ACTUALITES - Climat & Environnement

Saison cyclonique faible en Atlantique, intense dans le Pacifique : quel lien?

4
Réagir
Actualités - par

La saison cyclonique dans l’Atlantique Nord s’achèvera officiellement fin novembre et, à moins d’un revirement de

Actualités France - France - Climat
Crédit : NASA MODIS
La saison cyclonique dans l’Atlantique Nord s’achèvera officiellement fin novembre et, à moins d’un revirement de situation, elle aura été marquée par un calme exceptionnel. En revanche, l’océan Pacifique connaît une intense activité depuis le mois de septembre, avec un défilé de typhons majeurs qui ont notamment touché le Japon, les Philippines et l’est de la Chine ainsi que l’Inde. Ces deux éléments antagonistes sont-ils liés ?


La saison cyclonique dans l’Atlantique nord s’étend du 1er juin au 30 novembre avec statistiquement un maximum d’activité en septembre. Or cette année, sur les 12 phénomènes qui se sont formés (ce qui est dans la moyenne), seuls deux ont atteint jusqu’à présent le seuil d’ouragan. Il s’agissait d’Humberto et d’Ingrid, tous les deux classés seulement en catégorie 1 sur l’échelle internationale de Saffir-Simpson, qui compte 5 niveaux. D’autre part le premier ouragan formé, Humberto, a frôlé le record d'apparition tardive datant de 1905, en apparaissant le 11 septembre dernier. A contrario, l'année 2005 avait été l'année de tous les records, avec 28 phénomènes tropicaux dont 15 ouragan.

Des syper typhons dans l’océan Pacifique

Pendant ce temps, la saison des cyclones s’étend de juillet à novembre dans le nord-ouest de l’océan Pacifique. Dans cette région du globe on les appelle des typhons. Ce sont les mêmes phénomènes, classés de la même façon sur une échelle équivalente à celle de Saffir-Simpson, allant de 1 à 5. Lorsqu’ils atteignent et dépassent la catégorie 3, on les appelle alors des "super typhons", à l’instar des ouragans majeurs de l’Atlantique.

Cette année, même si la saison a démarré plutôt doucement en juillet et août, un net regain d’activité s’est opéré en septembre et en octobre, avec une succession de typhons de grande ampleur. Du 12 au 14 octobre, des images satellites impressionnantes ont mis en évidence l'alignement de trois cyclones monstrueux (typhons Phailin, Nari et Wipha), entre l’Inde, le Vietnam et le Japon. Ces images resteront dans les anales de météorologie. A l’heure actuelle, le nombre total de phénomènes cycloniques dans l'océan Pacifique nord-ouest est légèrement supérieur à la moyenne (29 phénomènes jusqu'au moment du typhon Haiyan pour une moyenne annuelle de 26, dont 10 typhons pour une moyenne annuelle de 16); mais les "super typhons" ont été nettement plus fréquents et rapprochés, notamment ces dernières semaines.
Un lien de cause à effets ?

On serait tenté de penser qu’il existe un lien de cause à effet entre la faiblesse de la saison cyclonique de l’Atlantique nord et la virulence de celle observée dans l’océan Pacifique. Mais rien n’est si simple : d’un côté, de fréquentes tempêtes de sable issues du Sahara ont inhibé la formation des phénomènes cycloniques sur l’Atlantique, alors que de l’autre côté, des eaux anormalement chaudes au nord-ouest du Pacifique ont certainement contribué à renforcer l’intensité des typhons. On ne donc peut exclure un lien de causalité, sachant que les mouvements atmosphériques qui se produisent en un endroit de la planète pourront avoir des répercussions à plusieurs milliers de kilomètres. Ainsi, c’est ce qui a pu se passer avec la naissance d’un faible El Niño, soit une anomalie chaude des températures dans l’océan Pacifique. Renforçant les vents dans la haute atmosphère vers l’Atlantique, ce phénomène freine le développement des ouragans sur cette zone. Mais cela n’est pas suffisant. Il semblerait que cette année, les apports d’air sec saturés en particules de sable issus de l’Afrique du Nord aient contribué aussi à inhiber le développement de la « convection » (mouvements ascendants de l’air), nécessaire à la formation des ouragans.
Quid de l’Océan Indien ?
L’océan Indien, notamment le bassin Madagascar – Réunion, s’apprête désormais à entrer dans la saison cyclonique, qui s’étend de novembre à avril, avec un pic d’intensité statistique en février et mars. A quoi doit-on s’attendre dans cette partie du monde ? « A priori, il n’y a pas d’anomalie particulière susceptible d’entraîner un surcroît de cyclones dans cette zone, indique Régis Crépet. Les températures de l’eau sont dans les normales, à 0,2°C près, et les vents de haute altitude (indice QBO) devraient rester aussi dans les normes ». De même, le phénomène El Niño (évoqué plus haut) et son inverse – La Niña, anomalie froide – tendent à s’équilibrer et à rester « neutre » pour ces prochains mois, ce qui ne devrait pas avoir de conséquence particulière. « On peut donc raisonnablement penser que la saison cyclonique 2013 – 2014 sera dans les moyennes comme l’année dernière, ajoute le spécialiste météo. Avec statistiquement 9 à 10 systèmes cycloniques environ ». Les années les plus faibles n’affichent que trois ou quatre systèmes et les plus actives comptent jusqu’à 15 phénomènes.

  • Actualités France - France - Climat
    Crédit : la chaîne météo
  • Actualités France - France - Climat
    Crédit : la chaîne météo
  • Actualités France - France - Climat
    Crédit : la chaîne météo
    Retrouvez les prévisions météo pour votre ville, par téléphone, au 3201*
    Réagir
     
    Dumont 20/11/2013
    Article intéressant avec un questionnement ouvert, la climatologie est une science récente, son étude collégiale et transversale va se révéler stratégique ces prochaines années pour comprendre et anticiper les effets du réchauffement climatique.
    Signaler ce message à nos modérateurs

    Pat50 21/11/2013
    Science Récente : des scientifiques reconnus maintenant et faisant référence dans certaines spécialités ( Miluti Milankovitch pour les cycles et l'activité solaire et leurs conséquences sur le climat TERRESTRE par exemple ) y travaillaient déjà au début du 20 ième siécle.
    Signaler ce message à nos modérateurs

    Pat50 14/11/2013
    Ah , vous admettez donc maintenant qu'il n'y a pas de El Nino prévu , mais que la phase neutre devrait durer plusieurs mois.
    Signaler ce message à nos modérateurs

    Lebogoss 17/11/2013
    Le pire est qu'ils nous disaient que nous devrions avoir un El Niño, en suivant les prévisions du modèle CSFv2 .
    Signaler ce message à nos modérateurs


    prévisions France

    Carte Meteo France
    Meteo France Temperature
    sam
    19
    matin
    SERVICES PARTENAIRES

    C'ÉTAIT IL Y A UN AN

    • Demain : dégradation en Bretagne, amélioration ailleurs
    • Week-end : amélioration dimanche
    • Aujourd'hui : la dégradation gagne l’est
    • Demain : la dégradation gagne l’est
    • Météo des plages : temps maussade
    SERVICES PARTENAIRES
    En continuant à naviguer sur notre site La Chaîne Météo, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques
    et de vous faire bénéficier de fonctionnalités et offres commerciales personnalisées. En savoir plus / paramétrer
    J'ACCEPTE

    --title--
    --content--