Actualités Météo
2011 : sécheresse record à l'ouest ?

Par Cyrille DUCHESNE, météorologue

L'année 2011 n'est pas encore terminée mais si l'on fait un premier bilan des précipitations à l'échelle de la

2011 : sécheresse record à l'ouest ?

L'année 2011 n'est pas encore terminée mais si l'on fait un premier bilan des précipitations à l'échelle de la France, on pourrait bien battre quelques records de faible pluviométrie sur des villes de l'ouest comme Bordeaux et La Rochelle.

Un déficit pluviométrique de 53% sur le Bordelais

Depuis le 1er janvier, la station de Bordeaux-Mérignac n'a recueilli que 408 millimètres de précipitations alors que il aurait du en tomber 860 mm. Le déficit pluviométrique est donc très important, de l'ordre de 53%. Pour cette station, les deux années les plus sèches sont 1953 avec 496 mm et 1921 avec 445 mm. Si les conditions anticycloniques dominent encore dans les prochaines semaines on pourrait donc battre un record de faible pluviométrie.

Si l'ouest est particulièrement touché par la sécheresse, de nombreuses autres régions le sont dans une moindre mesure. Le déficit atteint 25 à 35% du Nord et du Bassin parisien à l'Auvergne et jusqu'en Midi-Pyrénées. Il est plus faible dans l'est avec 10 à 20%.

Les régions méditerranéennes qui ont connu plusieurs épisodes pluvieux intenses ne sont pas concernées par la sécheresse. Seule l'ouest de la Corse a été épargnée par les perturbation les plus actives et connaît une pluviométrie assez faible. C'est le Languedoc-Roussillon qui bénéficie de la pluviométrie la plus importante avec un excédent de l'ordre de 48% sur la ville de Perpignan.

Des situations de blocage à répétition

Cette sécheresse observée sur une grande partie du pays s'explique pas une configuration météorologique inhabituelle avec des situations de blocage fréquentes, notamment au printemps et cet automne.
Les anticyclones sont remontées plus au nord que d'habitude et se sont installés durablement des pays scandinaves et de l'Europe Centrale au nord de la France. Résultat, les perturbations océaniques n'ont pu s'infiltrer sur notre pays, circulant soit très au nord vers l'Ecosse et la mer de Norvège, soit très au sud sur la péninsule ibérique et la Méditerranée. Cela explique ce gros contraste pluviométrique entre la frange méditerranéenne correctement arrosée et le reste du pays beaucoup moins bien arrosé.

Des nappes phréatiques largement déficitaires


Conséquence de la faible pluviométrie de ces derniers mois et surtout des dernières saisons de recharge des nappes phréatiques (octobre à avril), la ressource en eau souterraine présente un niveau très déficitaire sur les 3/4 du pays. Les régions méditerranéennes qui ont connu des hivers bien arrosés ces deux dernières années ont des nappes phréatiques correctement rechargées avec un niveau parfois excédentaire par rapport à la moyenne.

Concernant les restrictions d'eau, 17 départements sont encore touchés par des limitations d'usage de l'eau. Les plus touchés sont la Vendée, les Deux-Sèvres, L'Orne, la Seine-et-Marne, la Côte-d'Or, le Lot et le Tarn-et-Garonne.

Si la sécheresse n'a pas trop de conséquences à cette période de l'année puisque la végétation rentre en période de dormance. Il faut néanmoins absolument un hiver bien arrosé pour recharger les nappes et éviter de trop fortes restrictions d'eau l'été prochain.

Retrouvez toutes nos prévisions météo détaillées au 32.01* sur votre téléphone.

L'actualité météo

Articles les plus lus