ACTUALITES - France & Étranger

Crues : les lacs de Seine vont-ils sauver Paris ?

7
Réagir
Actualités - par

« Fluctuat Nec Mergitur » : telle est la devise de la ville de Paris (« elle flotte mais ne coule pas »). Plus que jamais d’actualité, cette maxime rappelle que la capitale, étant située en aval de la confluence de la Marne, du Grand Morin, du petit Morin et de l’Yonne avec la Seine, reste sous la menace éventuelle d’une crue majeure du fleuve. A cet égard, la crue historique de 1910 reste la référence majeure de notre époque contemporaine ; plus près de nous, la crue de 2001 avait été remarquable. Depuis, le fleuve est resté plutôt sage malgré quelques périodes de hautes eaux habituelles en hiver.


Mais les crues de la semaine dernière ont prouvé que de fortes précipitations pouvaient entraîner des débordements majeurs au printemps sur les affluents de la Seine, capables de faire réagir le fleuve jusqu’à la capitale. Si l’onde de crue s’est amortie en arrivant à Paris, l’inquiétude est de mise au vu des intempéries attendues cette semaine. De nouvelles fortes pluies risquent de faire déborder les affluents de la Seine, pouvant conduire à une situation potentiellement aussi critique voire plus que la semaine dernière, en raison des sols qui sont saturés et des lacs de rétention pleins à ras bord. Désormais, ces lacs-réservoirs, censés protéger Paris des crues, ne retiennent plus l'eau de la Seine et de ses affluents. Une situation exceptionnelle.



Les grands lacs vont-ils submerger la capitale ?



Depuis les années 1960, une politique de grands travaux a conduit à la création de grands lacs de rétention des eaux des affluents de la Seine descendant des plateaux du Morvan, en amont de Paris : l’objectif étant de contenir les eaux lors d’épisodes pluvieux importants afin d’éviter (ou de retarder) les crues vers Paris, et à l’inverse de maintenir un niveau d’eau suffisamment élevé pendant l’étiage estival (période de basses eaux), notamment pour la navigation fluviale. Ces lacs ont un rôle majeur dans l’irrigation de la Champagne sèche et constituent aussi un attrait touristique indéniable en raison de leur immensité (plages, navigation). Ces lacs-réservoirs sont capables d’abaisser le niveau de la Seine à Paris de 50 à 70 cm en cas de crue.
Les plus connus et les plus grands sont ceux du Der-Chantecoq (lac-réservoir mise en service en 1974 et situé aux confins de la Marne et de la Haute-Marne) et de la forêt d’Orient (Aube). Celui du Der, régulateur de la Marne, est le plus grand lac artificiel de France et même d’Europe (hors lacs de barrages hydroélectriques) avec une superficie de 4800 Ha, retenant 350 millions de m3 d’eau (et jusqu’à 364,5 millions de m3 en capacité maximale). Après l’épisode pluvieux de la fin avril – début mai, le lac du Der est actuellement plein à ras-bord (à 93%), débordant même légèrement sur les quais des ports de plaisance et dans certains herbages limitrophes (ce qui constitue en quelque sorte une soupape de sécurité à la montée des eaux) . La capacité maximale n’est pas encore atteinte mais la marge est faible : elle sera utilisée dans ces prochains jours, mais dès lors, la Marne ne pourra plus être régulée. Selon des sources locales, cette situation ne nécessite pas des lâchers d’eau, mais désormais le lac est en " circuit fermé " : il n'y a plus d'entrée d'eau dans le le lac et l'eau de la Marne coule dans son lit naturel sans passer par le lac, ce qui ne régule plus son débit et ce qui contribue d’ailleurs au maintien d’un niveau élevé de la Marne.
Même situation sur le lac de la forêt d’Orient (rétention de la Seine amont), dont le remplissage est proche du niveau maximal déjà atteint l’année dernière à la même époque (avec un mois de mai qui avait été également très pluvieux, avec des valeurs proches de ce que l’on vient de connaître, entre 100 mm et 130 mm sur le Morvan en mai 2012). On s’approche du seuil des 200 millions de m3 d’eau mais il y a encore une marge avant le pic de mai dernier. Cependant, là aussi, on s’attend à dépasser " l’objectif de gestion " dans les prochains jours. Ces hauts niveaux expliquent pourquoi la Seine champenoise reste en crue durable, conjugués à la remontée des nappes phréatiques à l’affleurement (c’est à dire au niveau du sol).
Les volumes du lac de Pannecière dépassent cette fois-ci largement le seuil de l’année dernière, tandis que ceux du Temple et d’Amance (sur l’Aube) s’apprêtent à dépasser les 180 millions de m3, soit plus que l’année dernière.

