Actualités Météo
Inondations à Venise : une acqua alta historique

Par Quentin PERCEROU, rédacteur

Une marée haute exceptionnelle se produit à Venise. Ce phénomène saisonnier typique de la Sérénissime, plus connu sous le nom de “acqua alta”, est causé par la conjonction de facteurs astronomiques et météorologiques.

Venise n’a jamais eu autant d’eau dans ses rues entre mardi 12 novembre et mercredi 13 novembre depuis 1966. Le niveau de la marée a atteint 187 cm entre 23h et minuit dans la ville, un niveau plus qu’exceptionnel quand on sait qu’un niveau de 140 cm est qualifié lui-même d’exceptionnel. C’est la 2e plus haute valeur enregistrée depuis 1923, après les 194 cm du 4 novembre 1966. Les autorités italiennes ajoutent que cette acqua alta historique a entraîné la mort d'un septuagénaire. De nombreux commerces ont subi des dégâts, tout comme la basilique Saint-Marc qui s'est retrouvée sous les eaux. Pour l'heure, on estime le montant des dégâts à plus d'un milliard d'euros.

Ce jeudi à 9h00, le niveau de la marée a baissé pour s'établir à 120 cm. Cette baisse se poursuivra progressivement ces prochains jours. 

La cause de cette marée ? L’attraction lunaire en partie, mais aussi des conditions météorologiques favorables à l’élévation de la mer.

L’acqua alta : quand astro et météo s'en mêlent

L’acqua alta désigne un phénomène de haute marée qui provoque des inondations dans certaines parties de Venise. Cette montée des eaux se produit de l’automne au début du printemps. L’acqua alta repose sur la marée, c’est-à-dire la montée des eaux par rapport à l’attraction lunaire et, dans une certaine mesure, celle du soleil. C’est ce qui s’est produit ces derniers jours avec la pleine lune.

La pleine lune correspond, en général, à une marée de vive-eau (coefficient 87 ces derniers jours). Ce qui est un facteur d'élévation de cette acqua alta exceptionnelle. Même si ce facteur astronomique peut être prévu des années en avance par les astronomes, le facteur météorologique, très aggravant dans certaines circonstances, ne peut l’être que quelques jours à l’avance.

Et c’est justement le facteur météo qui a amplifié cette marée. Une dépression située en mer Méditerranée, très creuse, a permis une élévation supplémentaire du niveau de la mer, ce qu’on appelle “surcote”. Sous son influence, le vent a basculé au secteur sud-est dans l’Adriatique, générant une forte houle qui a remonté l’Adriatique et repoussé les eaux vers Venise et sa lagune, formant un effet “entonnoir”. Tous ces paramètres météo combinés ont permis des submersions marines dans Venise et le niveau exceptionnel de l’acqua alta dans la nuit de mardi à mercredi. Les vents forts aux alentours de la ville et les précipitations ont également contribué à cette acqua alta exceptionnelle.

A noter que la marée exceptionnelle de 1966 qui se place devant celle-ci a connu une situation météorologique très ressemblante.

D'autres facteurs en cause : l'urbanisme et le climat

L’action de l’homme, ou facteur anthropique, comme les différentes constructions, aggrave ce phénomène naturel de montée des eaux. Dans un contexte de réchauffement global et d’une montée des eaux importante, l’acqua alta s'en trouve intensifiée également. Selon les autorités, le risque aujourd’hui a atteint un niveau inégalé.

À lire aussi

Algérie, Tunisie et Italie : violents orages jusqu'à samedi

L'actualité météo

Articles les plus lus