Actualités Météo
Vos photos d'orages expliquées : le mammatus

Par La Chaîne Météo

Chaleur et temps instable sont à l’origine de formations nuageuses plutôt étonnantes. Ces derniers jours, vous avez

Chaleur et temps instable sont à l’origine de formations nuageuses plutôt étonnantes. Ces derniers jours, vous avez été nombreux à nous envoyer vos photos de « mamma » sur la communauté de La Chaîne Météo et Facebook



L'explication de l'expert de METEO CONSULT :


Qu’est-ce qu’un mammatus ?



Selon la définition de l’Office Mondial de la Météorologie, la mamma est une protubérance pendante à la surface inférieure d’un nuage, prenant l’aspect de mamelles. Cette particularité se présente le plus souvent avec les Cirrus, les Cirrocumulus, les Altocumulus, les Altostratus, les Cumulus et les Cumulonimbus. Chaque lobe prenant la forme de mamelle a une envergure de 1,5 à 3 km, et leur durée de "vie" est d'environ 10 minutes.


Comment se forme-t-il ?




On peut donc observer ces particularités sous des nuages stratiformes, marquant une atmosphère stable, ou cumuliformes, marquant une atmosphères instable. La formation des mammas relève donc de deux processus différents :


- Dans le cas de l'atmosphère stable, c'est la différence de vitesse de déplacement de la masse d'air sèche (en dessous du nuage) et de celle humide (le nuage) qui créée, par frottement l'une sur l'autre, des rotors (comme des tourbillons dans une rivière, mais à la verticale, au lieu d'être à l'horizontale). Le bord descendant du rotor entraîne l'air saturé du nuage vers le bas, le bord ascendant du rotor entraîne l'air sec et transparent vers le haut. Il en résulte un aspect chaotique qui peut se développer jusqu'à l'apparition de protubérances arrondies et indépendantes donnant l'image de mamelles.
- Dans le cas de l'atmosphère instable, le nuage est lui-même le siège de nombreux courants ascendants et descendants. Les mammas se forment souvent à l'arrière d'un orage violent. Si vous observez un mamma au dessus de votre tête, l'orage est bien souvent déjà passé ! Ou alors, il est passé à quelques kilomètres de vous...
La base du nuage est la limite où l'air descendant est suffisamment réchauffé pour sécher, ou tout au moins dé-saturer. L'organisation des courants ascendants et descendants sur cette limite se traduit par la juxtaposition de zones sèches et de zones saturées. Chaque zone saturée est une petite cellule dont le centre est un courant descendant et les bordures un courant remontant. La forme arrondie de ce type de cellule est alors caractéristique.



Rappel sur les nuages…



Un nuage est un hydrométéore (du grec hydro = eau et météore « qui est en haut »). Il est formé d’eau liquide ou solide (glace) et non de vapeur. En effet, la vapeur est un gaz invisible qui existe partout, en plus ou moins grande quantité, dans l’atmosphère. Un nuage peut aussi contenir des particules solides provenant de vapeurs industrielles, de fumées, de poussières, de sables, d’embruns. Le nuage est donc constitué de particules dont la chute est compensée par des mouvements ascendants. A faible altitude et en air calme une gouttelette tombe à une vitesse de 30 cm par seconde. Lorsque cette vitesse est supérieure (gouttelette plus lourde), on voit alors apparaître sous le nuage des particularités du type « mamma » ou « virga ». Si ces gouttelettes tombent plus bas et s’échappent du nuage, on parle alors de précipitations qui ont pour nom pluie, neige, grésil, grêle, etc…

Un nuage étrange au dessus de votre tête ? Envoyez-nous vos photos !



Retrouvez toutes nos prévisions au 32.01* sur votre téléphone.

L'actualité météo

Articles les plus lus