Actualités Météo
Chaleur extrême au Proche-Orient

Par Gilles MATRICON, météorologue

Depuis le début de l’été, le Proche-Orient subi des températures extrêmement élevées. L’Irak, le sud de l’Iran et le Koweit sont confrontés à des températures supérieures à 50°C.

Chaleur extrême au Proche-Orient

Juillet 2017 a été le deuxième mois de juillet le plus chaud depuis le début des relevés météo à la surface du globe avec un excédent de +0,8°C. C’est au Proche-Orient que l’anomalie a été la plus forte avec un écart de 5°C par rapport aux normales. Même si ces régions sont habituellement les plus chaudes de l’hémisphère nord en été, ces chaleurs extrêmes sont exceptionnelles d’autant qu’elles sont  persistantes. Cette canicule est liée à la présence d’une bulle d’air très chaud en altitude qui est remontée d’Arabie Saoudite et qui stationne depuis le mois de juin sur l’Iran, l’Irak et le Koweït.

 

Les 50°C atteints quotidiennement

C’est en Irak que la chaleur est la plus éprouvante. A Bassorah, la température dépasse 50°C en journée et descend difficilement sous la barre des 30°C la nuit. Avec une température maximale moyenne de 50°C pour juillet dans cette ville du sud de l’Irak, on se situe 6°C au-dessus des moyennes qui est de 44°C. La ville d’Abadan et d’autres villes du sud de l’Iran subissent également des chaleurs extrêmes.

Cette vague de chaleur caniculaire se maintient toute la semaine avec des maximales encore comprises entre 45 et 50°C pendant plusieurs jours d’affilée sur de nombreuses villes du Proche-Orient.

L'actualité météo

Articles les plus lus