Actualités Météo
Météo de l’hiver : de la neige en montagne ?

Par Regis CREPET, météorologue

Les prévisions saisonnières de METEO CONSULT pour l’hiver et le printemps ont été actualisées ce 9 novembre. Elles mettent en évidence un hiver assez standard avec cependant un potentiel de froid qui s’annonce assez marqué en février – mars. Mais d’ici là, nos montagnes vont-elles bénéficier d’un enneigement satisfaisant ?

L’arrivée de la neige sur nos massifs vers 1000 m d’altitude cette année en ce début novembre n’a rien d’exceptionnel : il s’agit de dates tout à fait standard, survenant après une longue période estivale tardive en altitude. Faut-il y voir un signe particulier pour notre hiver ?

Un hiver standard en prévision

On se souvient que l’année dernière, malgré un hiver totalement absent en plaine, nos montagnes ont quand même profité d’un enneigement correct sur la saison. Il s’agissait bien souvent d’une neige de redoux, humide et collante, mais qui a réussi a sauver la saison des sports d’hiver grâce à quelques fortes chutes tombant aux moments opportuns.

Cette année, les perturbations conjuguées à des périodes plus froides devraient permettre une meilleure saison.

Chronologie des chutes de neige

Le mois de décembre s’annonce sec en montagne, bien ensoleillé au-dessus des nuages bas, et assez doux. Tout cela pourrait faire craindre une pénurie de neige pour la fin de l’année, mais la dernière décade de décembre s’annonce au contraire propice à de bonnes chutes de neige à relativement basse altitude : en effet, les perturbations reviendront dans un flux tournant au nord-ouest : idéale pour de gros flocons.

Le mois de janvier sera très humide, dans une masse d’air d’abord à nouveau plus douce, mais se refroidissant en 2ème décade. Le Jura et les Alpes du nord (ainsi que les versants nord des Pyrénées) seront exposés à de grosses quantités de neige en altitude, et assez conséquentes aussi à moyenne altitude. Les Alpes du sud pourrait souffrir de l’assèchement lié au Mistral, mais cela ne sera que temporaire.

Pour février, attention : la fiabilité est plus faible car les modèles numériques utilisés ne présentent pas le même scénario. Entre une douceur humide (neige à relativement haute altitude) et un froid plus présent mais plus sec, les prévisionnistes de METEO CONSULT privilégient le scénario d’un temps assez froid et encore assez humide. Résultat, même si les cumuls de neige restent plus modérés, la poudreuse pourrait blanchir nos massifs à plus basse altitude.

Enfin, la bonne nouvelle pour nos montagnes semble être la persistance d’un temps froid et humide en mars, voire même en début avril : cela permettrait le bon maintien du manteau neigeux et même son épaississement supplémentaire, avant un mois de mai de saison et une belle fin de printemps.

L'actualité météo

Articles les plus lus