Actualités Météo
Cathédrale Notre-Dame : le vent fort inquiète

Par Quentin PERCEROU, rédacteur

Douze jours après le terrible incendie qui a détruit le toit de Notre-Dame de Paris le 15 avril, le contexte météo reste très perturbé ce week-end avec des averses et un coup de vent cet après-midi.

Lors de l’incendie de la cathédrale de Notre-Dame de Paris, les conditions météo n’ont été d’aucune aide pour les 400 pompiers. En effet, le temps est resté très sec et ensoleillé en raison d’un flux d'est sensible.

Depuis mercredi, la météo joue les troubles fêtes sur le chantier de Notre-Dame. Des pluies se sont abattues depuis et d'autres précipitations sont attendues ce week-end.  Alors qu’elles sont bienvenues compte tenu de la sécheresse actuelle dans le nord de la France, elles sont également suivies de près par les ouvriers et architectes du chantier de Notre-Dame car elles pourraient fragiliser davantage l’édifice.

 

La dégradation des conditions météo se poursuit ce week-end

Les averses n'ont pas été très importantes entre mercredi et vendredi  à Paris. Le temps est  plus perturbé ce week-end avec des averses qui pourraient avoir un caractère orageux. Ces conditions météo ne faciliteront pas le chantier de consolidation et de protection de Notre Dame. 

L’inquiétude concerne trois trous béants dans la voûte : au niveau de la nef, du transept nord et au coeur de la cathédrale. Si les pluies tombaient sur ces parties, la porosité de la voûte laisserait les pluies passer, elles pourraient aussi déplacer des pierres. Le ruissellement pourrait également ajouter du poids à certaines parties avec pour conséquence une modification de la poussée des charges et un risque d’écroulement de la voûte.

Depuis mardi 23 avril, des ouvriers spécialisés dans les travaux de grande hauteur déploient des bâches afin de protéger la cathédrale à la manière d’un parapluie géant. Elles seront remplacées par une solution à plus long terme dans les mois à venir avec un "échaffaudage parapluie". 

Mais depuis jeudi, une autre inquiétude a vu le jour et concerne les vents violents qui menacent d'endommager des parties de l'édifice.

 

Un autre inquiétude : les vents violents 

Jeudi dernier, un ingénieur en charge d'un rapport en 2016 sur le risque incendies de Notre-Dame de Paris a fait part de son inquiétude quant à la fragilité de l'édifice. Les hautes températures, les quantités d'eaux déversées pour sauver la cathédrale, la disparition de la toiture ainsi qu'une partie de la voûte ont affaibli de 60% sa capacité de résistance selon les modélisations numériques de cet expert. Alors qu'elle pouvait auparavant supporter des vents supérieurs à 200 km/h, elle ne pourrait plus aujourd'hui supporter des rafales de 90 km/h.

Ce samedi, les Hauts-de-France sont  soumis à un coup de vent en marge de la tempête Hannah qui circule sur les îles britanniques. Paris se trouve en marge de ces vents violents : les rafales dans la capitale devraient atteindre les 70-80 km/h. 

La ville de Paris se trouve donc dans un contexte instable où des averses orageuses sont possibles. Orages sous lesquels les rafales de vents devraient difficilement depasser les 90 km/h au niveau du sol si elles se produisaient. Nous ne devrions pas atteindre le seuil critique de vent qui pourrait endommager une partie du clair-étage, c'est-à-dire la rangée supérieure des murs de la nef ornée de vitraux. Néanmoins, sous une averse orageuse plus puissante qu'une autre, une rafale très ponctuelle à 90-100 km/h près du sommet de l'édifice ne peut pas être complètement exclue...

À lire aussi

Retour des pluies au nord-est

Aujourd'hui : pluies fortes et vent violent

L'actualité météo

Bulletin France

Articles les plus lus