Actualités Météo
L'anticyclone d'hiver se marie mal avec le soleil

Par Gilles MATRICON, météorologue

Si vous regardez votre baromètre, cela ne vous a pas échappé : depuis plusieurs jours l'aiguille de votre baromètre est bloquée sur "beau fixe" (pressions entre 1030 et 1040 hPa)... Et pourtant si vous habitez dans le nord, le soleil est totalement absent avec une grisaille persistante et même quelques bruines. Alors qu'en montagne, c'est le plein soleil assuré !

Cette situation est plus classique qu'on ne le croit. Ce qui est plus surprenant, c'est la durée (depuis le 20 décembre dernier) de cette configuration...

 

Anticyclone d'hiver et soleil ne font pas bon ménage

Depuis plusieurs jours l'humidité est piégée au sol, sous forme de nuages bas (stratus). Et comme le soleil est trop bas sur l'horizon pour dissiper la grisaille (il n'a pas assez d'énergie en cette période de l'année), le ciel reste désespéremment couvert. En revanche, en montagne, la grisaille laisse la place à un temps ensoleillé avec même un ciel bleu du matin au soir. Tout au long du week-end, le contraste est resté saisissant entre la plaine et la montagne avec une luminosité exceptionnelle en altitude, et même un rendu printanier les après-midi dans les Pyrénées.

En revanche, sous la grisaille des plaines du Nord et du Sud-ouest, l'ambiance reste assez sinistre avec ce plafond gris et bas... avec même quelques bruines de temps à autres malgré des pressions très élevées (plus de 1030 hPa). Cette situation persiste cette semaine, avec en plus le retour du froid.

 

Situations anticycloniques d'hiver persistantes : d'autres précédents

En janvier 1988 ou bien en décembre 88 et 89, les conditions anticycloniques s'étaient maintenues tout au long de ces mois d'hiver. Un puissant anticyclone s'était développé des Açores vers notre pays, accompagné d'ar très doux en altitude (subtropical, comme actuellement) avec pour conséquence un ciel gris et bas en plaine alors qu'en altitude le soleil et une certaine douceur régnaient en maître. Ces trois mois ont d'ailleurs été très secs et doux. On a enregistré un déficit d'ensoleillement record à Paris ou bien encore Strasbourg. A l'inverse, en altitude, de nombreux records d'ensoleillement ont été établis au-dessus de 1300 mètres, c'est à dire au-dessus de l'importante couverture nuageuse.  

 

L'actualité météo

Articles les plus lus