On constate que l’épisode pluvieux remarquable de la semaine dernière a conduit à une saturation de ces grands lacs dont les niveaux étaient déjà très élevés depuis les pluies et fonte des neiges du mois de mars.



Quelle réaction redouter cette semaine ?




De tels niveaux atteints en mai ne sont donc pas rares. Rappelons que le mois de mai est le mois le plus pluvieux de l’année sur le bassin parisien et le Morvan, où la Seine et ses principaux affluents prennent leur source. Mais ces hauts niveaux, alors que nous ne sommes qu’à la mi-mai, interviennent dans un contexte météorologique qui ne s’améliore pas puisque l’on attend un nouvel épisode très pluvieux sur ces mêmes régions dès ce mercredi et qui pourrait persister jusqu’à dimanche. A ce jour, les cumuls envisagés pourraient être légèrement inférieurs à ceux de la première semaine de mai ou à peu près similaires : rappelons encore qu'il était tombé l’équivalent de 3 semaines de pluie en une semaine sur le Morvan et le plateau de Langres. On craint un scénario à peu près identique cette fois-ci.


Les deux principales inconnues sont : la capacité des sols saturés à absorber un minimum d’eau (aidée en cette saison par le phénomène d’évapotranspiration), et la capacité des grands lacs – réservoirs à retenir une partie de cet apport supplémentaire. Les modèles numériques utilisés jusqu’à présent n’ont pas encore été confronté à une telle situation.


Le spectre de 1910 ?


La crue centennale de la Seine en janvier 1910 a marqué durablement les esprits. Elle signifie plus particulièrement que sa période de retour statistique est d'une fois tous les 100 ans ou bien une probabilité d’apparition sur une année de 1%. D’ailleurs, il n’y a même pas 2 chances sur 3 d’observer une crue centennale tous les 100 ans. De même, sa survenue une année n’exclut pas sa répétition l’année suivante car les épisodes pluvieux n’ont pas de régularité sur une échelle d’un siècle).
La crue de la Seine à Paris en 1910 était liée à la conjonction de 3 phénomènes : de très fortes pluies (avec des cumuls 3 fois plus importants que ceux attendus sur ce mois de mai) intervenants sur des sols gelés, avec une fonte de la neige et des crues majeures des affluents de la Seine, notamment l’Yonne, le Loing et le Grand Morin. Ces trois pics de crue ont convergé en même temps vers l’aval pour aboutir concomitamment dans la capitale.

A cette époque, il n’y avait aucune infrastructure de rétention des eaux : la crue fut donc brutale. A l’heure actuelle, le rôle des grands lacs de rétention est de limiter l’impact d’une crue arrivant sur la capitale en écrêtant l’onde de crue (en l’étalant dans le temps). Mais en cas de trop-plein de ces lacs, que se passerait-il ? On peut logiquement imaginer qu’une crue majeure ne serait pas évitable, mais serait retardée, permettant de prendre toutes les mesures de précaution et d’évacuation éventuelle dans les zones urbanisées.


Mais au final, en cas de crue centennale, le scénario serait catastrophique : de récentes études indiquent que Paris serait plus vulnérable à une crue de type 1910 en raison de l’extension de l’urbanisation ; 4 à 5 millions d’habitants seraient impactés dont plus d’un million privés d’électricité et d’eau potable pendant plusieurs semaines. Un retour à la normale prendrait plus d’un mois et demi, et tout cela pourrait coûter entre 20 et 40 milliards d’euros.

En conclusion, insistons sur le fait que les conditions ne sont pas du tout les mêmes que celles qui ont aboutit à la crue de 1910, qui est une crue de type « hivernal » ; cette fois-ci, nous sommes sous la menace de crues printanières, plus amorties par l’évapotranspiration mais qui interviennent dans un contexte de saturation des sols et de remplissage quasi maximal des lacs de rétention. En fonction de l’évolution des précipitations de la semaine à venir, la situation peut devenir préoccupante, voire critique ; ainsi, en Europe centrale, des crues historiques s’étaient produites sur le Danube, l’Oder et l’Elbe lors de l’été 2002 suite à de très fortes pluies sur l’Autriche et l’Allemagne, submergeant par exemple les villes de Dresde et de Prague. Le 24 mai 2010, la Pologne était en proie à des crues historiques (l’Oder et la Vistule), faisant 15 morts et entraînant des milliers d’évacuation.


