Actualités Météo
Grêlons de 7 à 9 cm : comment est-ce possible ?

Par Quentin PERCEROU, rédacteur

Ce week-end, le centre-est a été victime d’orages très puissants, notamment dans la région Auvergne-Rhône-Alpes. A cette occasion, des chutes de grêle se sont produites avec des grêlons qui ont pu atteindre la taille de 9 cm de diamètre : l’équivalent d’une balle de tennis. Comment des grêlons peuvent-ils atteindre un tel diamètre ? Quel est le plus gros grêlon jamais mesuré ?

Si les orages sont redoutés pour la foudre, les chutes de grêle représentent aussi un danger très important. Ce phénomène extrême, possible seulement par orage violent, peut se transformer en danger mortel quand les grêlons atteignent un certain diamètre.

Comment se forme la grêle ?

La grêle se classe dans la catégorie des précipitations solides. Elle se forme uniquement dans des nuages d’orage, appelés cumulonimbus. On parle d’averse de grêle compte tenu du caractère soudain et très localisé de cette précipitation. C’est aussi ce qui la rend très difficile à prévoir. La formation de la grêle s’effectue à partir des forts courants ascendants qui animent l’intérieur du cumulonimbus. La grêle peut se former au milieu ou au sommet du nuage, à des températures entre -30 et -40°C. Seuls 10% des cumulonimbus génèrent des chutes de grêle.

Actualités France
Crédit : La Chaîne Météo

Les grêlons ainsi formés tombent. Au cours de leur chute, ils peuvent rencontrer des courants ascendants les faisant remonter dans le nuage. Une nouvelle couche de glace peut alors se former autour du grêlon. Cette opération peut ensuite se répéter plusieurs fois, jusqu’à ce que le poids du grêlon soit suffisamment élevé pour contrer les ascendances au sein du nuage. Certains grêlons sont enrobés de 25 couches de glace, telle la pelure d'un oignon. La grêle tombe alors au sol, avec un diamètre proportionnel à la puissance des courants verticaux dans le nuage. 

Des grêlons de la taille d’une balle de tennis

Des grêlons peuvent atteindre des dimensions hors norme par répétition de ce processus. C’est au sein des orages les plus violents qu’ils se produisent. Le grêlon ne cesse de descendre sous l’effet de son poids et de remonter à cause des courants ascendants très puissants dans le nuage d’orage. Il fusionne sur sa route avec d’autres grêlons, ce qui le rend encore plus gros. D’autres phénomènes peuvent encore faire grossir ces grêlons (notamment le phénomène d’accrétion).

Ce processus se répète tant que le grêlon ne chute pas du nuage sous l’effet de son poids. C’est ainsi qu’il peut prendre des proportions “hors norme”. Le grêlon à l’intérieur du nuage est toujours plus gros avant sa chute. Lorsqu’il chute, il fond, car il n’est plus soumis à des températures négatives. Cela n’empêche pas que les grêlons qui tombent au sol peuvent parfois atteindre le diamètre d’un melon.

D'autres paramètres entrent aussi en compte dans la formation de grelons géants : la vitesse des courants ascendants (qui maintiennent la grêle plus longtemps au sommet du nuage), l'irruption d'air plus sec au milieu du nuage (diminuant le nombre de grelons, qui sont moins nombreux mais plus gros) ainsi que le cisaillement des vents (direction opposée entre les vents au sommet du cumulonimbus et le sens de déplacement de celui-ci) : ce dernier paramètre favorise la force des courants dans le nuage, facteur essentiel à la formation des grêlons.

Actualités France
Crédit : La Chaîne Météo
 

Des grêlons aussi gros que des melons

Si la taille des grêlons qui se sont abattues dans la région Rhône-Alpes vous impressionne, sachez que certains ont près de 2 fois la taille de ces balles de tennis glacées. Le record du plus gros grêlon mesuré revient aux Etats-Unis avec 20,3 cm soit une circonférence de 47,3 centimètres. Ce gros grêlon s’est abattu dans l’état du Nebraska le 22 juin 2003. Le record du plus lourd grêlon est détenu par le district de Gopalganj au Bangladesh : terre réputée pour ses orages. Le grêlon pesait alors 1,02 kg le 26 avril 1986.

En France, un orage entre la Picardie et le Nord-Pas-de-Calais a produit des grêlons de 12 cm de diamètre le 25 mai 2009. Le plus lourd grêlon pesait quant à lui 972 grammes. Il était tombé à Strasbourg le 11 août 1958. Ces deux records n’ont pas été homologués par l’Organisation Météorologique Mondiale.

À lire aussi

Demain : risque d'orages de grêle au sud

L'actualité météo

Articles les plus lus