Actualités Météo
Équinoxe d'automne ce lundi

Par Regis CREPET, météorologue

Ce lundi 23 septembre marque officiellement l’arrivée de l’automne sur le calendrier 2019. La durée de la nuit est égale à celle du jour. C'est également le jour où le soleil se lèvera plein Est et se couchera plein Ouest.

L’équinoxe caractérise le moment pendant lequel le centre du soleil est exactement à la verticale de l'équateur. Les dates des équinoxes de printemps et d’automne correspondent donc aux jours de l’année pendant lesquels ont lieu ces passages au zénith. La première de l’année a eu lieu le 20 mars (équinoxe de printemps), et la deuxième a lieu ce 23 septembre (équinoxe d'automne). Dans ce cas, la Terre est équitablement exposée à la lumière du soleil sur une moitié tandis que l’autre est dans la nuit. Etymologiquement, le mot équinoxe est formé à partir de deux termes latins : « aequus » qui signifie « égal » et « nox, noctis » qui signifie « nuit ». Ce mot signifie donc « nuit égale » : la durée du jour et de la nuit est partout égale à 12h.

Pourquoi la date des équinoxes varie-t-elle ?

La plupart du temps, la date de l’équinoxe tombe le 21 septembre, mais il arrive parfois que l’équinoxe se produise le 22, voire le 23 septembre. Cette année, c'est le 23 septembre à 9h50 du matin, heure française. Ce décalage résulte du fait que la Terre tourne autour du soleil en 365 jours, 5 heures et 46 minutes, et non pas en 365 jours tout rond. La différence se cumule et le réajustement s’effectue à la fois par l’ajout d’un 29 février lors des années bissextiles (tous les 4 ans) et d’un à deux jours supplémentaires, certaines années, lors du solstice et de l’équinoxe.

Comment s’expliquent les saisons ?

Notre planète n’est pas perpendiculaire au soleil : son axe de rotation est penché de 23°5 et la Terre effectue sa course autour du soleil en étant inclinée (l’écliptique). Cela explique la variation de la durée du jour et de la nuit au fil des saisons. Si la Terre restait perpendiculaire au soleil, les jours resteraient de même durée et l’alternance nuit / jour serait égale en permanence. De même, la distance de la Terre au soleil n’est pas toujours la même non plus : cela varie de 147 millions à 152 millions de km, ce qui n’influence pas la chaleur reçue de l’astre solaire mais provoque des différences de vitesse et donc sur la longueur des saisons. Au moment des Solstices, la déclinaison de la Terre par rapport au soleil est maximale (23°5) et l’astre du jour est au zénith des tropiques (du Cancer ou du Capricorne), tandis qu’à l’équinoxe, cette déclinaison apparente est nulle, le Soleil étant à la verticale de l’équateur.

Actualités France
Crédit : La Chaîne Météo

Comment s’explique la diminution du jour ?

C'est l'inclinaison de l'axe de la terre (l’axe passant par les pôles) qui explique la plus ou moins longue exposition au soleil selon les saisons. En été, cette inclinaison favorise l'exposition d'un hémisphère face au soleil. En hiver, au contraire, cette inclinaison diminue cette exposition. Au printemps et à l'automne, les expositions respectives des hémisphères Sud et Nord sont équilibrées. Vu depuis la surface de la terre, la course du soleil suit tout au long de l'année une courbe qui monte jusqu’au solstice d’été puis stagne quelques jours à son plus haut niveau en juin, avant de redescendre pour être au plus bas en décembre au moment du solstice d’hiver. Le jour le plus long correspond à la course la plus longue du soleil. Il se lève alors au Nord Est et se couche au Nord-Ouest. Le jour le plus court correspond à la course la plus courte du soleil.

Fin septembre, dès l’équinoxe, nous perdons jusqu'à 4 minutes d'ensoleillement théorique par jour. Cette perte de durée du jour diminue ensuite jusqu’au solstice d’hiver le 21 décembre, puis nous recommençons tout doucement à en regagner à nouveau. A mi-chemin entre le jour le plus long et le jour le plus court (aux équinoxes), la pente de la courbe est la plus forte.

Pourquoi l’équinoxe influence les marées ?

Au moment des équinoxes, les coefficients de marée sont les plus forts : on parle d’ailleurs des « grandes marées d’équinoxe ». Les grandes marées sont liées à l’attraction de la Lune et du Soleil. Lorsque ces deux astres sont en alignement avec la Terre, l’attraction est maximale et les marées montent plus haut : ce sont les grandes marées. Deux cas de figure existent : soit la Lune est du même côté que le Soleil (Nouvelle Lune), soit du côté opposé (Pleine Lune), l’essentiel étant l’alignement avec la Terre. Les grandes marées ne se produisent pas forcément le jour de l’équinoxe, car le soleil, pourtant parfaitement perpendiculaire à l’axe de la Terre, ne se trouve pas toujours aussi en alignement avec la Lune. Il faut attendre cet alignement Terre – Lune – Soleil pour que les grandes marées se produisent. Cette année, cet alignement s’est produit avant l’équinoxe (le 14 septembre), et se reproduira le 28 septembre. Assez éloignées de la date l’équinoxe, ces marées seront tout de même assez fortes (coefficient 115) mais moins que certaines années où l’alignement tombe au moment de l’équinoxe.

 

 

À lire aussi

Semaine à venir : des pluies bienvenues au nord

Week-end prochain : gris et maussade au nord

L'actualité météo

Articles les plus lus