Suivez l'évolution des pluies dans votre commune au 3201* par téléphone.


  • Actualités France - France - Catastrophe
    Crédit : lcm
  • Actualités France - France - Climat
    Crédit : La Chaine Météo
  • Actualités France - France - Climat
    Crédit : La Chaine Météo
    Retrouvez les prévisions météo pour votre ville, par téléphone, au 3201*
    Réagir
     
    Lucas_soulet 14/05/2013
    si les bassins sont pleins, je ne vois pas comment une nouvelle crue pourrait être retardée !itou sur le Morvan où seul l'Yonne et 2 de ses affluents prennent leur source. Aube, Marne et Seine ont leur source sur le plateau de Langres.Je doute qu'une crue type 1910 se produise avec les pluies des prochains jours. par contre, si le temps humide persiste cette année, méfiance pour l'hiver prochain. Si je ne me trompe, l'année 2009 avait été particulièrement arrosée avec une succession de crues en automne et la grosse crue en janvier 2010.
    Signaler ce message à nos modérateurs

    Chips493 13/05/2013
    Un article d'une qualité rare, riche et complet.
    Signaler ce message à nos modérateurs

    Kididouce 13/05/2013
    Il me semble impropre que vous parliez du Morvan qui se situe plus à l'ouest que la zone que vous décrivez,vous semblez confondre avec le Plateau de Langres où la Seine prend sa source, les lacs dont vous parlez sont au nord de ce plateau. Par conséquent, lorsque vous parlez dans les prévisions de fortes pluis attendues sur le Morvan, s'agit-il alors réellement du Morvan ou plutôt du plateau de Langres et en particulier du Châtillonnais (Châtillon sur Seine)? merci de votre réponse
    Signaler ce message à nos modérateurs

    Allmen67 13/05/2013
    L'Yonne prend sa source dans le Morvan.
    Signaler ce message à nos modérateurs

    Lebogoss 13/05/2013
    Sans vouloir jouer le météorologue , ces deux zones sont concernées par les fortes pluies . Donc...
    Signaler ce message à nos modérateurs

    Nalsa² 12/05/2013
    Il n'est en effet plus très raisonnable de comparer la crue historique de 1910 avec la situation moderne. Il y a des lacs artificiels en plus soit, mais en 1910 l'urbanisation était bien moins dense et plus raisonnable, les zones inondables étaient encore estimées comme tel (et d'ailleurs les débordements sur champs encore très parcellaires et bocagers étaient perçus de façon bénéfique pour le limon fertilisant malgré les pertes inévitables sur le moment). Maintenant à lire et entendre les médias, la catastrophe se résume à des routes coupées et des champs inondés avec force demande subséquente de subventions déjà en cours, on ne parle que modérément du résultat d'un urbanisme parfois très arbitraire, ceux qui ont le pavillon moderne sous l'eau auraient dû se renseigner sur le passé de la zone et les anciens qui ont les pieds dans l'eau en affirmant ne jamais avoir vu ça ne comprennent pas de suite que toute cette eau doit bien se répandre quelque part quand plus en amont des couillons ont altéré les rivières en bétonnant les rives ou asséchant de vastes zones pour les cultiver. Il me semble aux dernières nouvelles que les lacs sont archipleins, on peut donc commencer à en tirer des conclusions...
    Signaler ce message à nos modérateurs

    Lebogoss 12/05/2013
    C'est bien beau d'avoir des lacs réservoirs , mais lorsqu'ils sont pleins , ils ne servent plus à rien . En plus lorsqu'ils sont pleins et qu'ils débordent il y a un risque à ce que les digues si fissurent et là cela devient un inconvénient et non un avantage .
    Signaler ce message à nos modérateurs


    prévisions France

    Carte Meteo France
    Meteo France Temperature
    lun
    20
    nuit
    SERVICES PARTENAIRES

    C'ÉTAIT IL Y A UN AN

    • Episode méditerranéen : à quoi s'attendre ?
    • Demain : tempête au nord, dégradation au sud
    • Aujourd'hui : journée d'accalmie
    • Une semaine prochaine à hauts risques
    • Week-end : tempête au nord-ouest
    SERVICES PARTENAIRES
    En continuant à naviguer sur notre site La Chaîne Météo, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques
    et de vous faire bénéficier de fonctionnalités et offres commerciales personnalisées. En savoir plus / paramétrer
    J'ACCEPTE

    --title--
    --content--