Actualités Météo
2019 en France : la 3ème année la plus chaude depuis 1900

Par Cyrille DUCHESNE, météorologue

Après une année 2018 au premier rang des années les plus chaudes depuis 1900, force est de constater que les températures sont restées le plus souvent excédentaires à la normale au cours de cette année 2019. Elle se positionne d'ailleurs sur la troisième marche du podium des années les plus chaudes avec un excédent de 1,13°C par rapport à la normale 1981-2010.

Au cours de cette année 2019, les températures ont été supérieures à la normale pendant 10 mois sur 12. Les 3 années les plus chaudes (2018, 2014  et 2019) ont été observées au cours de la décennie 2010 ce qui atteste bien du réchauffement climatique en cours.

Actualités France
Crédit : La Chaîne Météo

En 2019, seuls les mois de janvier (-0,4°C) et mai (-1,1°C) ont été un peu plus froids que la normale calculée sur la période 1981-2010. Décembre est bien partie pour être un mois particulièrement doux avec un excédent de 2,8°C à la normale (au 23 décembre), ce qui le placerait au 2ème rang des mois de décembres les plus doux après le mois de décembre 2015 où l'excédent de températures avait atteint 3,9°C.

Une année normalement arrosée cachant des excès...

Actualités France
Crédit : La Chaîne Météo

Sur l'ensemble de l'année, les précipitations moyennées sur la France sont très proches de la normale. Cette moyenne annuelle ne reflère évidemment pas les grandes fluctuations pluviométriques observées au cours de l'année avec un été très sec suivi d'un automne très arrosé. Au cours de la saison estivale, le déficit pluviométrique a été de l'ordre de 40% avec jusqu'à 85 départements ayant des restrictions d'eau à la fin de l'été. A partir de la fin du mois de septembre et jusqu'en décembre, la France a subi un flux océanique très perturbé avec un arrosage particulièrement copieux. Des records de pluie ont même été observés dans le sud-ouest et localement dans l'extrême sud-est du pays.

Une année bien ensoleillée.

Sur l'ensemble de l'année, l'ensoleillement est excédentaire de 10% en raison d'un preintemps et d'un été où les conditions anticycloniques ont souvent dominé avec un ensoleillement généreux. Si l'automne a connu un ensoleillement déficitaire, cela n'a pas réussi à contrebalancer plusieurs mois bien ensoleillés.

 

À lire aussi

Tempêtes du siècle : il y a 20 ans, Lothar et Martin dévastaient la France

Pourquoi autant de tempêtes actuellement en France ?

Météo week-end : temps calme et températures contrastées

Météo à 4 semaines : tendance jusqu'au 10 mai

Prévisions saisonnières pour le printemps et le début de l'été

L'actualité météo

Articles les plus lus