Actualités Météo
Banquise : quel impact sur le climat de l'Europe ?

Par Regis CREPET, météorologue

Alors que la banquise arctique connaît un record de faible extension, quel impact peut-on craindre pour le climat de l'Europe ? Analyse de La Chaîne Météo.

Crédit : La Chaîne Météo

La banquise arctique connait en cette fin d'hiver boréal une extension minimale proche des records de 2007 et de 2012. Ces variations de superficie peuvent-elles affecter le climat de l'Europe?

C'est l'éternel débat : on croyait jusqu'à présent que la température des eaux de surface de l'Atlantique nord pouvait influencer le climat de l'Europe, mais des études récentes semblent démontrer de faibles corrélations. Se basant sur des relevés météorologiques de ces 70 dernières années, des scientifiques ont observé d'éventuels liens de cause à effet entre la température de l'océan et la rigueur des hivers européens.

 

L'Atlantique Nord n'aurait qu'un faible impact sur le climat européen

 

Ainsi, dans le cas d'une fonte accélérée de la banquise arctique et des glaciers du Groenland, on note un apport d'eau froide dans l'Atlantique nord, ce qui a pour effet de refroidir la mer : cette anomalie froide est bien visible depuis plusieurs années, et elle apparait par cycles. Mais, parallèlement, ce n'est pas pour autant que le climat européen est plus froid, parfois même, c'est l'inverse qui se produit. Ce fut le cas cet hiver.

Alors que les eaux de l'Atlantique nord étaient nettement plus froides, l'Europe de l'ouest a connu un hiver exceptionnellement doux. Tout se déroule comme si ces eaux froides modifiaient la circulation des vents, forçant le "courant jet" (vents de haute altitude) à plonger davantage au sud avant de remonter vers l'Europe de l'ouest, avec de l'air doux. Dans ce contexte, le Gulf Stream, courant marin chaud remontant le long de la côte américaine, serait affaibli.

 

Une évolution future encore méconnue

 

Ces découvertes climatiques ont une grande importance, car elles permettraient de nuancer la thèse selon laquelle un refroidissement de l'Atlantique nord pourrait valoir à l'Europe de l'ouest un climat comparable à celui du Québec : on le voit, la machine climatique et océanique est très complexe et réserve sans doute de nombreuses zones d'ombre qu'il conviendra d'approfondir pour mieux comprendre l'évolution du climat futur.

 

À lire aussi

Banquise arctique : vers sa disparition ?

L'actualité météo

Articles les plus lus