Actualités Météo
Prévisions saisonnières actualisées : hiver 2013 / 2014

Par Regis CREPET, météorologue

Préambule : vous êtes très nombreux à suivre chaque mois les actualisations des prévisions saisonnières

Prévisions saisonnières actualisées : hiver 2013 / 2014

Préambule : vous êtes très nombreux à suivre chaque mois les actualisations des prévisions saisonnières de La Chaine Météo / METEO CONSULT. Voici les tendances pour l'hiver 2013 / 2014.

La prévision saisonnière est un service très attendu par tous. Chaque mois, les ingénieurs de METEO CONSULT font un travail de synthèse après analyse des résultats des modèles américains et européens spécialisés dans ce domaine. Il faut néanmoins étudier cette prévision avec beaucoup de circonspection : cette science en est encore à son tout début et il faudra de nombreuses années d'expériences pour pouvoir compter sur des résultats vraiment fiables. Mais chacun peut se faire une opinion en suivant de façon critique et objective la synthèse que METEO CONSULT effectue mensuellement.

.

Prévisions pour la France métropolitaine : actualisation du 7 novembre 2013


Hiver 2013 / 2014 :
.
Les précédentes tendances élaborées le 10 octobre dernier pour l’hiver ne présentent pas de changement majeur. Ainsi, la synthèse des principaux modèles numériques de prévisions saisonnières ainsi que l’analyse atmosphérique réalisée par les prévisionnistes de METEO CONSULT confortent le fait que l’hiver 2013 – 2014 ne devrait pas être anormalement froid, restant souvent marqué par de forts conflits de masses d'air. C'est le scénario d'un hiver assez standard qui domine, mais on ne peut cependant pas exclure la probabilité, même faible, d'une saison plus froide qu'annoncée, notamment pour le trimestre janvier / mars (ce que nous avons indiqué dans cette actualisation).

.
Résumé :



Il se confirme que notre hiver pourrait se décomposer en deux partie : une tendance perturbée et très changeante (alternance de coups de froid et de périodes douces) pour la période décembre – janvier, puis une tendance plus froide et propice aux chutes de neige sur février – mars.
A l’échelle européenne, les modèles indiquent une anomalie plutôt perturbée dominante sur l’ouest du continent, tandis que les régions s’étendant de la Scandinavie à la Russie jusqu’en Mer Noire seraient sous l’influence d’un froid assez marqué dès le mois de décembre. Ce froid pourra occasionnellement s’écouler vers la France, mais sans pour autant engendrer des températures inférieures aux moyennes au final. Cette configuration est caractéristique d’un flux « zonal », c’est à dire d’origine océanique. Les pays intermédiaires d’Europe Centrale devraient connaître de forts conflits de masses d’air propices aux intempéries.
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------


Décembre : plutôt de saison avec un risque de coups de froid non négligeable

Un début d’hiver très agité, toujours marqué par un vigoureux flux atlantique d’ouest à nord-ouest dominant, alternant des périodes assez froides et des redoux. Ces conflits de masses d’air favoriseraient de fortes perturbations sur notre pays, avec de la neige en montagne à moyenne altitude, des précipitations abondantes et des coups de vent. Des « épis-phénomènes » de neige en plaine seraient alors possibles. Au final, les températures devraient rester dans les moyennes, mais avec de fortes amplitudes (froid / redoux) . La fiabilité d’ensemble apparaît assez bonne.

.
Janvier 2014 : toujours très agité avec de fréquents coups de vent

La tendance reste très perturbée, instable et changeante. Les perturbations atlantiques pourront se heurter temporairement à l’air froid descendant du nord, ce qui induit un risque d’épisodes neigeux en plaine. Mais les périodes de redoux apporteront du vent (risque de tempêtes) et de la pluie. Dans ce contexte, les températures restent de saison tandis que les précipitations sont excédentaires. La fiabilité d’ensemble est "assez correcte", avec cependant une incertitude concernant de possibles épisodes plus froids qu’escompté.

.
Février : un contexte plus hivernal
.
Le potentiel « froid » semble plus marqué en fin d’hiver, avec un risque d’invasion d’air arctique en provenance de Scandinavie. Dans cette configuration, le conflit de masse d’air pourrait avoir lieu sur l’ouest de l’Europe (France et pays méditerranéens), de telle sorte que des épisodes neigeux peuvent concerner la plaine. Le risque de vague de froid est donc envisageable à cette période. La fiabilité est relativement correcte concernant une tendance globale « plutôt froide ». Mais il est bien sur prématuré de prévoir des vagues de froid à cette échéance.
.
Mars : frais et humide


La tendance du mois de mars dépendra de la durée des épisodes froids précédents. Au final, les modèles numériques envisagent pour l’instant une configuration humide et très instable avec des températures restant inférieures aux normales (flux de nord à nord-es dominant), ce qui engendrerait alors un ressenti hivernal tardif. La fiabilité n’est pas bonne concernant cette anomalie froide, mais donne l’aperçu « le plus probable » fourni par les calculateurs à ce jour.


__________________________________________________________________________


L'actualité météo

Articles les plus lus