Actualités Météo
1944 : la guerre météorologique

Par Regis CREPET, météorologue

Pendant la Seconde Guerre Mondiale, la météo est devenue une véritable arme stratégique, à tel point que l'on parle de "Guerre météorologique de l'Atlantique Nord". De quoi s'agit-il?

Certains historiens vont jusqu'à dire que la victoire finale des Alliés est en partie due aux conditions météorologiques qui ont régné en juin 1944, ou, tout au moins, en leur capacité à avoir su prévoir des fenêtres météo favorables avec perspicacité. Quoiqu'il en soit, il convient de noter que l'opération Overlord du 6 juin 1944 a été planifiée à l'aide des données météo collectées au Groenland.

Des stations météo au Groenland

Actualités France
Crédit : La Chaîne Météo

L'objectif des forces militaires en action était à la fois d'identifier la survenue du mauvais temps (afin d'éviter une catastrophe telle que celle qui restait encore dans les mémoires : la déroute de la Guerre de Crimée en 1854) et d'utiliser les conditions météo à bon escient lors d'opérations ciblées : espionnage, bombardements, reconnaissance du terrain, etc...Chacune de ces opérations nécessitait des conditions météo précises : la prévision devenait donc un atout militaire hautement stratégique.

Dans cette course aux observations, les Alliés avaient l'avantage car ils disposaient de stations météo tout autour de l'océan Atlantique Nord : cela leur permettait de voir venir les dépressions qui se dirigeaient ensuite vers l'Europe de l'Ouest. Les Allemands, très habiles sur le continent, n'avaient guère d'horizon océanique : ils devaient pour cela installer des stations dans des contrées lointaines et inhospitalières afin de rester invisibles tout en ayant une visibilité synoptique de grande ampleur (voir la circulation atmosphérique au-dessus de l'Atlantique Nord) : ils installèrent ainsi des bases météo au Spitzberg et sur l'est du Groenland.

Les Alliés installèrent également, et pour les mêmes raisons, des stations météo au sud du Groenland et en Islande. Ces météorologues communiquaient leurs observations au moins une fois par jour à leurs armées respectives, en langage codé (utilisant, pour les Allemands, leurs machines Enigma).

Une concurrence impitoyable des données

Actualités France
Crédit : La Chaîne Météo

Ce fut une véritable " guerre météorologique " de l'Atlantique Nord qui se déroula entre 1941 et 1944 : chacune des parties adverses tentant de neutraliser les réseaux d'observations du camp opposé, bombardant les stations météo, coulant et torpillant les navires météo (à ce sujet, les Allemands disposaient des redoutables sous-marins U-boot, de même que les avions Condor). Les forces alliées mirent en place des vols de reconnaissance entre les Etats-Unis, le Groenland et l'Islande, leur donnant un avantage certain dans la recollection des observations.

Le Groenland fut donc le théatre d'une guerre entre les bases météo alliées et allemandes, dans des conditions climatiques extrêmes; au final, les allemands abandonnèrent le Groenland entre 1943 et 1945.

Le Débarquement du 6 juin 1944 en Normandie fut planifié à partir des données météo collectées par le réseau d'observations centralisé au Groenland. Ce fut un avantage décisif dans la prévision de la fenêtre météo qui permit aux forces alliées de débarquer juste après le coup de vent de la veille. La prévision météo à 48h avait été une réussite : ce fut, dans cette optique, une victoire de la météorologie militaire.

L'actualité météo

Bulletin France

Articles les plus lus