17,5°C à Toulouse. Au pays basque, la barre des 20°C a été atteinte au prix d’un foehn violent qui a soufflé jusqu’à 100 km/h.

Au Noël 2015, la barre des 20°C a de nouveau été franchie dans les Pyrénées-Atlantiques avec 21,6°C mesurés à Bustince. La douceur a également concerné le nord de la France avec 18,3°C à Montluçon, 15,6°C à Nantes, 14°C à Paris et 13,1°C à Lille. Ce mois de décmebre 2015 a d'ailleurs été le plus doux observé en France depuis 1900.

Des situations météo comparables

Ces Noëls très doux sont étroitement liés à des invasions d’air tropical en provenance d’Afrique. La France se trouve entre un anticyclone vissé sur l’Europe centrale et des dépressions bloquées sur le proche Atlantique. Ce contexte favorise la levée du vent du sud qui transporte de l’air très doux en altitude. A proximité des Pyrénées et dans les vallées du Massif central, ce vent du sud provoque un effet de foehn à l’origine de températures printanières, comme le 25 décembre 1983 à Saint-Etienne où on a atteint 20,2°C. Un autre phénomène peut accentuer la douceur : le phénomène El Nino qui a concerné la surface du globe en 1983, en 1997 et 2015.

Actualités France
Crédit : La Chaîne Météo

A consulter aussi : 

Le top des Noëls les plus doux et les plus froids depuis 1950

L'actualité météo

Articles les plus lus