Actualités Météo
Tempête Miguel : le bilan

Par Gilles MATRICON, météorologue

La tempête Miguel a balayé une grande partie de la France hier. Elle a provoqué des vents très forts, et même tempétueux et occasionné de nombreux dégâts. Elle figure parmi les 5 ou 6 plus fortes tempêtes survenues en juin en France depuis 1900.

Par sa force, sa survenue tardive au début de l'été météorologique et le nombre de régions touchées, cette tempête est un événement remarquable.

 

De nombreux records de vents mesurés pour un mois de juin :

129 km/h à la pointe de Chemoulin (44) et l'île d'Yeu (85) RECORDS

127 km/h à Ploumanac'h (22) RECORD

124 km/h à la pointe du Chassiron (44)  et à l'île d'Oléron (17) RECORDS

123 km/h  au cap de la Hève (76) : 2ème valeur la plus élevée

122 km/h à Arbrissel (35) RECORD

119 km/h au cap Gris Nez (62) RECORD

118 km/h à Saint-Clément-des-Baleines (17) et à Lannion (22) RECORDS

117 km/h au cap Ferret (33) RECORD et à Longueville (50)

116 km/h à Ernée (53) RECORD

112 km/h à Belle île (56) et à Thénezay (79) RECORD

111 km/h à Lons-le-Saunier (39) RECORD

109 km/h à Vannes (56) RECORD, Saint-Agnant (17) et Bouogne-sur-mer (62)

107 km/h à Brignogan (29) RECORD et Saint-Sulpice de Pommiers (33)

106 km/h à Royan (17) RECORD

103 km/h à Rouen (76) RECORD

102 km/h à Romorantin (41) et à Poitiers (87) RECORDS

100 km/h à Cognac (16), Saint-Nazaire (44), La Rochelle (17) RECORD et Biscarrosse (40)

99 km/h à Caen (14) : 2ème valeur la plus élevée

98 km/h à Châteauroux (36) et Saint-Brieuc (35) RECORD

97 km/h à Orléans (45) RECORD

96 km/h à Laval (53) et Blois (41) RECORDS

94 km/h à La Roche-sur-Yon (85) et Châlons-en-Champagne (51) RECORDS et Bordeaux (33)

93 km/h à Troyves (10) RECORD

92 km/h à Limoges (87) RECORD

91 km/h à Rennes (35) et Cambrai (59) RECORDS et Lille (59) 2ème valeur la plus élevée

89 km/h à Creil (60) RECORD

87 km/h à Orly (94) et Beauvais (60) RECORDS

86 km/h à Mâcon (71) et Chateaudun (28) RECORDS

85 km/h à Tours (37) RECORD

83 km/h à Ambérieu (01) RECORD

81 km/h à Paris (75)

Actualités France

 

Des dégâts et plusieurs victimes

Au passage de cette tempête, près de 80.000 foyers, en Nouvelle Aquitaine, en Normandie, en Bretagne, dans les Pays-de-la-Loire et en région Centre ont été privés d'électricité en raison de chutes de d'arbres qui sont tombés sur des lignes et câbles électriques. La circulation des trains a été très perturbée sur l’axe Paris-Rouen-Le Havre et Angers et Tours vendredi. Des arbres tombés sur les rails ont mis à l'arrêt plusieurs trains.  Le tournoi de Roland Garros a été interompu par les fortes averses. A Rouen, le grand rassemblement de bateaux l'Armada 2019, a évacué tous les spectateurs.

L'agriculture a également souffert de ces fortes rafales de vent, notamment les zones céréalières en région Centre.

En mer, plusieurs victimes sont à déplorer avec le décès de 3 secouristes venus porter secours à un bateau de pêche en détresse au large des Sables-d'Olonne en Vendée.

Miguel : une tempête exceptionnelle ?

Si des situations avec de violentes rafales sous grains orageux ne sont pas inhabituelles en juin, le cas d'une véritable tempête est beaucoup plus rare. La dépression Miguel s'est bien apparentée à une tempête, faisant d'elle un événement remarquable par son intensité et le nombre de régions impactées à cette époque de l'année.

Il faut remonter à juin 1987 pour retrouver un tel phénomène, ainsi qu'au 6 juillet 1969 où une tempête a frappé la moitié nord, surtout la Bretagne, la Normandie puis la région parisienne. D’autres épisodes comparables ont été observés en juin 1958, toujours dans l’ouest ainsi qu'en juin 1965 sur la moitié nord du pays.

Pourquoi une telle virulence ?

La violence de cette tempête est liée à un gigantesque conflit de masse d'air avec de l'air polaire qui a plongé sur l'ouest de la France jusqu'aux îles Canaries depuis mercredi et qui par effet de bascule fait remonter de l'air saharien jusqu'en Scandinavie et en Russie où il fait actuellement 30°C. Cette situation a décuplé la force de la tempête Miguel qui a concerné tout le nord et l'ouest de la France, ainsi que le val de Saône et le Jura, où des rafales de vent records pour un mois de juin ont été mesurées hier.

À lire aussi

Grêle, inondations et assurances : obtenir un certificat d'intempéries

Tempête Miguel : premier bilan

Pourquoi les tempêtes sont plus dangereuses en été qu'en hiver ?

Semaine prochaine : météo instable, orages parfois forts

Météo à 4 semaines : tendance jusqu'au 10 novembre

Prévisions saisonnières : début de l'hiver 2019 - 2020

L'actualité météo

Articles les plus lus